Apprendre à jouer de la batterie de manière efficace

« 2018 » 4 GRANDES RÉSOLUTIONS pour une Grande Année qui commence

Bonjour et bienvenue à toutes et à tous !

 

Aujourd’hui je vous écris un article un peu particulier, puisque d’une part, il participe au carnaval d’articles organisé par Magalie du « Blog Batteur Débutant » et d’autre part, car je voulais vous annoncer un GRAND Changement dans ma vie et donc également pour la vie de mon Blog « #FSB » . 

 

On peut dire que le sujet choisit par Magalie tombe à pic !

 

Puisque le sujet est le suivant : « Mon plan d’action pour progresser avec mon instrument en 2018 »

 

En plus des décisions que j’ai prise, il y a une coïncidence, une prémonition, une synchronisation, enfin quelque chose qui est plus qu’un hasard, 2018 est l’année de mes 50 ans.

 

Donc je vous explique comme je l’ai écrit dans ma présentation, depuis mon plus jeune âge, même si je n’ai aucun parents musicien ou mélomane, j’ai toujours été passionné par la musique.

J’ai d ‘abord commencé par la basse (2ans) pour très vite passer à la batterie.

 

J’ai eu l’opportunité de travailler dans un studio ORNANO (de répétitions et d’enregistrements ainsi que dans une salle de concert à Paris porte de Clignancourt).

Ensuite j’ai intégré l’équipe de « La Baguetterie » en 1992 toujours à Paris puis celle de Toulouse en 1997.

 

Donc, jusqu’à maintenant je travaillais dans le monde de la musique en restant un batteur passionné et amateur, car même si j’ai quelquefois joué en étant payé, je n’en ai jamais fait mon métier.

 

Puis en essayant de me mettre à mon compte dans un tout autre domaine (alimentation biologique), et après 3 ans comme  commerçant indépendant, (car malheureusement j’ai fait partie du grand pourcentage des sociétés qui ne passe pas la barre des 3 ans d’existence), il a fallut me reconvertir.

 

C’est à ce moment là que je me suis retrouvé dans le domaine de l’assurance. Aïïïe…. !!! ça pique !

 

Mais comme vous vous en doutez, c’est fini !

 

Après 5 longues années, j’ai réfléchi dans tous les sens, puis j’ai pris mon courage à deux mains, et voilà ma décision est prise.

 

2017 a été la dernière dans le domaine de l’assurance !

 

2018 est la grande année pleine de résolutions, pour moi. Je vais me consacrer  100% à ma passion, la musique et plus précisément à la batterie.

 

J’ai donc pris 4 grandes résolutions :

 

1. Jouer tous les jours de la batterie même si c’est 5 minutes, c’est quelque chose que je n’ai jamais réussit à faire en tout cas depuis 5 ans

 

Depuis que j’ai écrit cet article, j’ai respecter cette résolution et je joue  chaque jour au minimum 5 minutes et bien souvent, c’est plutôt une heure et demi. Malheureusement j’ai un soucis à mon poignet gauche une douleur sur la base du pouce au niveau du poignet qui m’empêche de jouer plus longtemps. Je dois aller faire des examens pour éradiquer cette douleur.

 

 

2. Intégrer une formation, ce qui est presque fait, c’est en cours.

3.Je vais donner des cours dans mon secteur (banlieue Toulousaine).

4.Développer mon blog pour d’une part, partager avec vous mes difficultés, mes rencontres, mon expérience, d’autre part, j’ai le projet d’un programme de formation pour apprendre, s’améliorer et se surprendre à la batterie, de manière efficace et toujours en s’amusant, ce qui est très important.

 

Vu mon âge, c’est une décision qui n’a pas été simple à prendre, mais c’est une décision qui a été murement réfléchit, il n’est pour moi, pas question d’attendre plus longtemps, la musique a toujours été dans ma vie et le restera jusqu’au bout.

 

Tant pis pour la sureté de l’emploi et place à la passion et à l’inconnu.

 

Je vais, je l’espère devenir professionnel.

 

Pour cela il faut que je retravaille la batterie à fond et tous les jours, d’où une des grandes résolutions « jouer tous les jours de la batterie», je vais  d’ailleurs m’arrêter là et aller jouer immédiatement, à tout à l’heure ! ………

 

Ça y est, ça fait du bien !

 

Cela fait des années (au moins 5 ans) que je ne fais pas ce que je voudrais  faire et je pense vraiment ne pas être le seul. 

Alors j’ai décidé de ne plus remettre à plus tard ce que je peux faire maintenant. 

J’ai 50 ans ans très bientôt et si je ne fais pas maintenant ce qu’il faut pour vivre de ma passion, je ne le ferais jamais, voilà pourquoi j’ai pris cette décision.

Comme je l’ai dit un peu plus tôt « c’est une décision murement réfléchit »  qui est loin d’être un coup de tête. 

Je n’ai pas choisi la solution la plus simple mais j’en avais vraiment assez de prendre des décisions uniquement basées sur l’aspect pécuniaire, et également de faire comme tout le monde ou plutôt de faire se qu’on attend de nous.

 

Pour résumer:

J’aurais tendance à vous dire, prenez des résolutions pour cette année 2018, quelqu’elles soient, et tenez les, même la plus petite des résolutions qui est prise, respectez la, c’est le début d’un changement et rappelez vous, le plus important et également le plus difficile est d’agir. 😉

 

Je ferais un article vers le mois de mai ou juin pour vous faire un bilan à mi parcours de cette grande année 2018.

 

Partagez vos résolutions pour cette année en laissant un commentaire à la fin de cet article.

 

Cet article t’as plu ?  Alors like le et partage le avec tes ami(e)s. 🙂

 

 

Christophe SOLIVERES #FSB

 

 

Cet article participe au carnaval des musiciens-blogueurs sur le thème :

« Mon plan d’action pour progresser avec mon instrument en 2018 » 

Organisé par le  Blog Batteur Débutant .

 

TUTO#9 « Analyse de style N°1 » une astuce pour jouer un shuffle à la GADD

Bonjour à toutes et à tous !

Voici  un petit et rapide TUTO ou je partage avec vous une astuce que je viens de découvrir lorsque Steve GAD joue un SHUFFLE.

C’est pas si  simple que cela en a l’air !

Cette rubrique ou plutôt ce TUTO que je pense renouveler régulièrement s »appellera « Analyse de Style ».

Laissez en commentaire à la fin de l’article, si vous aussi, vous avez quelques astuces que vous avez piqué sur de grand batteur, surtout s’ils sont simples.  😉

Christophe Soliveres #FSB

5 astuces pour personnaliser son jeu à la batterie

Bonjour à toutes et à tous !
 
 
Aujourd’hui je vais vous parler de  comment personnaliser son jeu à la batterie.
Très souvent nous parlons technique qui d’ailleurs indispensable pour progresser à la batterie.
 
 
 
Mais plus nous avons de technique et plus nous pouvons avoir tendance à oublier notre personnalité
et cela peut se ressentir dans notre jeu.
Donc dans cet article je vais tenter de vous sensibiliser et surtout de rappeler toute l’importance
de garder son identité .
En tirant bénéfice dans notre jeu de nos qualités mais aussi de nos défauts.
 
Je m’explique on cherche toujours à faire ou tenter de faire un maximum de choses de manière le
plus parfaitement possible. Le problème peut parfois être là et si le fait que cela ne soit pas parfait
était notre force ?
 
Je ne sais pas vous, mais il m’est arrivé plus d’une fois avoir eu l’impression que tous les cours et
exercices techniques que je travaillais à la batterie ne me servaient à rien.
Car une fois sur ma batterie avec d’autres musiciens j’étais perdu, plus d’idée plus de technique,
on a l’impression d’être un débutant, ce qui n’est pas péjoratif car si nous jouons depuis plusieurs
années, nous sommes sensés ne plus être débutant.
 
Cela marche souvent par palier, parfois on stagne ou on peut même avoir l’impression de régresser
et parfois on progresse énormément, c’est tout à fait normal.
 
Lorsque nous travaillons beaucoup la batterie, quand je dis « travailler », je veux dire travailler
des exercices techniques, la technique, l’indépendance, la rapidité, l’endurance, etc …
Nous pouvons avoir de très bons résultats et à force acquérir une bonne technique et super génial.
 
Mais lorsque nous jouons avec d’autre musiciens, il est à mon avis important de ne plus penser à la
technique, à  ce que nous avons appris en bossant notre instrument seul de notre coté.
Il faut penser « Musique », se concentrer sur la mise en place, le groove, la sensibilité, la nuance
et écouter tous les musiciens.
Ce n’est pas si simple car la batterie est un instrument bruyant et qui demande une sacrée dose
d’énergie, du coup nous pouvons vite nous faire dépasser par l’adrénaline, la surcharge de motivation.
Il m’est arrivé plus d’une fois d’arriver à une répétition avec une motivation à 200 % et donc
démarrer sur les chapeaux de roues, ce qui a surpris les musiciens avec qui je jouais,
du coup la répétition perdait au fur et à mesure en intensité avec la fatigue car l’énergie s’a épuise.
Je vais donc vous donner mes 5 astuces que j’ai acquis avec le temps.
 

1. Il faut être à l’écoute des autres membres du groupe.

2. Commencer une répétition sur la réserve, c’est à dire de ne pas se donner à fond dès le début 

il faut en garder en réserve pour la continuité de la répétition et monter crescendo.

3. Oublier et ne plus penser « Technique » , la technique doit sortir naturellement ne notre corps, quelque soit notre niveau 

4. Jouer dans la nuance en commençant par jouer doucement pour ajuster la puissance de notre frappe en

fonction des autres musiciens et non le contraire. Si tous les musiciens sont obligés de monter le volume

pour être entendu , alors il peut être nécessaire de taper moins fort sur notre batterie

5. Utiliser certain de nos défauts pour nous aider à jouer ce qu’il nous serait pas possible de jouer autrement. 

Il faut parfois user de notre esprit pour parvenir à nos fins sans en abuser bien sûr. Par exemple
si je n’arrive pas à jouer un rythme ou un fill de la manière traditionnelle, alors j’use d’une astuce
pour pouvoir le faire d’une manière différente.
Oui je sais ! Vous allez me dire c’est « tricher », bla bla bla…. 🙂
Mais ce qui compte c’est ce que nous entendons et si à l’oreille, ça sonne, alors pour moi c’est OK !
Cela ne marche pas avec tout, ça fonctionne parfois très bien et d’autre fois pas.
 
Je sais que certains d’entre vous ne seront pas d’accord avec ça, mais voilà justement une raison
de laisser un commentaire à la fin de cet article.
Que vous soyez d’accord ou non, vous est-il arrivé de tricher sur un plan ou un rythme et quel a
été le résultat ?
Est-ce que les autres musiciens s’en sont rendu compte quel a été leurs réactions.
Et enfin, est-ce que vous en usez voire même en abuser ?
 
En tout cas pour moi, ça fonctionne plutôt bien, ces tricheries sont parfois provisoires, et d’autres
plus définitives suivant le cas.
J’essaye quand même de les réduire un maximum au fur et à mesure, en travaillant de mon coté,
évidemment.
 
C’est une expérience que je vous conseille de faire  de temps en temps si vous ne le faite pas encore car cela peut
parfois vous surprendre sur vos capacités à faire certaines choses et vous pouvez même découvrir de nouveaux
plans ou même, de créer un style plutôt singulier, en gros vous aider à personnaliser votre style, trouver votre
propre style de jeu.
 
Cet article t’as plu ? Alors like le et partage le avec tes ami(e)s.
 
Christophe SOLIVERES #FSB

La Partition batterie de Janvier « History Repeating » de Propellerheads ft Miss Shirley Bassey

Bonjour à toutes et à tous !

Tout d’abord,  BONNE ET HEUREUSE ANNÉE  à vous tous !!!

Je vous souhaite que le meilleur et surtout plein de musique et de belles surprises !

J’en profite rapidement pour vous informer que pour moi l’année 2018, sera une grande année avec un Changement Important puisque je vais me consacrer principalement à mon Blog et à la musique.

Je ferais une vidéo et un article très prochainement pour vous expliquer tout ça !

Voici la partition de batterie du mois de Janvier : « History Repeating » de Propellerheads feat Miss Shirley Bassey

Ce titre m’a été demandé par « Ladydrummer »  sur le dernier relevé de Clapton en décembre dernier.

Il ne me reste plus qu’à retranscrire « Prisoner » d’ Iron Maiden demandé par « Tof »  sur le même relevé de Clapton et je serais à jour des demandes, donc surveille tes mails « Tof » !  😉

Si comme Ladydrummer Tof ou Michel souhaitez que je vous retranscrive la partie batterie  d’un morceau de votre choix, laissez le en commentaire à la fin de cet article, je le ferais avec plaisir 🙂

Pour ce titre que je me suis régalé à retranscrire,  j’ai au début du titre (entre la mesure 5 à 18 ainsi que les 5 dernières mesures) adapté la batterie avec le charleston, le Cross stick (CCL) et le Tom aïgu pour remplacer les percussions si vous n’avez pas de percussionniste dans votre groupe. Si vous avez un percussionniste pas la peine de jouer cette partie, évidemment.

