Mieux comprendre la fabrication d’une batterie pour Mieux CHOISIR

Publié le Publié dans ARTICLES, Conseils et Astuces

Bonjour à toutes et à tous !  

Aujourd’hui je vais vous parler de batterie et de caisse claire et notamment, les principales essences de bois utilisées, leurs conceptions  et ce qu’elles  apportent en terme de sonorité.   Batt CFI DRUMS FSB   Le but de cet article est de comprendre, comment notre instrument peut être fabriqué, et avec qu’elle type de bois afin de pouvoir mieux choisir sa batterie et/ou sa caisse claire.

Cela peut vous permettre de réduire le choix parmi une quantité « hallucinante »  de marques et de modèles différents. Je pense et j’espère qu’après avoir Lucet article, vous pourrez ciblez plus précisément le choix de votre instrument qui répondra au mieux à vos attentes.

Je ne vais pas parler de tous les bois qui sont utilisés car mon article serait beaucoup trop long mais des principaux bois que l’on trouve dans la fabrication de la batterie et pour mieux comprendre je vais séparer mon article en 2 parties :

  1. Le type de conception et de fabrication (assemblage, collage,massif…),ainsi que des essences de bois utilisées
  2. L’accastillage (coquilles, déclencheurs, cercles et tirants…)

  Voici donc pour commencer :

  1. Le type de conception et de fabrication (assemblage, collage,massif…)
Pour résumer il y 3 procédés de collage et qui sont étroitement liés  aux types de bois utilisés, qui eux mêmes sont catégories en 3 duretés et densités d’essences de bois.
 
Je vais peut être schématiser mais je ne suis vraiment pas loin de la vérité en vous disant que ces 3 types de bois se trouvent sur 3 continents différents :

 Le COLLAGE multi plis et cintré 

 

Le continent « Américain »  avec son ERABLE :

 
Parlons d’abord de l’érable que l’on trouve principalement aux Etats Unis et au Canada.
En plus du fait de la très forte influence que l’Amérique à sur nous dans beaucoup de domaine et plus précisément dans la musique, l’érable est un bois très complet qui développe pas mal de médium, il est donc adapté à la musique moderne et puissante.
C’est un bois souple et dense, il est reconnaissable par sa couleur de bois clair et très lisse.
Il faut savoir que lorsqu’il est utilisées pour une batterie avec un procédé de collage en multi plis, il est très souvent collé comme un contre plaqué en asymétrie (c’est à dire que le sens de la fibre du bois est un coup dans un sens un  coup dans l’autre) pour une raison de solidité et de sonorité.
Vous pourrez constater parfois un renfort de chanfrein comme par exemple les vieilles « GRETSCH », le but de ce renfort est pour la solidité du fût et éviter ainsi les déformations (les épaisseurs varient entre  0,5 cm voir même moins parfois), utilisé également sur des marques plus modernes comme « par exemple « AYOTTE Custom drums » , mais pas que…
 
Étant donné que c’est le bois et le procédé de fabrication le plus répandu il faut dans tous les cas,  être vigilant sur plusieurs choses :
 