Au niveau de la structure toutes les parties (intro, pré-couplet, couplet, refrain)fonctionnent par 4 mesures, la plupart du temps répété au moins 2 fois donc par tranche de 8 ou 16, donc pas de surprise en terme de structure.

Ce morceau est assez simple pour la structure mais il est important de bien assimiler le rythme principal qui doit être très fluide.

Et rappelez vous ces relevés que je retranscris tous les mois sont et restent gratuit, je continue pour cette année 2018 sur la même lancé, alors profitez-en !

Voici le fichier audio de la partition batterie 

 

Ce relevé t’as plu ? Alors like le et partage le avec un max d’ami(e)s ! 🙂

 

Christophe Soliveres #FSB

 

 

La partition de batterie « Hey Joe » de Jimi Hendricks « Cadeau de Noël »

Bonjour à toutes et à tous voici mon cadeau de Noël ! 🙂

Pour cette fin d’année 2017, je vous ai retranscrit un standard de Jimi Hendricks.

 

Il s’agit d’un morceau qui tourne principalement sur 4 mesures qui se répète avec une improvisation sur la dernière voire sur les 2 dernières mesures. Le charleston se joue semi ouvert et légèrement plus ouvert lorsque on joue la caisse claire sur le temps 2 et 4.

Il n’y qu’un couplet qui tourne en boucle avec un solo de guitare au milieu et une fin sur le couplet adlib’, c’est à dire qui tourne en boucle (le volume baisse petit à petit). Voici un lien sur un live cela peut donner une idée de fin.

Pour une version live, il faut donc trouver une fin avec une mise en place avec les musiciens de votre groupe.



Voici le fichier audio du relevé de batterie complet

Ce morceau à la particularité d’être en binaire si le débit est en croche dès que l’on joue le débit supérieur c’est à ce moment là du sextolet, c’est ce qui donne un groove très particulier, sur le même principe que « Superstition » de Stevie Wonder.

Du coup, Les fills  ou les  roulements sur chaque dernière mesure de chaque boucle (boucle de  4 mesures) peuvent varier entre du binaire et du ternaire, suivant l’effet que l’on veut donner.

Et pour vous aider voici une mesure de chaque type de roulements avec le fichier audio pour écouter l’effet que cela donne :

Extrait binaire :

Extrait ternaire :

 

Sur cette partition de batterie je n’ai bien entendu pas écrit tous les roulements, j’ai retranscrit deux types de fills, ternaire en sextolets et binaire en triple-croches.

Sur ce titre, la structure reste simple et donc libre cours à l’improvisation sur chaque fin de cycle.

Voilà j’espère que ce relevé va vous plaire, laissez moi un commentaire pour me dire votre ressenti.

Ce relevé t’as plu ? Alors like le et partage le avec tes ami(e)s.  🙂

Christophe #FSB. 

La TECHNIQUE VS le FEELING

 

  

Bonjour à toutes et à tous, aujourd’hui je vais vous parler du de la technique et du Feeling.

 

Nous passons une grande partie de notre temps sur la batterie à vouloir développer notre technique parfois au détriment du feeling, et parfois nous retrouvons à jouer en groupe sans avoir travailler sur notre feeling.

 

 

Déjà pour commencer voici la traduction du mot feeling : senti, ressenti.

 

Il faut donc bien le savoir que le feeling n’est pas réservé aux batteurs confirmés ou de très bon niveau, mais il est accessible à tous, batteurs de tous niveaux  y compris aux débutants. Il est même indispensable lorsque l’on a un jeu simple, débutant ou pas.

 

Il faut, avant tout ressentir, être à l’écoute des autres musiciens et prendre du plaisir à jouer de son instrument avec les autres musiciens.

 

La technique que nous avons acquise est à notre service et non le contraire.

 

Il y a un temps pour tout, pour bosser vos cours de batterie, et un pour jouer avec vos potes musiciens.

 

Une fois que vous avez travaillé la technique (cours , exercices), il faut tout mettre de coté sans vous prendre la tête car avec le temps, certains de vos exercices viendrons instinctivement dans votre jeu et c’est à ce moment là que petit à petit vous vous rendrez compte que vos cours vous apporterons quelque chose de positif.

 

Mais quoi qu’il arrive il ne faut pas, à mon sens, vouloir à tout prix placer toute sa technique que vous avez apprise, même et surtout si vous les maîtrisez bien, sinon vous serez au service de votre propre technique, et souvent cela ne sert pas du tout la musique. 

Pourtant c’est bien le but quand on joue de la batterie en groupe « mettre son instrument au service de la musique »

 

Trop souvent certains techniciens  font de l’étalage de tous ce qu’ils savent faire et même très bien faire mais cela n’apporte rien à la musique, juste montrer aux autres batteurs « regarde ce que je sais faire »,

Pour moi, notre technique nous permet de mieux nous exprimer, pour avoir un bon feeling, un bon groove.

 

Lorsque nous savons faire quelques choses de très complexes grâce à notre technique cela doit nous permettre de faire des choses très simples et toujours au service de la musique, non  d’étaler notre technique et de montrer ce que nous savons faire.

 

La technique est, et doit rester un outil pour nous permettre de jouer de la musique avec le groove et avoir du feeling, c’est à dire de ressentir la musique que nous jouons.

 

Je ne parle évidemment pas des « clinics » et autres rassemblements de batteurs comme « la bag show », les différents salons ou les démonstrations de plus grands batteurs qui ont lieux un peu partout.

 

Là pour le coup, c’est bien normal et même bien souvent indispensable pour ses grands batteurs de faire un étalage de techniques, mais vous remarquerez si vous en avez vu à plusieurs reprises que très souvent ils intègrent de la musicalité, de l’originalité, et c’est ce qui fait leurs forces et qui renforce leur notoriété.

 

Dans cet article je parle lorsque nous jouons en groupe avec d’autres musiciens.

 

Tous ce qui a lieux dans les écoles et autres rassemblements de batteurs, n’est pas concerné par cet article, car une école de musique est fait pour apprendre, améliorer sa technique, sa musicalité, son indépendance. Donc le principe du travail  chez soi et en école est de se mettre continuellement en danger et d’apprendre ce que nous ne maîtrisons pas.

 

Mais une fois que nous jouons en groupe, ce qui est quand même le but rechercher finalement, c’est de servir la musique et à ce moment là, fini les mises en danger, place au FEELING et la simplicité.

 

Bien que le Feeling n’est pas en rapport avec la simplicité ou la complexité.

 

Ma conclusion : 

 

Serait de dire que notre Technique, quelle que soit notre niveau  est un outil indispensable pour avoir du feeling lorsque nous jouons avec d’autres musiciens.

 

Mais plus notre technique est élevée, plus il faut se concentrer pour un jeu simple pour mieux servir la musique et développer le feeling.

 

Après sur certains styles de musique ou l’improvisation est de mise (comme le jazz par exemple), ou lorsque nous jouons en concert du bon vieux Rock, avec un public qui est déchaîné, la technique a une place encore  plus importante mais il faut rester sur un jeu naturel.

 

Laissez moi en commentaire, selon vous quel est le rapport entre Technique et Feeling ! 

 

Voilà j’espère que cela vous aidera à vous améliorer à la batterie.

 

Cet article t’as plu ? Alors like le et partage le avec tes ami(e)s. 🙂

 

Christophe Soliveres #FSB

Comment travailler Votre méthode de batterie

Bonjour à toutes et à tous !

 

Aujourd’hui je ne vais pas vous parler de quelle méthode il faut choisir mais plutôt de comment travailler une méthode que vous aurez choisi pour apprendre à jouer de la batterie.

 

Je ne vais pas vous énumérer les différentes méthodes qui existent mais plutôt, comment s’y retrouver parmi tout ce choix.

 

Si vous suivez  un cursus précis auprès d’une école, elle vous donnera les indications des méthodes a acheter, ou lorsque votre prof de batterie vous demande d’acheter telle ou telle méthode, là pour le coup, vous êtes guidé, donc cet article ne vous sera pas de grande utilité, alors,  MAIS en lisant l’article vous apprendrez peut être quelque chose, qui sait ?  🙂

 

 

Si vous n’avez pas la chance d’avoir un professeur,là c’est un tout autre problème, aux vues de La multitude des  méthodes qui existent, nous pouvons vite nous perdre, non seulement parmi tout le choix qu’il y a, mais surtout comment s’y prendre, comment les travailler si personne ne vous indique comment faire.

 

Je vais tenter de vous éclairer au mieux, pour vous aider à faire le meilleur choix d’une méthode adapté à vos besoins et à votre niveau mais surtout comment la travailler.

 

Et oui ! je ne pense pas qu’il existe « La meilleure méthode » qui fasse l’unanimité. Tout est relatif en fonction de chacun, certes, il existe des méthodes phares qui  semblent incontournables, mais elles peuvent être différentes suivant les batteurs.

 

C’est d’ailleurs pour cela que d’avoir un professeur est très important car il vous dirigera sur une méthode appropriée, et suivant votre professeur il peut même faire un choix différent sur la façon de travailler cette même méthode.

Excepté bien sûr les écoles du type « Agostini, Lajudie, Boursault, le conservatoire; ……etc »   ou un programme est en place avec une méthode prouvée et bien défini, l’inconvénient c’est qu’elles sont souvent très longues.

 

Donc pour tous ceux qui souhaitent continuer ou commencer à apprendre à jouer de la batterie sans professeur (par dépit ou par choix), voici ce que je peux vous dire !

 

La première chose à faire est d’avoir conscience de son niveau et de se limites, pour mieux les repousser et progresser à la batterie. Attention, il s’agit d’une auto critique constructive mais surtout pas d’un jugement de valeur !!!

 

Il faut donc, en fonction de son niveau et de ses capacités, définir ce sur quoi  nous voulons nous améliorer pour définir ce que nous devons travailler.

 

Si beaucoup trop de choses vous semblent nécessaire de travailler, vous devez définir des priorités, ou plutôt mettre un ordre, sur ce que vous voulez acquérir en premier (à court , moyen et long terme).

 

Cette étape est primordiale pour choisir la ou les méthodes qui vous seront le plus utile, en fonction de ce que vous aurez détecté de travailler (travail de l’indépendance, main faible, rapidité, endurance, régularité du tempo…).

 

Ne connaissant pas moi même toutes les méthodes qui existent, je vais vous donner deux exemples de méthodes que je connais.

 

  1.  La méthode « Dante Agostini » et notamment les 5  volumes,. Perso je me suis arrêté au volume 2 , je n’ai pas terminé le volume 3. Mais de souvenir pour ces volumes, il y a me semble t’il, plein de débits en doubles croches et triples croches mais aussi en ternaire, quintolet …etc avec des Doigtés différents qui sont les bases pour travailler.                                                                                                         
  2. Le fameux « Stick control » que j’utilise actuellement pour m’y remettre sérieusement. Ce que j’aime particulièrement dans cette méthode, c’est qu’elle regroupe les principaux doigtés sur les principaux débits avec les RA et FLA., Pas besoin d’acheter 2, 3,4 ou 5 volumes sans compter les solfèges rythmique ou les syncopés qu’il faut acheter pour compléter certaines autres méthodes comme dans la méthode « Dante Agostini ».

 

Donc pour résumer lorsque vous devez faire un choix sur une méthode, c’est dans 1 er temps de bien connaitre vos besoins et dans un deuxième temps c’est de regarder et sélectionner la méthode qui regroupe les principaux doigtés sur les principaux débits.

Par exemple, il faut que dans votre méthode, il y ai les « paradiddles » et un maximum de doigtées sur les principaux débits, principalement, les croches, les doubles croches, les triolets, les sextolets, les « Fla » et les « RA ». 

 

Je ne parle pas de quintolets, septolets  et autres débits impairs, tout simplement parce qu’ils ne sont pas les plus utilisés dans la musique moderne et en plus ils sont difficiles à maitriser. Comme je le dis souvent il faut apprendre à marcher avant de courir !

 

Actuellement, Je suis dans une période de réflexion, de préparation et de création  d’une méthode de travail pour apprendre et s’améliorer à la batterie de manière efficace. 

Les bases d’exercices sont sensiblement les mêmes que l’on peut trouver dans la plupart des méthodes et notamment « Stick Control ». La particularité sera sur la façon de travailler tous ces exercices, qui prendra en compte votre niveau mais aussi votre objectif. 

 

Je ne manquerai pas de vous le faire savoir dès que j’aurai plus d’informations. 😉

J’espère que cet article vous aidera à non seulement choisir votre méthode mais aussi savoir comment la travailler. 

 

Pour mieux vous aider et mieux aider les autres, laissez en commentaires pour nous dire la ou les méthodes que vous utilisez.

 

Et SURTOUT, si vous êtes perdu dans le choix de votre future méthode laissez  un commentaire à la fin de l’article, car une réponse pourrait  vous ouvrir la porte de « VOTRE SOLUTION »

Je compte sur votre réactivité pour laisser un commentaire. Faites partie des batteurs qui agissent car c’est la meilleur façon de progresser avec efficacité.

 

 

Cet article t’as plu? Alors Like le et partage le avec un max avec tes ami(e)s. 🙂

 

 

Christophe  SOLIVERES #FSB

 

La Partition de batterie du mois « Cocaïne » de Eric Clapton

Bonjour à toutes et à tous !

Voici la partition de batterie du mois de décembre, le très célèbre morceau d’Eric CLAPTON «  Cocaïne ».

Sur ce titre, le charleston est un super exercice que j’ai conseillé dans un de mes tuto#7 (la 5 figure charleston), cliquez ici pour voir ce Tuto.

Si vous avez du mal à jouer le charleston du début à la fin, certain  le joue  en double croches avec les deux mains, mais moi je préconise de le jouer comme il est écrit dans la partition et de jouer en croches de temps en temps pour vous alléger un peu, si vous vous fatiguez.

Et petit à petit vous pourrez le jouer tel qu’il est écrit.

Comme d’habitude vous pourrez télécharger Gratuitement la partition en remplissant le formulaire.

 

Voici le fichier audio pour vous aider

 

Si vous souhaitez que je retranscrive un morceau de votre choix, laissez moi un commentaire à la fin de cet article.

Bonne lecture ! 🙂

Cet article t’as plu ? Alors like le et partage le avec tes ami(e)s !  🙂

Christophe #FSB

POURQUOI JOUER COMPLIQUÉ QUAND ON PEUT JOUER SIMPLE À LA BATTERIE

Bonjour à toutes et à tous !

 

Aujourd’hui je vais vous parler de : 

 

« POURQUOI JOUER COMPLIQUÉ QUAND ON PEUT JOUER SIMPLE À LA BATTERIE »

 

 

Grâce aux réseaux sociaux qui sont « une mine d’or » d’informations, nous avons la chance de pouvoir voir et écouter des batteurs incroyables par leur techniques, leur ingéniosités, leur originalités ou même par leurs simplicités. 

 

Mais le piège, c’est que notre enthousiasme nous fait aller, parfois trop vite. 

On peu vite se retrouver en train de jouer des choses tellement complexes que nous avons vu sur le web.

 

 

Le problème, c’est que nous n’avons pas forcément le même niveau que ce batteur qui a joué ce plan d’une manière magistrale !

 

Cela a tendance à nous booster et c’est très bien d’ailleurs ! Il faut jouer et tenter des choses surprenantes et complexes, mais quand nous jouons en groupe et surtout en public, il vaut mieux rester dans la maîtrise de ce que nous jouons. 

 

Il faut donc éviter de jouer des plans que nous ne maîtrisons pas, d’autant plus s’ils sont complexes, en plus cela peu desservir la musique.

 

Alors voici le dicton du jour « il faut apprendre à marcher avant de courir »

 

Mon conseil du jour,  c’est de jouer simple et efficace lorsque vous jouez en live. 

 

Parfois nous pouvons être tentés de jouer des plans que nous ne passons pas systématiquement, mais il faut faire en sorte que cela reste toujours dans l’intérêt de la musique et non de l’étalage de technique.

 

Personnellement, je trouve qu’il n’y a rien de pire, qu’un bon batteur (techniquement parlant) place sans arrêt des plans compliqués et très techniques, cela peut devenir, très vite lourd et fatiguant, en plus cela desservira bien souvent la musicalité, sauf s’il s’agit d’une démonstration de batteur ou d’un solo de batterie,  bien entendu ! 😉

 

Sachant que parfois les plans que nous passons sans problème en répétition, peuvent nous causer des soucis en live, devant un public , le stress, la fatigue peut nous jouer des tours, donc mieux nous maîtrisons notre partie et moins nos chances  de nous retrouver perdu devant le blanc sidéral (trou de mémoire) sont grandes.

 

Donc j’aurais tendance à vous conseiller d’apprendre à jouer un morceau de votre choix, du début à la fin, sans vous arrêter même si vous vous plantez et en épurant votre jeu au maximum (au plus simple).

 

Une fois que vous arrivez à le jouer régulièrement simple, sans, ou presque sans bavures, vous pourrez à ce moment là, essayer et tenter un plan ou deux par ci par là, un peu plus compliqué, mais pensez toujours à rester au service de la musique.

 

Intégrez les au fur et mesure mais surtout, pas trop d’un coup sinon cela peut vite devenir très chiant.

Je parle en connaissance de cause! C’est une erreur que j’ai déjà faite. 

 

Heureusement je ne l’ai fait que très peu en public, il y a bien longtemps (erreur de jeunesse :).

 

J’ai beaucoup d’admiration pour les batteurs qui malgré leur très haut niveau technique savent jouer simple avec une efficacité de FOU. 

Cela prouve qu’ils ont une musicalité de très haut  niveau.

 

Donc pour vous aider à mieux appréhender et à jouer simple et efficace à la batterie, voici  6 conseils :

 

1/ Jouer très régulièrement (le plus souvent possible) sur des play back sans vous arrêter même si vous vous plantez.

 

2/ Épurer votre jeu de manière à diminuer sérieusement les risques d’erreur (mise en place, break, fill…)

 

3/ L’indépendance intellectuelle : Être capable de jouer une rythmique tout en pensant à autre chose et plus précisément à la prochaine mise en place ou break. cela demande de l’entraînement mais il faut constamment travailler cette indépendance, vous gagnerez en musicalité grâce à l’écoute.

 

4/ Jouer un maximum avec votre groupe ou avec votre bassiste si possible.

 

5/ Lorsque vous testez des nouveaux plans un peu plus compliqués, travaillez d’abord par segment (une mesure du rythme + le fill ou le break), de manière à bien assimiler ce nouveau plan pour ensuite l’intégrer dans le morceau.

 

6/ Travaillez individuellement et de manière intensive, les plans que vous souhaitez intégrer dans votre jeu avec votre formation, votre groupe. 

 

 

Conclusion :

 

Donc pour  résumer, lorsque que nous jouons en formation, il est important de jouer à 50 % de son niveau, de manière à assurer un maximum et de limiter les erreurs.

 

Nous sommes trop souvent tentés de vouloir dépasser nos limites, ce qui n’est pas si illogique que ça, puisque c’est comme ça que nous progressons, mais si nous souhaitons assurer notre partie en live, il faut en garder sous le pied, surtout au début d’un concert.

 

Laissez moi en commentaire, si vous pensez que vous jouez simple ou si au contraire si vous pensez jouer trop compliqué 🙂

 

Cet article t ‘as plu, alors Like le et partage le avec tes ami(e)s 🙂

 

Christophe #FSB

 

 

« Le Tableau » pour mieux choisir ses baguettes

Bonjour à toutes et à tous!

Voici, comme je vous l’avais annoncé la semaine dernière sur l’article « Comment choisir ses baguettes »,  le Tableau que j’ai pris soin de faire pour vous aider à choisir vos baguettes.

Pour simplifier, j’ai divisé en 4 groupes de taille de baguettes, que vous connaissez certainement tous, très bien. Ainsi vous pourrez situer les autres modèles de baguettes et ce qu’elle peuvent apporter en fonction de vos besoins.

Voici donc les 4 modèles de bases, il s’agit :

  1. 7A baguettes fines de 1,37 cm de diamètre et de 39,37 cm de longueur
  2. 5A baguettes médiums de 1,44 cm de diamètre et de 40,64 cm de longueur.
  3. 5B baguettes grosses de 1,51 cm de diamètre et de 40,64 cm de longueur
  4. 2B baguettes très grosses de 1,60 cm de diamètre et de 41,28 cm de longueur.

Il faut savoir que suivant les marques de baguettes, les diamètres et longueurs peuvent être légèrement différents mais elles ne fluctuent que très peu.

Pour information je me suis basé sur les diamètres de la marque « Vic Firth » ainsi de quelques modèles de « Regal Tip » et de  « Promark »

Voici les principaux modèles, suivant les marques, les noms diffèrent. Il y a  énormément d’autres modèles dont les modèles signatures.

Certaines marques ont des noms de séries qui reprennent les modèles standards qui sont :

  • Soit dans un autre bois. – Soit avec une olive différente.  – Soit avec un col différent.

Voici quelques exemples de séries :

VIC FIRTH :

    • American Heritage ou American Custom : Modèles en Erable
    • American Sound : Modèles avec olives rondes
    • American Jazz : Modèles avec col fin
    • Shogun : Modèles en Chêne
    • Extrème : Baguettes plus longue

PROMARK :

    • Natural : Modèles sans vernis`
    • Pro round : Modèles avec olives rondes
    • ..X : Baguettes plus longues
    • Jazz Cafe : Modèles en Erable
    • Active Grip et pro Grip : Modèles avec un revêtement anti glisse 

PRO ORCA :

    • Profil Xtra : Vernis anti grip
    • X grip : Modèles avec un gris caoutchouc
    • Maple Serie : Modèles en érable
    • S series : Modèles très fin et olives pointues

REGAL TIP :

    • But Naked : Modèles naturel sans vernis
    • E Serie : Modèles avec olives Nylon striées 
    • Maple : Modèles en érable

VATER :

    • Sugar Maple : Modèles en Erable
    • XTrème design : Modèles plus long
    • Gospel : Modèles avec olives rondes
    • GRIP : Modèles avec un gris caoutchouc
    • Nude : Modèles naturel sans vernis

Ce tableau a pour but de vous familiariser avec les modèles principaux, mais également  de comprendre la logique qui n’est pas toujours évidente.

 


Pour résumer, voici des variantes et modèles dans les 4 groupes de baguettes (7A, 5A, 5B, 2B) :

    • Les variantes sont sur le diamètre, la longueur, le col et l’olive
    • Beaucoup de modèles existent en olive Nylon (plastique).
    • Il existe également des baguettes en Carbone ou aluminium pour la solidité.
    • Quelque soit la marque, lorsque vous trouvez le terme  « X, Xtrème, L », cela influe sur la longueur.
    • Dès que vous avez le terme « Sound », vous aurez une olive souvent ronde, en tout cas, une olive qui donne un son « Ping » sur les cymbales (surtout sur la ride).
    • Lorsque vous avez le terme « Grip, Profil » il y aura un revêtement anti glisse soit un vernis spécifique soit un manche équipé d’une résine caoutchouc.
    • Vous pourrez avoir les termes « Natural, Nude, Naked » il s’agit de baguettes dépourvu de vernis quelconque, baguettes naturelles qui ont pour but de réduire l’effet de glisse également.

Lorsque vous trouvez les termes « Thin ; Jazz » cela désignera une baguette plutôt fine type 7A, et lorsque vous avez le terme « Rock ; Heavy ; Metal » cela désirnera une baguette évidemment plus grosse type 5B et 2B , jusque là tout est logique.

Cela se complique sur les modèles type  8A , 8D, 1A, Fusion, 7B et c’est pour cela que j’ai fait le tableau, qui je l’espère vous aidera vraiment pour le choix de vos baguettes.

Quoi qu’il arrive, il est vraiment nécessaire d’essayer les baguettes sur un pad avant de les acheter,  voir même, de donner un coup ou deux sur une ride pour entendre les différences d’attaque en fonction de l’olive.

Mais le plus important c’est l’équilibre des baguettes quand vous les avez en mains, ainsi que  la sensation que vous aurez.

Il faut également vérifier, si les baguettes que vous avez choisi sont bien droite, car il n’y a rien de pire, qu’une baguette pas droite et en plus, avec le temps cela risque de s’empirer, alors, soyez vigilant !

Voilà ! J’espère que cela vous aidera, et bon choix de baguettes à tous ! 🙂

Cet article t’as plu ? Alors like le et partage le avec un maximum d’ami(e)s!  🙂

Christophe SOLIVERES #FSB

Tuto #8 # 2 Exercices pour travailler sa main Faible

CCL1DEBUTANT-FSB

 

 

Bonjour à toutes et à tous !

Voici ENFIN, mon nouveau Tuto. Après cette longue période inactive, j’ai décidé de m’y remettre sérieusement.

Le problème c’est que je travaille sur des nouveaux logiciel suite à mes problème informatique j’ai dû me re-équiper.

 

Du coup, je pédale un peu dans la semoule, mais cela va venir !

Pour cette première vidéo, j’ai choisi de mettre en pratique l’article que j’ai publié « 2 exercices pour travailler sa main faible »

je suis à peu de choses près, installé ma pièce de musique, je ne peux pas encore jouer quand je veux (problème de voisinage encore) mais ça va encore.

Comme je vous le dis dans le tutoriel le premier exercice est vraiment à commencer lentement puis augmenter le tempo au fur et à mesure, pendant 5 minutes environ, c’est surtout pour dérouiller sa main faible et se chauffer les poignets.

L’Exercice N°2 lui est un boulot assez complet car on bosse la main gauche, on joue les débits les uns derrière les autres,  moulin, frisé et roulé en double croches (binaire) tout enchaînant les sextolets (ternaire), il nous familiarise avec l’enchaînement binaire/ternaire en plus de travailler l’indépendance grâce à l’ostinato (même s’il est simple).

Pour télécharger gratuitement le relevé du TUTO, c’est ici



 

Pour moi cela m’aide pour des variantes charleston en intégrant des sextolets sur un temps ou deux sur un rythme binaire, ou en roulement aussi par exemple.