  1.  Regardez à l’intérieur du fût à l’endroit ou touche la peau (le chanfrein) que le plis du bois soit un peu plus clair se qui signifie que la fibre du bois est dans le même sens que la peau, c’est à dire horizontal (une batterie de qualité sera très souvent dans ce sens) essentiel pour une bonne résonance entre la peau et le fut.
  2. Vérifier que le fût soit le plus naturel possible car les vernis et traitement du bois altère la sonorité, ainsi que les colles utilisées (les colles modernes deviennent très dur en séchant ce qui permet de réduire leur influence sur le son. Cela n’empêche pas qu’une bonne vielle GRETCH, Ludwig, ou autre batterie des années 50, 60 ou 70 sonnent comme aucune autre car les fûts vieillissent et le son se bonifie (c’est un peu comme une bonne vieille bouteille de vin 😉
  3. Toujours en regardant le chanfrein, il faut regarder la qualité et l’inclinaison de ce dernier (la plupart du temps vous trouverez un chanfrein à 45° sur les batteries récentes et arrondie pour les anciennes). A l’époque ce qui était recherché c’était plutôt de réduire les médiums pour développer les harmonique basses (d’ou les fûts fin et chanfrein arrondie). Maintenant avec la qualité des colles et la précisions des machines vous trouverez tout type de chanfrein dès que vous optez sur du haut de gamme (type Pearl MASTERWORKS, DW, NOBLE and COLEY, …etc).
  4. Pour la profondeur des futs, plus un Tom sera long, plus il développera des harmoniques, donc si vous avez du mal à régler vos toms, je vous conseille alors des futs plutôt court. La profondeur apporte de la puissance, à l’image des années 70 et 80 ou la mode était aux futs longs car la musique ROCK de ses années là demandait beaucoup de  décibels, d’autant plus que les systèmes de sonorisation étaient loin d’être au point comparé à aujourd’hui. 

 

Passons au continent Européen avec « le BOULEAU » 

Le bouleau est assez proche de l’érable, même couleur, il est légèrement plus poreux (moins lisse), il développe des harmoniques et fréquences  plus basses. Le Bouleau utilisé dans la fabrication de batterie provient plutôt d’Europe du nord, des pays Scandinave.
Du fait que ce bois développe des harmoniques assez basse, on le trouve plutôt sur une épaisseur un peu plus conséquente que l’érable. (Entre 0,80 cm et 1 cm). Le but étant de développer  les fréquences médiums et compenser la présence des fréquences basses déjà très présentes.
Tout comme l’érable il faut être vigilant sur les  4 points précédemment cités ci dessus :
  1. Vérifier le sens de la fibre de bois du  pli qui est en contact avec la peau (plus clair, sens de la fibre horizontal)
  2. Un fut le plus naturel possible (qualité de la colle et minimum de vernis et produits divers).
  3. La forme et le type de chanfrein (plutôt 45° pour le bouleau notamment pour les   futs de petites tailles 8 »,10 »,12 », 13 »)
  4. La profondeur des toms, j’ai plutôt tendance à vous conseiller des futs court du type  :         
                        –  diamètre 8  x 6 ou 7 de prof                                                                                                                     
                        –  diamètre 10 x 7 ou 8 de prof
                        –  diamètre 12 x 8  de prof.
                        –  diamètre 13 x 8 ou 9 d prof
 
Pour résumé le fut en multi plis de bouleau, il sera préférable choisir des futs plus épais que l’érable à partir de 0,80 cm voir plus surtout en caisse claire et toms aigu pour mettre en avant les harmoniques médiums pour un équilibre du sons car le bouleau donnera un son assez grave. Bien sur la peau et le réglage à son importance mais rappelez que c’est pour vous aider à choisir quel type de bois donne quel son. Pour les futs plus gros (Tom bas et grosse caisse) le Bouleau est tout à fait adapté à l’harmonique qu’a besoin ce  type de futs grave (donc là il n’est pas aussi important d’être pointilleux sur l’épaisseur et la profondeur et le type de chanfrein.
 
Pour finir le continent Africain avec « L’ACAJOU » .
 
Quand je parle de l’ACAJOU, je parle d’acajou africain, pas celui des Philippines ou autre pays hors du continent Africain, qui n’est ni plus ni moins qu’un bois utilisé pour des raisons économiques et non pour des raisons de qualités sonores alors que l’acajou d’Afrique est un bois haut de gamme.
 Vous le reconnaitrez il est d’un rouge très foncé, très dur si dur qu’il revient cher à la fabrication et c’est pour cela que vous en  trouverez difficilement. Il développe des fréquences encore plus graves que le bouleau, il est vraiment très bien adapté aux toms bas et grosse caisse mais n’est pas très optimal pour les noms aigus 8, 10, 12,13.
 