Après à vous de trouver ce que cela peut vous apporter.

Surtout, laissez moi un commentaire en dessous de la vidéo (sur mon blog), si vous souhaitez que j’aborde quelque chose en particulier dans un prochaine vidéo.

Ce TUTO t’as plu? Alors Like le et partage le avec tes ami(e)s.  🙂

 

Christophe SOLIVERES #FSB

 

Comment choisir vos baguettes ?

Bonjour à toutes et à tous !

Aujourd’hui, j’ai choisi de vous parler d’un sujet que nous pouvons parfois négliger et pourtant, c’est le prolongement de nos bras et mains, le choix ne doit pas être fait au hasard.

Il n’existe pas de baguettes universelles qui conviennent  à tout le monde !

Cela n’existe pas, nous sommes tous différents, tous uniques ! Et heureusement!  🙂

Il y a bien longtemps (en 1979), un batteur nommé  » Philippe LALITE »  l’avait compris ! C’est pour cela qu’il créa  « LA BAGUETTERIE » un magasin Parisien qui proposait un choix de baguettes jamais vu jusque là. 😉

Il faut savoir qu’à l’époque les magasins généralistes avaient un choix très restreint, avec un choix de dix ou vingt types de baguettes, au grand maximum. Autant vous dire que très vite, tous les batteurs  de Paris et sa banlieue se sont précipités dans cette petite boutique de 25 m2 seulement qui avait un choix de baguettes qu’aucun magasin de l’époque ne  proposait dans toute la France.

Tout ça pour vous dire que Je n’invente rien, d’ailleurs, j’ai travaillé pendant plus de cinq ans dans ce magasin parisien puis dans celui de Toulouse durant plus de treize années.

Pour ceux qui ne connaissent pas cette enseigne, vous y trouverez un choix de plus d’une centaine de type de baguettes sans compter les balais, rods et autres  baguettes fagots en tout genre.

Régulièrement on me demandait des modèles que nous n’avions pas ou plus en stock malgré notre choix. Donc pour moi c’est une évidence qu’il n’existe pas de baguettes qui conviennent à tout le monde.

Mais malheureusement, le choix est tellement important qu’il est difficile de faire le bon, mais là, c’est une toute autre histoire !

Grâce à mon expérience, en tant que batteur passionné ainsi qu’ancien vendeur de baguettes (entre autre), je vais tenter de vous éclairer pour répondre à cette fameuse question.

Comment choisir ses baguettes ?

Il faut savoir que le choix se fait en fonction de nous, physiquement parlant :

  1. Notre taille.
  2. Notre corpulence.
  3. La taille de nos mains.
  4. Notre tenue de baguettes.
  5. Notre force de frappe, notre jeu.

Ensuite si vous êtes débutant avec moins de deux ou trois années de pratique de  batterie, que votre choix c’est fait sur du 5A car votre professeur vous l’a conseillé mais que vous n’êtes pas vraiment à l’aise avec, vous imaginez bien que dans ce cas, il est super difficile de choisir ses baguettes, même après plusieurs années de pratique, le choix reste compliqué!

Pour information, les baguettes modèle 5A ont été, sont et seront toujours conseillées par une majorités de professeurs, de vendeurs et autres ami(e)s batteurs, ce qui est tout à fait normale et justifié car nous, êtres Humains  avons un gabarit moyen et que lorsque nous prenons pour la première fois des baguettes, le modèle 5A correspond à une taille moyenne, ni grosse, ni fine et donc ce conseil est adapté.
Pour un enfant il faut l’adapter, mon conseil serait plutôt de prendre du 7A si il a moins de 13 ou 14 ans, et aussi en fonction de la taille et du gabarit de l’enfant.

Ce qu’il faut savoir pour choisir ses baguettes :

Ce qu’il faut savoir, pour choisir en faisant abstraction de la marque, c’est d’abord quel genre de baguettes existent en terme de bois (densité, poids), longueur, diamètre, forme du corps de la baguette ainsi que la partie supérieure appelée « col », ainsi que l’olive.

Baguettes de pain FUGZU FSB

Avec celle-ci, ce serait assez difficile d’être à l’aise pour jouer!

Certainement plus facile à manger!:-)

Revenons aux baguettes de batterie cette fois, LOL 😉

 

 

En ce qui concerne  le type de bois, je vais citer les 3 principaux bois qui représente peut être 80% ou plus des baguettes du marché (sachant qu’il en existent forcement plein d’autres).

Le plus répandu : HICKORY (en Français, nous utilisons le mot anglophone)

Bois très dense (j’ai déjà tenu dans ma main un tasseau d’Hickory avant qu’il soit transformé en baguette et je peux vous dire que son poids est  2 à 3 fois plus lourd qu’un tasseau de pin ou sapin que vendent les magasins de bricolage.

Alors oui ! Il est très dense !

Il a une fibre bien serrée qui  rend la baguette très robuste,  mais qui a l’inconvénient de s’effilocher et donc la baguette peut se déformer et se voiler (un peu comme un arc). Si elle ne casse pas, l’olive peut disparaître par l’usure mais elle a une durée de vie assez longue malgré tout. Si vous les cassez très régulièrement, il peut y avoir d’autres raisons que la solidité de la baguette qui peut être mise en cause,  le choix du diamètre entre autre et de la longueur.

Vous avez également : l’ERABLE(Maple)

C’est un bois également assez dense mais moins que l’Hickory, donc plus léger, il sera donc un peu plus fragile que ce dernier mais, pour certain batteur, l’érable peut être son type de bois préféré pour le choix de ses baguettes car il ne se  déforme quasiment pas et ne s’effiloche pratiquement pas.

C’est un bois qui a une fibre très, très serrée.

Quand vous tenez une baguette en Hickory d’un coté et de l’autre une en érable, vous pouvez constater que la baguette en Erable est très lisse, il n’y a pas les toutes petites rainures creuses dans la fibre et c’est d’ailleurs pour cela qu’elle ne s’effiloche que très peu, mais elle a l’inconvénient de casser d’un coup sans prévenir alors que la baguette garde toute sa forme d’origine, c’est assez surprenant d’ailleurs de voir une baguette cassée alors qu’elle semble être comme neuve.

L’avantage c’est que vous pouvez trouver des baguettes assez grosses en diamètre de type 5B ou plus, avec un faible poids, ce qui peut vous éviter les tendinites.

Et pour le dernier : Le CHÊNE (Oak)

Le chêne est encore plus dense que l’Hickory, une fois encore, il s’agit d’un bois très robuste mais tout comme son cousin MR HICKORY,  il se déforme mais ne s’effiloche que très peu!  Je ne dirais pas qu’il ne s’effiloche pas mais beaucoup moins car il a une fibre serrée comme l’Erable, donc presque aussi lisse.

Donc pour résumer les caractéristiques de ces 3 bois, je dirais que :

L’HICKORY très robuste, poids moyen biensûr en fonction de la taille (diamètre, longueur), qui peut se déformer et s’effilocher. Du coup avec le temps et l’usure, il peut perdre de la brillance dans le son en tapant sur les cymbales et plus particulièrement la ride *(cymbales rythmiques de taille généralement supérieur à 18″)

L’ERABLE un peu moins résistant, d’où une casse nette et sans bavure, mais a  l’avantage de ne pas se déformer et surtout de ne pratiquement pas s’effilocher. Elle garde donc un son brillant sur les cymbales pendant pratiquement toute la durée de sa vie. Un autre avantage si vous aimez les baguettes de diamètre important mais sans vouloir une baguette lourde, alors ce bois est fait pour vous !

Un standard de modèle en ERABLE utilisé en musique classique sur le célèbre  « BOLERO de RAVEL »

C’est la SD2  (baguettes en  érable  de gros diamètre avec un col qui s’affine rapidement et une petite olive bien ronde, pour un son net et précis, tout en étant légère !

Le CHÊNE, un bois un peu plus lourd que l’hickory et qui s’effilochera nettement moins que ce dernier. Il a donc l’avantage d’être super résistant mais si vous aimez les gros diamètres, le poids peut devenir un problème (attention aux tendinites).

 

Il faut savoir que certaines marques proposent un  choix plus important dans certains types de bois  (exemple : TAMA propose pas mal de modèles en CHÊNE ;  VIC FIRTH propose un bon choix en ERABLE toute la série SD ainsi que VATER, PRO MARK qui a une époque proposait également des modèles en CHÊNE qu’il ne font plus, me semble t’il !?

L’HICKORY est  évidemment proposé par la quasi totalité des marques.

Voilà pour ce qui est du bois.

Après, vous avez donc 4 caractéristiques à définir dans votre choix : La longueur, le diamètre, la forme du col et la forme de l’olive.

La longueur : Cela rajoute du poids à la baguette car plus elle est longue et plus le poids sera réparti devant, donc vigilance en fonction de votre ressenti quand vous les essayez. La façon dont nous tenons les baguettes a énormément d’importance.

AH, OUI ! pensez toujours à essayer les baguettes sur un « PAD »  lorsque vous les choisissez dans un magasin, donc allez là ou on vous laisse les tester (quelques secondes suffisent pour se donner une idée)

Le diamètre : Lui c’est souvent un des critères qui est le plus facile à détecter, mais il est lié avec le type de bois puisque nous pouvons aimer des gros diamètres sans pour autant apprécier trop le poids, c’est à ce moment que le choix de l’Erable peut être intéressant.

La Forme du col : Lorsque vous testez vos baguettes sur un pad, si vous sentez trop d’impact ou de vibrations dans les poignets, il faut s’orienter sur un col qui s’affine rapidement où, dès le départ cela amortit l’impact et transmet moins de vibrations dans le manche, mais l’inconvénient est la solidité qui en est affaiblit sur le haut de la baguette.

La forme de l’olive : Elle, par contre n’est pas un choix que vous pouvez faire lorsque vous testez sur un pad. Le test peut se faire soit sur une caisse claire ou sur une ride. Quand vous êtes dans votre magasin demandez leur si vous pouvez juste donner  deux trois coups sur une ride dont il dispose pour écouter l’attaque et la brillance du son ( c’est ce qu’amène ou non une olive). En résumé, une olive ronde apporte un peu plus de brillance, un son légèrement plus cristallin, en fonction de sa grosseur, il  faut qu’elle soit plus fine et ronde. Plus l’olive est grosse et plus le son est agressif et présent, avec un impact puissant.

Donc pour résumer :

En fonction de votre gabarit et de votre taille, vous allez vous orienter vers un diamètre différent ; plus vous êtes grand et costaud et plus vous risquez d’aimer les plus gros diamètres et longueurs, peut être même un poids plus important, c’est une question de logique.

Mais attention, ce n’est pas obligatoirement le cas, il est possible que vous mesuriez 1,98 m, 95 kg mais comme vous jouez du jazz latin par exemple et donc vous cherchez un son fin, cristallin sans puissance alors vous pourriez aimer des baguettes fine et légère type 7A.

Mais si vous avez cette corpulence et que vous jouez du bon vieux ROCK puissant, vous aurez tendance à vous orienter vers  des baguettes type  5A, 5B ou 2B voire plus gros…

Tout cela dépend d’un grand nombre de facteurs et donc il faut faire votre choix en fonction de votre ressenti et votre force de frappe et style de jeu (puissant, fin, léger, dynamique, impulsif….etc)

Une fois que votre choix se peaufine sur le type de diamètre, de longueur, de poids et de forme du col et de l’olive, il y a un dernier point et pas le plus facile, c’est la résistance et la solidité sur votre set de batterie. Et  oui, parfois  on pense avoir trouvé enfin ses baguettes et puis on se rend compte qu’elles cassent très vite.

Cela veut dire qu’il faut chercher d’autres modèles, peut-être  mais pas que !

Parfois, il faut remettre en cause son jeu ou tout du moins sa position de baguettes par rapport au futs .

Un petite astuce, si vous cassez vos baguettes à cause des cercles lorsque vous jouez, il faut parfois légèrement monter son siège, ça nous positionne un peu plus haut, du coup on tape un peu moins sur les cercles et la casse de baguettes s’en trouve nettement réduite. Vous pouvez aussi incliner un peu plus vos futs ( si vous le pouvez).

Il y a aussi le charleston qui peut être en position trop haute,  il ne faut pas taper systématiquement sur la tranche, les baguettes n’aiment pas du tout , il faut taper au dessus de la cymbale.

Il est impératif d’adapter son jeu (puissance, position et réglage des futs) en fonction du style de musique , du son recherché afin de s’adapter aux autres musiciens et non le contraire, pour également préserver la longévité de nos baguettes et cymbales.

Laissez- moi en commentaire en dessous de l’article, ce que vous utilisez comme baguettes, et pourquoi vous les avez choisi ! Merci d’avance !

Enfin il est important d’être vigilant à notre façon de jouer sur notre set de batterie, car cela a une grande importance dans le son que nous développons, tout comme le choix de nos baguettes qui va de pair. 🙂

Très prochainement je vais publier  un petit récapitulatif sous forme de tableau, concernant le type de baguettes (diamètre et longueur)  principales qui  existent sur le marché sans indiquer les tarifs ni les marques.`

PS: Ça y est, je viens de publier le tableau, cliquez ici pour le télécharger GRATUITEMENT ! 🙂

Voilà j’espère que cela vous aidera dans le choix de vos baguettes.

Cet article t’as plu ? Alors Like le et Partage le avec tes ami(e)s

 

Christophe Soliveres #FSB

La partition de batterie du mois « Sound of Muzak  » de PORCUPINE TREE

CCL1INTERMERDIAIRE-FSB

Bonjour à toutes et à tous !

Voici aujourd’hui la partition de batterie de ce mois d’octobre 2017 «Sound off Music » de PORCUPINE TREE.

Photo par Roberto Scorta

C’est une demande dans mon petit questionnaire que j’ai eu, si vous n’avez pas répondu à ce questionnaire, je vous recommande de le faire dès maintenant en cliquant ici.


J’ai particulièrement aimé ce titre qui est en deux partie :

  • 1. Le couplet qui est en 7/4, c’est à dire en mesure de è temps
  • 2. Le refrain en mesure standard 4/4 , donc 4 temps.

J’ai  retranscrit ce relevé car il est vraiment super intéressant.

Vous pouvez le travailler en 2 temps (le couplet puis le refrain)

  • 1 . Le Couplet en 7/4 (7 temps par mesure) :

Il faut, d’une part bien entendre la rythmique guitare, et d’autre par bien avoir en tête la cellule grosse caisse et caisse claire, c’est elle qui fait tout puis ensuite vous ajoutez le charleston qui est principalement à la noire.

Une fois que vous avez bien assimilé le rythme complet, vous pouvez ensuite travailler les variantes à la caisse claire ou parfois au charleston en «Ghost Notes» comme sur la toute première mesure de 7/4, ou la mesure 20 du relevé PDF, par exemple.

Je n’ai pas  retranscrit toutes les variantes et subtilités du charleston ou de le caisse claire ainsi que celles des splash et ouvertures charleston.

  • 2. Le Refrain en 4/4 (4 temps par mesure) :

Voilà une rythmique plus standard, et la pour le coup la ride à la noire dans un premier temps mais vous pouvez ensuite ajoutez les dernière double croche de chaque temps mais en accentuant toujours le temps sur la cloche de la ride. C’est important pour garder la pulsation sur chaque temps.

Il y a également des variantes avec des interventions sur le Tom aigu.

Il faut d’abord bien maitriser le rythme de base, les variantes sur les toms et la ride est vraiment un travail dans un deuxième temps.

 

Une fois que vous pouvez jouer aussi bien le couplet que le refrain séparément, alors enchainez les et jouez sur le play back de ce super titre.

 

Comme d’habitude vous pouvez obtenir gratuitement la partition en PDF et juste en dessous le fichier audio du relevé.

 

 

 

Laissez moi en commentaire vos difficultés et aussi si vous souhaitez que je retranscrive la partition batterie d’un morceau de votre choix.

Moi une fois de plus je suis régalé à faire ce relevé de batterie ! 🙂

Ce relevé t’as plu? Alors Like le et Partage le avec tes ami(e)s !  😉

Christophe  #FSB

Le « TEXAS SHUFFLE » un rythme pour une main faible en béton

Bonjour à toutes et à tous !

 

Aujourd’hui je vais vous parler d’un rythme,  le fabuleux « TEXAS SHUFFLE »

C’est un rythme que je souhaite travailler sérieusement, car je suis  fan du shuffle et  du Half shuffle et pourtant je ne maitrise pas bien le Texas shuffle.

 

Alors c’est décidé je vais enfin me mettre à travailler ce rythme qui parait si simple et qui pourtant est super compliqué.

 

Compliqué ?

 

Car la particularité de ce « Funking Texas shuffle », Oups, je m’emporte… ! C’est qu’il faut travailler sa main faible (gauche pour moi).

 

Et oui, pour ceux qui compte sur leur main forte (droite pour moi), il n’y a pas de secret cela ne passe pas.Car les deux mains font exactement le même schéma rythmique donc pas de chance, cette fois, il va falloir bosser notre main faible.

 

Pour vous donner une idée de ce rythme qui roule comme locomotive et qui swing de folie, voici une vidéo de Greg Bissonette, 

 

Regardez donc cette vidéo !

 

n

 

Si je joue la caisse claire  avec la main droite qui pour moi est la plus fiable = tout va bien, ça passe, il faut travailler un peu les accents mais pas de difficulté particulière.

 

Par contre si je la joue avec ma gauche (ma main faible).    Aïïïï…..!   ça pique, pas bon du tout, pas bon du tout !!!! …

 

Et donc, vous l’avez compris, si comme moi, cela ne passe pas, il faut bosser encore une fois cette foutu main faible.

 

Je relève encore une fois mes manches et c’est parti !

 

Je prend mon métronome :

 

    • Je défini a un tempo de 90  bpm à la noire 
    • Tout en faisant jouer les 1 er et 3° triolets de chaque temps de la mesure de 4 temps      (sur le métronome : le 1 er temps est bien différencié par une lumière rouge et un son diffèrent), cela aide beaucoup.

 

 

Je travaille la main gauche sur la caisse claire la cellule rythmique suivante. 

 

Voir relevé A ci-dessous :

 

 

Voici le fichier audio (relevé A)

 

Je travaille d’une part l’endurance et d’autre part les accents sur le temps 2 et 4. 

A l’heure ou j’écris cet article je ne suis pas encore au point et je travaille donc, encore.

 

Mais si vous arrivez à tenir à un tempo de 110 Bpm avec des accents biens précis.  

Super ! passez à l’étape suivante.

 

  • 1. Vous pouvez jouer la ride à votre main droite soit exactement comme la main gauche (voir relevé C)  ou  bien la jouer à la noire, sans accent dans ce cas (voir relevé B).

 

 Fichier audio (relevé B)

 

 

Fichier audio (relevé C)

 

  • 2. Pour la grosse caisse et le charleston au pied vous pouvez les intégrer dès le départ ou pas, selon vos possibilité. Pour ma part je joue dès le début la cellule rythmique de la grosse caisse à la noire et la pédale charleston sur le temps 2 et 4.

 

Comme sur le relevé D ci-dessous :

 

 

Fichier audio (relevé D)

 

Voici ce que donne pour ce rythme « TEXAS SHUFFLE »  complet .

 

Sur le relevé  suivant :

 

 

Fichier audio (Texas Shuffle)

 

Dans ce rythme tout se joue dans le mouvement de balancier qui appuis surtout l’after beat, c’est à dire le temps 2 et 4,  en le tirant très légèrement en arrière. 

 

Voici en bonus 2 variantes qui apporte une touche très intéressante (en fin de boucle bien entendu)

 

Fichier audio (Texas shuffle enchainé avec variante 1)
Fichier audio (Texas Shuffle enchainé avec variante 2)

 Pour recevoir le relevé complet en PDF c’est ici ! 😉

En attendant laissez moi un commentaire pour me dire ou vous en êtes concernant ce rythme que j’affectionne particulièrement.

Dans tout état de cause j’espère vous avoir aidé dans votre progression à la batterie.

 

 

Cet article t’as plu ? Alors Like le et partage le avec tes ami(e)s !  🙂

 

Christophe Soliveres #FSB

Comment ne plus planter vos Concerts (Article invité de Laurent)

 

Bonjour à toutes et à tous !

Aujourd’hui je vous présente un article que Laurent VEYRAT auteur du blog « Batteur Extrème » a eu la gentillesse de me proposer. Quand je l’ai lu, il m’a semblé très intéressant de vous le faire partager. 

Cele nous est  arrivé à tous à un moment ou à un autre de nous louper une partie d’un concert, voici donc l’analyse de Laurent.

Bonne lecture !!! 😉

 

Christophe #FSB                                     

 

 

Comment ne plus planter vos concerts ? la solution…

 

Quand on est batteur et plus généralement musicien, on est souvent amené à faire des concerts et à jouer devant un public. Les gens, les lumières, le son, tout est différent de l’endroit où l’on a l’habitude de jouer. 

Ça peut entrainer beaucoup de stress et vous faire perdre les moyens en plein concert, ça vous est sans doute déjà arrivé ? et je sais par expérience que c’est très déstabilisant et très frustrant de partir d’un concert en ayant l’impression de l’avoir raté. 

Dans cet article je vous propose d’identifier les causes qui pourraient être à la source de votre concert raté et ensuite je vous proposerais des solutions pour y remédier efficacement et durablement. 

Les causes :

Manque de préparation : 

Vous manquez de temps :

Comme le bac ou tout autre examen, un concert doit être préparé plusieurs jours, plusieurs semaines voire plusieurs mois à l’avance. C’est pourquoi vous devez intégrer la préparation du concert dans votre planning hebdomadaire. 

Malheureusement le temps est une ressource limitée et certains d’entre nous ont des semaines très chargées. Le temps passe jusqu’au jour J et c’est là que vous remarquez que vous n’avez pas assez répété ! Aie 

Vous n’avez pas envie de répéter :

Le concert vous procure sans doute de la joie mais lorsqu’il s’agit de s’entrainer sur le morceau alors ça devient plus compliqué ! je vous comprends on a tous tendance à faire uniquement les choses qu’on aime. Cependant si vous voulez faire un bon concert alors il vous faudra répéter de nombreuses fois.

Le morceau de musique est trop dur à jouer :

Parfois on veut se tester en essayant de jouer un morceau plus compliqué que d’habitude. Le risque ? abandonner.

En effet si la musique est trop rapide ou si les breaks sont trop complexes pour votre niveau actuel alors vous aurez probablement du mal à le jouer correctement. La solution ? changez de morceau.

Vous négligez les parties complexes :

Quand on essaye plusieurs fois un passage qui ne passe pas on devient négatif et on a tendance à délaisser cette partie. Le jour du concert la partie difficile sera toujours autant difficile et ça ne passera pas, comme pendant les répétitions :/

Vous ne travaillez pas avec le métronome :

Vous jouez peut-être votre morceau en entier mais à chaque fois vous sentez que vous êtes décalé… avez-vous pensé au métronome ?

Vous n’écoutez pas la musique ou les autres musiciens :

Vous n’êtes centré que sur vous et vous oubliez d’écouter la musique. Il y a alors de grande chance pour qu’un décalage se crée tant au niveau du tempo qu’au niveau volume sonore. 

Changez de point de vue : adaptez-vous à la musique plutôt qu’attendre que la musique s’adapte à vous !

Volonté d’être parfait :

Vous ne vous sentez pas à la hauteur :

Parfois il est difficile d’assurer un concert quand on a cette petite voix dans sa tête qui nous dit « tu ne vas pas y arriver » « tu t’es foiré la dernière fois en répétition alors tu vas te foirer encore ici aujourd’hui ». 

On a tous au moins une fois eu ce genre de pensé, c’est un trait humain ; malheureusement ça peut vous faire perdre les moyens en plein concert et tout gâcher.

Vous voulez à tout prix respecter la partition :

C’était un de mes plus grand problème quand je jouais avec mon orchestre. J’avais de grosse responsabilité car je devais avoir un tempo stable, je voulais assurer. Je suivais donc à la note près tout ce qui était écrit sur la partition. 

Le risque quand on fait ça c’est d’être uniquement focalisé sur ce qui est marqué et d’oublier tout le reste (les musiciens, le chef d’orchestre, voire la musique en elle-même) et de continuer à jouer tout seul. Ça m’est arrivé plusieurs fois de continuer à jouer alors que le chef d’orchestre avait stoppé la musique ; s’en suit un grand moment de solitude :’(

Vous voulez montrer au public que vous êtes un bon batteur :

Ça part d’une bonne intention, en effet vous voulez donner le meilleur de vous-même afin d’être perçu comme un bon batteur. Cependant ça peut devenir dangereux quand ça tourne à l’obsession, lorsque vous ne jouez QUE pour montrer au public vos talents. Vous en ferez trop et ça deviendra agressif pour le public.

Vous n’acceptez pas de commettre des erreurs :

La moindre erreur pendant votre concert vous frustre ? vous ne pensez qu’à ça tout le reste de la musique et du coup vous jouez avec moins d’enthousiasme ? 

Une seule petite erreur peut venir ruiner toute la préparation réalisée en amont et anéantir votre concert, c’est dommage quand même non ?

Vous anticipez la mesure d’après : 

Vous n’êtes pas dans le moment présent :

En tant que batteur on vous a surement appris à anticiper la mesure suivante pour ainsi éviter d’arriver paralysé sur la mesure suivante. Le problème c’est que vous concentrez toute votre énergie mentale sur la mesure d’après et vous négligez ce que vous êtes entrain de jouer en ce moment.

Vous avez peur d’oublier ce qu’il y a à jouer à la mesure d’après :

La peur d’oublier ce qu’il y a à jouer après vient probablement d’une volonté de tout contrôler. Là encore le risque c’est de vous faire envahir par cette peur et d’être déstabilisé sur ce que vous jouez en ce moment.

L’environnement qui change :

Quand vous montez sur scène tout change comparé à votre petite salle de répétition. Si vous n’avez pas l’habitude de ces changements ça peut être perturbant et vous faire perdre vos moyens. 

Voici les 4 choses qui changent sur scène :

  • L’espace
  • Le son
  • Les lumières
  • Le stress

Pour en savoir plus consultez mon article : « les 4 différences entre salle de répét et salle de concert »

 

Comment remédier à ça ?

Répétez encore et encore 

 

Travaillez avec le métronome pour la stabilité :

Pour assurer votre concert vous devez maitriser la stabilité du tempo, tout repose sur ça! Pour y arriver il faut donc répéter avec le métronome en vue 😉

Repérez les passages difficiles, travaillez-les ou simplifiez-les :

Dans tout morceau de musique il y a des passages plus compliqués que d’autres. Vous avez 2 choix selon l’envie et le temps dont vous disposez :

  1. Travailler les passages compliqués : avec le métronome, en ralentissant le tempo, en coupant la mesure pour travailler chaque partie…
  2. Simplifier les passages compliqués : enlever les crashs, garder uniquement le premier coup du double coup grosse caisse, changer un sextolet en 4 doubles croches…

Ne vous arrêtez pas à chaque erreur :

Quand vous répétez un morceau il vous est certainement déjà arrivé de vous arrêter en plein milieu et de vous dire : « merde faut que je recommence tout depuis le début ». Avec cette approche vous bloquerez toujours au même endroit sans jamais pouvoir passer à la mesure d’après

Le fait de recommencer à chaque fois toute la musique vous fait perdre un temps considérable et malheureusement vous ne progressez pas (ou très peu en tout cas).

L’astuce est de travailler la partie où vous peinez avec le métronome ou en la simplifiant. Si aucune de ces solutions ne vous convient vous pouvez toujours vous laissez « foirer » la mesure difficile et reprendre normalement juste après. L’intérêt de cette approche est de jouer toute la musique sans interruption. 

En concert vous ne pourrez pas revenir en arrière ou stopper la musique et dire : « attendez, attendez je me suis trompé, on recommence », même si c’est très tentant 😉

Evitez de répéter le jour même : 

Ça va vous faire angoisser :

Vous voulez sans doute perfectionner un break ou avoir un tempo plus stable, mais est-ce le bon moment pour travailler ça ? il fallait y penser avant le jour J non…

En effet le jour du concert est un jour particulier et soumis à un stress élevé. Evitez donc de vous mettre encore plus de stress en essayant de rattraper les répétitions annulées ou ratées.

Vous aurez encore plus de pression si vous répétez le jour même et que ça passe pas !

Détendez-vous avant le concert :

Pour accéder à toutes vos capacités intellectuelles (oui le batteur réfléchit parfois !), émotionnelles et physiques il faut aborder le concert en toute sérénité.

Pour vous détendre vous pouvez :

  • Vous faire masser
  • Prendre un cocktail (mais pas trop !)
  • Faire du sport
  • Regarder un film

Bref plusieurs heures avant le concert prenez du temps pour vous avec une activité qui vous fait plaisir.

Arrêtez de vouloir jouer mieux :

Vous ne pouvez pas augmenter votre niveau selon votre envie :

Le niveau que vous avez à ce moment-là est fixe, vous ne pouvez pas le dépasser par la simple volonté, alors acceptez-le et faites de votre mieux.

Si vous êtes débutant ça peut être frustrant de jouer un concert en ayant un tempo instable ou en jouant de façon monotone. Cependant c’est votre niveau actuel et vous devez faire avec, vous verrez qu’à la fin du concert votre niveau aura sans doute augmenté naturellement du fait simplement d’avoir joué le concert.

Cessez de vous comparer :

En voulant jouer comme tel ou tel batteur vous vous conduisez tout droit à la frustration. Le batteur en question a certainement des qualités que vous appréciez et que vous souhaitez avoir. 

Mais n’oubliez pas que vous aussi vous avez des qualités que lui n’a peut-être pas. Misez tout sur vos qualités et jouez selon votre propre style.

Acceptez vos erreurs :

Tous les batteurs font des erreurs, même les plus grands. Je dirais même que ce sont les plus connus qui font le plus d’erreurs. 

A chaque erreur tirez-en une leçon pour ne plus la reproduire. C’est comme ça que vous vous améliorerez et que vous jouerez des concerts de dingues 😊

Profitez du moment présent : 

Ne pensez pas à la dernière mesure du morceau :

Quand je jouais avec mon orchestre ou avec mon groupe j’avais une forte tendance à me demander comment j’allais terminer le morceau alors que la musique n’avait pas encore commencé. Le problème c’est que pendant tout le long du morceau il y avait cette tension intérieure qui m’empêchais de jouer comme je le voulais vraiment. A la fin du morceau j’étais soulagé et je me disais : « ah enfin, ça va c’était pas si mal ! »

Concentrez-vous sur la musique, sur les autres musiciens présents et tout ira bien. 

Utilisez la visualisation :

Imaginez-vous entrain de jouer sur scène comme vous le voudriez :

Votre pensée crée votre réalité. Avant de monter sur scène prenez un moment pour calmer votre esprit et pensez à comment se déroulerait votre concert « parfait »…

Voilà comment se déroulerait mon concert « parfait » : 

Je monte sur scène, le public m’applaudit, j’ai une énergie de dingue et mon enthousiasme est au plus haut. Je joue du Offspring, je m’amuse, je sue, j’improvise les breaks et je jongle avec mes baguettes. A la fin je lance mes baguettes au public et je me jette dans la foule 😉

Votre concert ne sera pas exactement comme vous l’auriez imaginé mais vous monterez sur scène avec plus d’assurance et donc plus de chance de le réussir.

Pensez à la joie ressentie du public et aux applaudissements à la fin :

Vous jouez en concert pour vous mais aussi pour votre public. Vous voulez que votre public profite à max alors donnez-vous à max. Le public vous remerciera d’autant plus qu’il aura apprécié.

Qu’est-ce qui est le plus difficile pour vous quand vous jouez des concerts ?

 

Photos dans lordre : photo temps (geralt) photo concert (StockSnap) ; photo partition (ErikMi) ; photo détente (jill111) ; 

« La Nuance » un outil indispensable pour le « GROOVE »

Bonjour à toutes et à tous !

 

Je tenais à vous parler à nouveau du « groove » dans le jeu d’un batteur pour 2 raisons :

 

Groove Batterie FSB stephane burlot

 

1. La première, c’est que le groove est pour moi indispensable dans le jeu d’un batteur et cela ne demande pas forcement une technique énorme.

 

2. La deuxième c’est qu’après avoir fait mon article «Comment travailler sa dynamique et ses nuances » cliquez ici pour lire cet article  je voulais revenir sur le groove car la dynamique, les nuances et les accents sont des outils indispensables pour faire groover  un rythme.

 

Avec tous ces batteurs de très haut niveau plus ou moins reconnu que l’on peut voir un peu partout, nous avons souvent tendance à penser que le « groove » est forcement associé à un niveau technique de batterie SUPER élevé.

 

Heureusement ce n’est pas le cas, il est nécessaire d’acquérir un minimum de technique et d’ indépendance certes, mais le plus important est d’être à l’aise derrière son instrument et de maîtriser le peu de techniques que nous avons au moment ou nous jouons.

 

La première chose est dans le mental, notre cerveau est complexe et peut parfois nous jouer des tours, par le stress, l’anxiété, la peur de faire mal les choses  et je sais de quoi je parle ! 

 

Bon nombre de fois je suis resté tétanisé et pas qu’ en jouant de la batterie, paralysé  mentalement  à en oublier les choses les plus basiques et évidentes.

Pour tout vous dire cela m’arrive encore malgrès mon age, certe avec le temps cela s’estompe mais lorsque vous êtes confrontés à un évènement inhabituel, cela peut devenir très délicat et pénible.

 

Donc lorsque l’on est derrière son instrument, la première chose à faire est de se décomplexer concernant son niveau de batterie et de son âge aussi, que l’on soit jeune ou moins jeune, il faut bien débuter la batterie.

Il y aura toujours des batteurs plus fort techniquement que vous, mais il y aura aussi des batteurs avec un niveau inférieur au votre,  quelque soit le  niveau de batterie que nous avons, nous méritons tous, le plus grand respect.

 

Le choix de jouer de  la batterie avec toutes ces contraintes, le bruit, le coût, le transport de son instrument qui est largement compensé par la passion et le bonheur que cela apporte mérite le respect. 

 

J’attire votre attention :  Je ne dénigre SURTOUT pas les autres instruments de musique, tous les musiciens méritent tout autant le respect, mais là, vous l’aurez compris, je parle pour les batteurs.

 

Ce que je veux dire, c’est que même un débutant mérite le respect. Ce n’est pas l’exclusivité de musiciens de haut niveau qui biensûr le méritent eux aussi.

Mais tout le monde respecte déjà les plus grands batteurs, c’est acquis !

 

Quand j’ai débuté la batterie, je me souviens que j’étais très complexé lorsque je jouais devant des gens et plus particulièrement devant d’autres batteurs.

 

Il est arrivé qu’un autre batteur vienne jouer après moi, à ma place, celui ci avait un niveau bien supérieur au mien et cela ne faisait qu’amplifier mon complexe. 

 

Donc il est important que  chacun d’entre nous efface ce sentiment de complexe, quelque soit notre niveau de batterie, ou même notre âge. 

 

Oui, je sais c’est plus facile à dire qu’à faire mais pour progresser, il faut enlever au maximum les barrières. 

 

En jouant un maximum en groupe, devant des gens lors d’un concert ou d’une répétition (devant vos amis ou de la famille), cela nous permet de prendre de l’assurance et d’atténuer notre complexe par rapport au niveau que nous voudrions avoir.

 

Donc n’hésitez pas à faire des répétitions avec un petit public de proches dès que vous le pouvez, cela vous mettra en conditions et vous préparera pour les concerts qui suivront.

Plus nous jouons et moins nous sommes complexés. En même temps, nous sommes  plus conscient de nos limites, ce qui est très constructif dans notre progression.

 

Ensuite plus nous maîtrisons les nuances, les accents  et les Ghost-notes, plus nous avons les outils pour l’interprétation et le groove.

 

Si nous prenons un rythme simple et basique comme celui ci : 

 

 

GROOVE basique png1

 

En ajoutant dans notre jeu, ne serait-ce qu’une ou deux  ghost-notes ou accent, cela peut faire balancer le rythme et le faire « groover »  . Il y a bien sur d’autres éléments qui peuvent nous permettre de  faire swinger un beat, mais celui-ci est très simple et ne demande pas une technique de haute voltige, LOL !!! 🙂

 

voici le fichier audio

La première est jouée 2 fois puis la deuxième est enchaînée 2 fois également, biensût joué par un vrai batteur serait nettement plus groove

 

Attention cela demande quand même du travail mais reste accessible à tous avec un peu de persévérance. 

 

Et c’est donc la continuité de l’article que j’ai écrit récemment  « Comment travailler Sa dynamique et ses nuances » que j’ai décidé de revenir sur le groove avec cet article car l’objectif du travail des nuances, des accents et des ghost-notes est de nous apprendre à interpréter et donc  à faire «Groover un rythme» .

 

Donc pour résumer, il faut se décomplexer et travailler sérieusement notre dynamique pour nous donner la possibilité d’atteindre cet objectif  et tout ça, avec notre propre niveau même s’il n’est pas comme nous l’aurions souhaité.

 

En complément de cet article vous pouvez lire si vous ne l’avez pas déjà fait un premier article que j’avais écrit il y a quelque temps en cliquant ici «4 astuces pour faire Groover un rythme» 

 

Laissez en commentaire pour nous dire quel est votre principal problème pour faire Groover un rythme.

 

Une fois de plus j’espère vous avoir aider dans votre démarche de vous améliorer à la batterie.

 

Cet article t’as plu? Alors Like le et partage le avec tes ami(e)s.

 

Christophe #FSB

 

 

 

 

 

 

 

 

5 Astuces pour Apprendre la batterie

Bonjour à toutes et à tous !

 

Aujourd’hui je vais vous donner 5 astuces qui m’aurait bien servit pour apprendre la batterie lorsque j’ai commencé à  jouer de notre fabuleux instrument.

 

 

5astuces batteur FSB

 

 

N’ayant pas eu de parents musiciens ni même mélomanes, à l’époque il a fallut que je me débrouille pour apprendre à jouer. 

Les professeurs ne courraient pas les rues à l’endroit  où j’habitais (à la campagne profonde), « Internet » était un mot inconnu au bataillon, le peu de professeurs qui existaient, étaient assez loin de chez moi et en plus un cours de batterie avait un coût que je ne pouvais pas assumer.

 

Donc j’ai remonté mes manches, pris mes baguettes en mains, ouvert grand mes oreilles, et en avant !!!

 

Malgré une motivation à 200%, j’ai accumulé les mauvaises habitudes, les défauts et je me suis perdu dans ce qu’il fallait travailler et surtout dans quel ordre il fallait apprendre la batterie.

 

Si javais eu à ce moment là mes connaissances actuelles, cela maurait évité de perdre autant de temps pour l’apprentissage.

C’est pour cela, qu’il me tient à coeur de partager avec vous,  mes 5 astuces qui je l’espère vous feront gagner un temps précieux pour vous améliorer à la batterie.

 

Et ainsi vous pourrez vous dire…

 

YES ! j’ai ‘info, je le sais et ça change tout !  🙂

 

Fini les « Si j’avais su …. »  :/

 

Cela vous permettra de corriger tout de suite vos défauts et évitera de prendre de mauvaises habitudes. C’est d’ailleurs le but de mon blog de manière générale.

 

Voici donc mes 5 astuces de bases que je vais vous dévoiler :

 

 

1 er Astuce : 

 

Bien installer votre batterie, la disposer correctement, en fonction de votre taille, avoir une bonne position, les genoux légèrement plus bas que le bassin (le fémur doit être légèrement penché en avant) et les coudes un peu plus haut que la caisse claire pour limiter les efforts.

 

Il faut également rendre les accès aux futs et aux cymbales faciles et rapides. Pour résumer, il faut être à l’aise derrière son instrument et diminuer un maximum les efforts inutiles. Cela vous évitera les tendinites également. 

 

2° Astuce :

 

Travailler avec un métronome dès le début, et si ce n’est pas le cas, faites le immédiatement.

 

Cela vous permettra de vous familiariser avec ce click, qui au départ peut vous gêner mais après lorsque vous vous y êtes habitué, fini la galère, puis surtout vous commencerez  à acquérir un bon tempo, stable et régulier, c’est la base !

 

Pour le choix du métronome, vous pouvez aller voir cet article, en cliquant ici  qui vous aidera, je l’espère dans votre démarche.

 

3° Astuce :

 

Prévoir le plus souvent possible  avant toutes séances de batterie, un échauffement en travaillant des rudiments (roulé, frisé ,moulins …etc), vous pouvez intégrer un ostinato (GC + pédale charleston). Voici 2 articles ou je préconise des exercices ces d’échauffement type que j’utilise.  Cliquez ici  —  ou bien ici

 

Cette séance d’échauffement doit durer entre 15 et 30 minutes si c’est quotidien, mais cela peut durer plus pour une séance réservée au travail des poignets, doigtés, c’est à dire pour une séance purement technique et parfois rébarbatif mais souvent nécessaire.

 

4° Astuce : 

 

Jouer, jouer, jouer encore et encore, un maximum en groupe et également sur des séquences ou sur des playbacks. Cela vous permettra la pratique du « live »  qui est  la meilleure école qui soit.

 

L’avantage, c’est que cette partie est la plus plaisante, la plus FUN, alors il ne faut pas s’en priver, mais rappelez-vous, bosser une trentaine de minutes les rudiments, et exercices divers (indépendance, technique…) avant, est SUPER importante.

 

5 ° et dernière astuce :

 

IL faut IMPERATIVEMENT vous ENREGISTRER, en audio voir même en vidéo.

 

Actuellement avec la nouvelle technologie, tout le monde peut faire une vidéo avec son smartphone. Donc une fois que vous pensez maitriser à peu de chose près, enregistrez vous en vidéo (principalement les bras et la caisse claire).

 

Il ne s’agit pas de faire une vidéo pro et top mais d’un enregistrement rapide et sommaire, le but est de regarder et de vous écouter.

 

Cela vous permettra de vérifier si vous le maitrisez vraiment et de voir vos défauts. Car bien souvent nous ne sommes pas objectif quand nous jouons et de se retrouver comme spectateur de soi même peut vous révéler soit une maitrise complète, partielle ou un problème que vous n’aviez pas détecté en jouant.

 

Il ne faut  surtout pas se sous estimer ou se faire de mauvaises critiques non constructives et inutiles, mais bien au contraire, de voir nos défauts et donc de les corriger immédiatement, afin d’avoir de bons résultats rapidement.

 

Je vous conseille vraiment de le faire ! C’est super enrichissant, même si vous êtes septique.

 

 

 

Et en BONUS, pour finir un dernier conseil que je pourrais vous donner c’est :

 

FAITES VOUS PLAISIR !!!!

 

Mais ça je vous fait confiance ! 😉

 

Laissez nous un commentaire pour nous dire depuis quand vous jouez et si vous avez une ligne de conduite bien précise pour travailler et jouer de la batterie, que vous soyez débutant ou non, cela nous intéresse et souvenez vous que votre expérience peut servir au plus novice, alors n’hésitez pas à commenter ! 😉

 

Cet article t’as plus ? Alors, LIKE LE et PARTAGE LE avec tes ami(e)s. 😉

 

 

Christophe #FSB.

 

La partition batterie du mois « I shot the Sheriff » Bob Marley

CCL1INTERMERDIAIRE-FSB

 

 

Bonjour à toutes et à tous voici mon relevé de partition batterie de Bob MARLEY « I shot the Sheriff »  Bob Marley FSB batteur   Voici un titre typiquement reggae avec un jeu de grosse caisse complètement inversé puisqu’elle appuie la caisse claire. Vous pourrez constatez qu’il n’y a quasiment pas de coup de grosse caisse sur le temps 1 et 3 contrairement à d’habitude. Avec quelques variantes en cross stick et grosse caisse.

 

Comme d’habitude je vous ai mis la trame rythmique de base ainsi que les mises en place, concernant les variantes, j’ ai retranscrit les 2 ou 3 principales variantes, après une fois que vous les avez capté, vous pouvez les placer un peu ou vous le souhaitez, cela cause ses déséquilibres, un peu difficile à comprendre au départ mais après cela donne un coté très intéressant.

Voici le fichier audio de la partition

Je tiens à vous signaler que si vous le souhaitez vous pouvez me demander un titre à retranscrire en partition batterie en me laissant un commentaire, et n’hésitez surtout pas, rappelez vous que cela me fera plaisir ! 😉  

Si ce relevé t’as plu, alors Like le et Partage le avec tes ami(e)s. 🙂  

Christophe #FSB  

Continue reading « La partition batterie du mois « I shot the Sheriff » Bob Marley »

Comment travailler Sa dynamique et ses nuances

bonjour à toutes et à tous !

 

Aujourd’hui je vais vous parler de la dynamique et des nuances.

C’est quelque chose d’hyper important dans le jeu d’un batteur.

Jorge Correa FSB batteur feeling 1

 

Il est  primordial pour ne pas ressembler à une machine de type séquenceur ou boite à rythmes, car ce n’est évidemment pas ce que nous cherchons à faire, mais il faut pour autant beaucoup travailler sur un métronome et maîtriser notre débit et niveau de notes.

Il n’y a rien de pire que de jouer, soit  tout le temps très fort, soit tout le temps très doucement.

 

L’intérêt de maîtriser sa puissance de frappe et de nuancer (accentuation là ou on le souhaite), c’est se donner les bons outils pour un jeu plus fluide et plus souple.

 

Dans cet article je vais partager avec vous ce que j’ai mis et mets encore en oeuvre pour essayer de mieux maîtriser les nuances et plus particulièrement celle de ma main gauche (Ma main faible).

 

Bon nombre de fois avec plus moins de fatigue ma main faible était à la rue en terme de rapidité mais aussi en terme de régularité, niveau de frappe inférieur et irrégulier comparer à ma main droite.

 

Alors la première chose que j’ai mis en place et de tous redescendre au niveau volume, de jouer à un niveau plus faible pour pouvoir accentuer certains coups.

 

Prenons l’exemple du deuxième exercices du travail de la main faible de mon précédent article «2 Exercices pour dérouiller sa main faible » , si vous ne l’avez pas lu, je vous conseille d’aller le lire tout de suite avant de continuer plus loin dans celui ci, en cliquant ici

 

Si vous lisez maintenant, c’est donc que vous avez lu mon article précédent « BRAVO » !!! 🙂

 

Prenez la partition N° 2 (2 exercices pour dérouiller sa main faible) :

Exercices N° 2 main faible + indépendance FSB

 

 

1° étape :

 

Une chose très importante c’est que dans un tout premier temps il faut travailler l’exercice choisit en levant bien les baguettes donc, pas question à ce moment là de jouer doucement, il faut d’abord  bien assimiler les doigtés et être le plus régulier possible et ensuite je passe à la suite. 

 

2° étape :

 

Je choisit un tempo lent puis je me force à le jouer doucement au niveau du volume sonore dans un premier temps sans accent en essayant de jouer tous les coups au même niveau et le plus régulièrement possible.

 

Bizarrement c’est un peu  l’inverse du but final. 

 

3° étape :

 

Il faut jouer les accents à des endroits choisit et bien précis mais  surtout pas au hasard.`

Il ne faut rien précipiter et reprendre à un tempo plus lent et ne passer au tempo suivant que si vous passer très bien votre exercice choisit.

 

Exercices N° 2 main faible + indépendance+accents 1 1

 

 

Le but est le suivant :

 

Nous humains sommes très instinctifs, sensibles. La complexité de notre corps, fait de nous sommes une machine extrêmement sophistiquée et en même temps plein de défauts ce qui fait tout son charme d’ailleurs.

 

Il est pour nous si naturel de jouer avec des niveaux si différents mais  cela peut devenir difficile d’écouter et à apprécier si nous ne maîtrisons pas un minimum notre jeu.

 

Donc l’intérêt c’est de maîtriser nos coups que ce soit en rapidité aussi bien qu’en régularité mais aussi en terme de volume sonore pour tout simplement donner les impulsions, les accentuations et créer la dynamique dans notre jeu.

 

C’est en tout cas ce que je cherche à faire et je peux vous dire que j’ai du boulot et je ne pense pas être le seul.

 

Car une fois que l’on joue en conditions de groupe, l’instinct et l’excitation reprend le dessus et le fait d’avoir bosser cette dynamique, ses nuances, nous permettra de bien mieux maîtriser et donc d’avoir une meilleure dynamique de notre jeu et en plus cela deviendra naturel.

 

Vous pouvez appliquer cette façon de travailler à nimporte quel exercice. Une fois que vous maîtriser le doigté, vous pouvez le retravailler à un volume sonore plus faible puis rajouter des accents bien précis et bien définit.

 

Vous pouvez le travailler avec un ostinato de grosse caisse + charleston ou sans, mais avec cela vous aidera à travailler en plus l’indépendance.

 

Je travaille ce type d’exercice environ 15 à 30 minutes, après je passe à autre chose, généralement quelque chose de plus instinctif et naturel.

 

J’espère vous avoir aidé à travers cet article et surtout, laissez en commentaire pour me dire quel type d’exercice vous travailler le plus régulièrement.

 

Cet article t’as plu? Alors LIKE LE et PARTAGE LE avec tes ami(e)s.

 

Christophe #FSB

 

 

 

 

 

2 EXERCICES pour dérouiller sa Main Faible

  Bonjour à toutes et à tous ! Aujourd’hui je vais vous parler d’un problème que j’ai moi même en ce moment. Dérouiller, débloquer, améliorer ma main faible qui est la gauche pour moi, puisque je suis droitier.  

 

Par christina Tosy FSB

                                                 Photo par Christina Tosi

Depuis maintenant trois mois j’ai emménager dans mon nouveau logement comme vous le savez peut être déjà, mais ce que je ne vous ai pas dit, c’est que depuis le mois de mars je ne joue pratiquement plus.

Effectivement j’ai depuis plusieurs mois des tendinites à mes deux mains et plus particulièrement  ma main droite mais ma main gauche n’a pas été épargnée non plus. Ce n’est pas en jouant de la batterie qui m’a déclenché ses douleurs mais  lorsque j’ai effectué des travaux l’année dernière dans mon ancien logement.

J’ai malheureusement beaucoup trop forcé sur mes bras et mes poignets, conclusion : Tendinites et douleurs permanentes, à un tel point que je n’arrivait pas à jouer plus de 20 Minutes, des douleurs très difficiles à supporter.

J’au donc fait une pause forcée de plusieurs mois, en plus de mes soucis informatiques et de mon déménagement dont je vous ai déjà parlé, ce qui correspondait donc à « mon inactivité sur mon blog » que vous avez dû constaté. Je suis allé voir un ostéopathe pour tenter de solutionner mon problème, puis je reprend petit à petit la batterie. 

En recommençant à jouer je me suis rendu compte que ma main gauche (ma main faible) était complètement à la rue.

J’ai toujours eu ma main gauche plus faible et beaucoup moins endurante que la droite, mais là c’est une catastrophe. J’ai donc décider de re-bosser ma main faible et de partager avec vous les 2 exercices que j’ai sélectionnés pour remettre à niveau ma main gauche.

Et je vais même dans un deuxième temps faire un TUTO #8 à ce sujet. Si comme moi, votre main faible est 3 ou 4 fois moins performante que votre main droite pour un droitier ou votre main gauche pour un gaucher, ma solution ? Et bien ! Travailler 3 plus sa main faible. Voici donc le premier exercice : Il s’agit de jouer tout simplement les croches  sur un cycle de  quatre mesures, je joue ma main faible pendant trois mesures et ma main droite la quatrième mesure pour me reposer ma main gauche (faible).

Je joue bien entendu sur un métronome commençant lentement 100 ppm à la noire. Vous pouvez commencer plus lentement bien sûr, mais rappelez vous que nous ne jouons que des croches et non des doubles croches. Ceci dit vous pouvez jouer les doubles croches, commencez alors à la moitié du tempo, c’est à dire à 50 ppm à la noire.

Par contre je rajoute systématiquement une petite  difficulté : Jouer un ostinato  à la grosse caisse et pédale charleston, très simple et si vous le souhaitez vous pourrez ensuite jouer un ostinato plus compliqué qui demande un effort supplémentaire  et vous permettra d’acquérirérir en, même temps un travail d’indépendance pieds et mains.

Mais rappelez vous, il ne faut pas aller trop vite et le but premier de cet exercice, c’est la main faible, l’ostinato est juste là pour garder un équilibre dans le rythme et une mise en place sur le tempo, il rajoute également un coté un peu plus « FUN »  🙂

Voici donc la partition  de ce premier exercice :    

EXERCIE N° 1 MAIN FAIBLE 1 FSB Voici lie fichier audio du 1 er exercice 

Pour info, il est indiqué un tempo de 100 ppm à la noire, c’est le tempo que j’ai pris au départ, mais vous pouvez tout à fait le prendre plus lentement et l’intérêt est d’augmenter la vitesse au fur et à mesure et d’aller le plus vite possible mais toujours régulier. Actuellement je vais jusqu’à 160 BPM en jouant les croches. Si vous jouez les doubles croches le tempo sera deux plus lent c’est le tempo de départ à 50 BPM et je vais donc jusqu’à 80 BPM. Voici le même exercice en double-croches :   EXERCIE N° 1 bis MAIN FAIBLE double croches FSB   Deuxième exercice : Pour ce deuxième exercice cela intègre  la coordination, non seulement de nos deux mains mais aussi de nos deux pieds en rajoutant un ostinato. Pour ma part je rajoute toujours le même ostinato , le plus simple, pour une bonne raison, c’est que j’alterne entre du binaire et du ternaire. Je joue donc  la grosse caisse sur le temps 1 et 3 et le charleston au pied sur le temps 2 et 4.

 

Suite à un problème technique,vous pouvez télécharger GRATUITEMENT l’exercice N°2 en cliquant ici

 

Voici le fichier audio du 2° exercice

 

Après si vous maîtrisez vraiment bien cet exercice, vous pouvez éventuellement adapter l’ostinato en binaire sur la partie binaire et en ternaire sur la partie ternaire, mais là cela devient plus compliqué.

Pour l’instant, je travaille sur le premier ostinato qui même s’il est simple, demande une concentration et le but est de remettre à niveau ma main faible.  

Comme je vous l’ai dit un peu plus tôt dans cet article, je vais mettre en ligne prochainement un Tuto sur ces 2 exercices.

En espérant vous avoir aidé un peu,  à bientôt et amusez vous bien !

 

Si cet article vous plu, alors Likez le et partagez le avec vos ami(e)s 😉

 

Christophe #FSB

Faut il suivre à la lettre les méthodes de batterie traditionnelles ?

Bonjour à toutes et à tous !

Aujourd’hui je vais vous donner mon point de vue sur la façon de travailler une méthode traditionnelle.

Je n’ai certainement pas la prétention de tout savoir, je vais juste dire comment je les abordes. Après libre à vous de faire votre propre expérience, mais parfois quelques avis et conseils peuvent vous faire gagner du temps. Mais un bon prof de batterie reste LA meilleure solution.

PARTITION BATERIE FSB

Quand je parle de méthode traditionnelle, je parle de celles qui sont utilisées par un très grand nombre de profs de batterie (tel que les méthodes Agostini, Boursault, Stick control, …etc), il y en a une quantité énorme et d’ailleurs, bien souvent elles se basent sur les mêmes rudiments  et exercices.

Seulement voilà, tout le monde n’a pas la possibilité de jouer tous les jours, ce qui est effectivement mon cas.

Cela peut venir du manque de temps (vie de famille en plus d’un boulot à temps plein et éprouvant) et/ou que vous n’avez pas de quoi jouer, pas de local, ou pas de batterie que ce soit acoustique ou électronique.

« Le pad ? » me direz vous, au quotidien, question motivation c’est pas l’idéal.

En tout cas moi, Je n’arrive pas à rester motivé tout le temps.

Certains arriveront à rester motivé et tant mieux pour eux, c’est tout le mal que je leur souhaite et à ce moment, là une méthode traditionnelle appliquée à la lettre peut tout à fait vous convenir.

Prendre des cours collectifs peut aussi créer un challenge et une rivalité qui peut motiver, mais avec l’âge, cela a plutôt un effet inverse, car des jeunes plus doués que nous peuvent nous plomber le moral (et là ! Je parle de ma propre expérience)

Si comme moi parfois la motivation peut redescendre dans les chaussettes, alors je suis persuadé pour notre catégorie de gens qu’il faut vraiment personnaliser nos exercices pour aller à l’essentiel de nos besoins et de nos attentes.

Pour garder une certaine motivation, il nous faut des résultats et pour obtenir ces résultats, il faut se fixer des objectifs réalisables.

Il faut commencer par cibler ce que nous souhaitons faire, un fill ou un break bien précis dans un titre, un style de rythme, ou un rythme en particulier.

Pour analyser et comprendre quel type d’exercice est nécessaire pour reproduire ce rythme, ce fill, ou break.

D’ailleurs certains professeurs de batterie qui donnent des cours particuliers scindent leur cours en deux :

1°. Vous font travailler les bases (moulins, roulés, frisés, RA de 3 de 5 et plus, Flas …) brefs tout ce qui est nécessaire pour contrôler un maximum nos mains, notre dextérité.

2° . La partie pratique, suit peut-être : jouer sur un morceau ou lire une partition jouée par exemple, sur la caisse claire (main droite) + la ride (main gauche) accompagnées par un ostinato grosse caisse + charleston au pied, cette partie peut être plus ou moins académique.

Et cette deuxième partie est un peu à l’image de ce que j’essaye de vous parler. Adapter un cours technique en amusement, le rendre le plus musical possible.

L’exercice est une étape pour pouvoir jouer un morceau précis. Il nous donne les clefs, mais si on ne sait pas quelle porte ouvrir, cela devient purement technique et nous perdons la musicalité.

Perso, par mon manque de temps, la première partie est couplée en travail et en échauffement en même temps comme je l’explique sur cet article « Comment organiser ses séances d’entrainements »  cliquez ici

Pour la deuxième partie je me fixe un morceau, ou un rythme à travailler.

Je l’analyse , ce qui veut dire que je l’écoute beaucoup, je repère les difficultés et je comprends le rythme principal. La répétition des gestes, du rythme, de l’écoute, me permet d’acquérir des automatismes.

On dit bien qu’une fois qu’on sait faire du vélo, on ne l’oubli plus !

Par exemple, lorsque je jouais un morceau avec un groupe pendant des années, même après une longue période sans jouer je rejouais assez rapidement le titre car les automatismes  étaient vraiment là, alors qu’un autre morceau que je  jouais en groupe seulement quelques  semaines et après cette même longue période sans jouer, il n’y avait plus rien.

En gros c’est comme le vélo, plus la répétition des  gestes, des exercices, des morceaux est présente moins je l’oubli.

Laissez moi en commentaire, quels sont les exercices que vous  ne travaillez pas et surtout ceux qui selon vous,  vous manquent. En gros les exercices qui vous semblent rébarbatifs et donc que vous ne bossez pas et que pourtant, vous savez indispensables.

Essayez de trouver une façon de travailler cet exercice en musique (par exemple en intégrant d’autres éléments de la batterie en plus de la caisse claire) et surtout trouver un morceau qui s’y prête. Pour moi ça marche bien, cela me motive et c’est bien connu que l’on apprend plus facilement en s’amusant.

Et oui ! Parfois certains profs font déjà exactement cela. Je ne pense pas être le seul à aborder cette méthode de travail.

Une fois de plus, je vous donne ma façon  d’aborder une méthode et ce, quelque soit la méthode, ceci n’engage que moi, je partage avec vous mes expériences, et si vous le souhaitez, vous pouvez également nous faire partager votre expérience en laissant un commentaire à la fin de l’article.

J’espère une fois de plus  vous avoir  un petit peu aider.

Cet article vous a plu, alors,  Likez le et Partagez le avec vos ami(e)s. 🙂

Christophe Soliveres #FSB

Problème de régularité et de Tempo ? Voici mon Analyse !

Bonjour à toutes et à tous!

Aujourd’hui je vais vous parler de comment j’essaye de garder le tempo, car comme beaucoup d’entre vous, parfois je ralenti ou j’accélère le tempo en jouant soit seul soit en groupe.

Batteur david jubert FSB

Et oui, nous sommes beaucoup dans ce cas là !

 

Quand j’analyse quand je ralenti ou j’accélère en jouant un rythme, cela peut venir, du fait que je ne maitrise pas encore le rythme en question, je peux aussi ralentir lorsque qu’il y a une difficulté, mais cela peut venir également de la fatigue physique. Par exemple lorsque je répétais avec mon groupe tard le soir en fin de semaine .

Je commençais la répétition très motivé, puis après une heure de jeu en groupe, la fatigue commence à s’installer et c’est à ce moment là que je n’ai plus la même énergie et la baisse de régularité est flagrante.                                                                                                                          

 

Photo par David Jubert

 

Cela vient probablement  et même certainement du manque de travail perso, cumulé avec la fatigue diminuant sérieusement nos capacités. Du coup un morceau que nous jouions habituellement très bien, ne passait plus un soir de fatigue avec en répétition.

Cela peut se traduire soit par une baisse du tempo soit tout simplement par des loupés de breaks ou de mises en place bien précises, qui normalement passent sans problème et bien là, c’est le vide Sidéral.

La seule solution que je connaisse c’est d’une part de jouer le plus souvent possible seul de son côté  et de  changer les horaires (en début de journée ou l’après midi le week end par exemple) ou  diminuer la durée de la répétition.

Dans un premier temps, diminuer les répétitions  ou changer les horaires, peut aider, puis petit à petit quand nous devenons plus endurant sans ces coups de faiblesses que nous avions auparavant, vous pouvez augmenter la fréquence et/ou la durée des répétitions avec votre groupe.

Bien sûr il faut une certaine compréhension des membres du groupe car la batterie c’est sacrement physique et en plus cela on ne peux pas jouer n’importe ou et n’importe quand.

Il faut un ensemble de conditions, un endroit (local insonorisé, cave, garage…) en plus de l’instrument.

Car jouer dans un coin du séjour, c’est tout bonnement pas possible, à part si vous avez éliminé les gens qui vivent avec vous et vos voisins!  🙂

Donc pour en revenir à ces problèmes de  tempo, c’est bien souvent une histoire de travail, certes mais aussi et surtout une histoire d’organisation de timing  de notre planning professionnel, personnel et familial, pour rendre plus efficace  nos séances de travail et répétition avec le groupe.

On veut toujours aller plus vite que la musique ! 😉

Et c’est là, souvent, que l’on perd plus de temps qu’autre chose.

Ce n’est pas si simple à faire,  je parle en connaissance de causes, car il faut s’organiser soit même et trouver des musiciens qui soient dans le même état d’esprit, car cela concerne tout le monde.

Mettre en place ses séances de travail avec une cadence régulière est assez compliquées et en plus la garder, l’est encore moins.

Il faut commencer par gérer son propre temps, c’est primordiale, ne pas dire oui pour les répétitions à des heures non adaptés à son emploi du temps.

Et d’un autre coté mettre les bouchées doubles sur un travail perso, augmenter les cadences et/ou les temps de séances de travail sur notre batterie.

Il est indispensable de travailler au métronome, vous pouvez lire cet article « Batteur ! Comment garder le Tempo » que j’ai écrit en cliquant ici, si ce n’est pas déjà fait.

Je parle de, comment s’habituer et travailler avec un métronome. Avec le temps toutes ces fluctuations de tempo  diminueront et seront moins fréquentes.

Vous pouvez également lire cet autre article en cliquant ici  «  Le Tempo Comment s’habituer, trouver, garder et le retrouver » sur lequel je parle encore du Tempo, c’est pour nous batteur le fil conducteur car tout repose sur nous quand il s’agit d’être dans le temps.

La batterie c’est tout à fait comparable au sport, plus on en fait, plus on la maîtrise. Si nous  arrêtons sur une certaine période, nous perdons  de notre niveau. Il faut donc reprendre l’entraînement pour revenir à son niveau initial pour ensuite progresser.

Vous l’aurez compris, il faut trouver sa cadence de travail et de répétition.

Pour cela il faut organiser ses séances de travail et d’entrainement pour ensuite trouver les musiciens qui auront la même ambition et le même état d’esprit et les mêmes disponibilités, ce qui n’est pas une mince affaire, ça c’est certain !

J’espère que je vous aurez aider à comprendre le « pourquoi » et le « comment » pour acquérir un tempo le plus régulier possible. Car très souvent ce n’est qu’une question de bon sens pour obtenir un bon résultat, il faut du temps, du travail, et de l’organisation  pour arriver à ses fins.

N’hésitez pas partager votre expérience en laissant un commentaire à la fin de cet article, l’échange et le partage nous fait tous progresser !

Cet article vous a plu, alors Likez le et partagez le avec vos ami(e)s. 🙂

Christophe #FSB

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...