D’ailleurs Pearl a  une série de batterie sur mesure, le modèle « MASTERWORKS » qui donnez le choix à l’acheteur  le type de bois, l’épaisseur des futs, le type de chanfrein et préconise sur les toms bas un mélange de bouleau et acajou et 100% d’acajou sur la grosse caisse.
Mais la rareté de ce bois dans la fabrication de la batterie, fera que je ne vais pas en parler d’avantage, malgrès la qualité de ce noble bois qu’est l’Acajou.
 
Pour résumer pour ce type de fabrication (contreplaqué puis cintré), on distingue deux essences principales ERABLE médium en harmoniques, puissant avec à mon avis et suivant mes goûts  un choix sur des futs de faible épaisseur et court quand au   BOULEAU, j’opterais sur des futs avec une épaisseur un peu plus conséquente toujours court pour une facilité de réglage, le son sera plutôt un peu plus grave et plus rond alors que l’érable développera plus de médium, plus claquant et puissant.
 
Après vous trouverez souvent de bois précieux (noyer, chêne, Padouk, palissandre, et j’en passe) qui sont dans ce type de fabrication, collé sur la dernière couche de bois, à l’extérieur du fut, c’est pour une question d’esthétique et de finition, plus que de son, car une seule couche à l’extérieur n’a que de très faible influence sonore, voir parfois aucune.
 
Donc pour moi ce choix de bois précieux à l’extérieur n’est qu’une question de finition, de look.
 

Le Lamellé Collé

 
Voici maintenant un procédé de fabrication plutôt utilisé dans la fabrication de percussions comme les congas , les bongos, et autres percussions Afro Cubaine, Africaine et Latine.
De plus en plus utilisé en batterie et plus particulièrement pour la fabrication de caisse claire, il est un procédé utilisé très souvent par beaucoup d’artisans dans le monde entier.
Le principe  fabrication est, des lattes épaisses de bois massif de haute qualité et un peu  toutes densités. Beaucoup de bois peuvent être travaillés de cette manière là, je vais donc vous mettre en avant, les différentes essences de bois que l’on trouve dans ce type de fabrication et ce qu’elles amènent en terme de sonorité.
Pour comprendre le procédé de fabrication regardez cette vidéo en cliquant ici.
 
Chaque continent ayant ses propres essences de bois je vais les séparer en 3 sous groupes, Europe Amérique et Afrique.
Cela ne veut pas dire que on ne trouvera pas de bois des continents Asiatique ou Océanique, mais pour les batteries de qualité dit « haut de gamme » , nous trouverons principalement des bois Américains, Européens ou Africains.
 

Les bois Européens :

 
Le frêne, le chêne, l’Hêtre, le Noyer … etc sont des bois que l’on trouve en Europe mais pas que. Pour ce que  l’on trouvent en Europe, ils sont au départ utilisés dans les fabrications de percussions (type, congas, bongos … etc). Du coup cette fabrication plutôt artisanale est utilisé pour la conception de caisse claire mais aussi plus rarement de batterie entière.
 
Je ne saurais pas vraiment dire la différence entre ses 3 bois en terme de sonorité, par contre ce procédé de fabrication amène de la puissance et de la précision, ces lattes de bois étant très denses et très dures, elle peuvent parfois manquer de basse fréquences. C’est pour cela qu’il est parfois préférable de les équiper d’accastillage et notamment de cercles emboutis et non de cercles moulés.
 
Les cercles moulés étant plus lourd apportent également beaucoup de fréquences aigus, alors que les cercles emboutis développent plutôt des fréquences médiums et favorisent le coté dit « chaleur » du son d’une caisse claire.
 
Pour bien comprendre comment c’est fait, imaginez un tonneau de vin, ce sont des lattes de bois qui sont cerclés.
Les cercles de metal permettent le maintient des lattes et elles ne sont pas collés pour éviter que le colle est une influence quelconque sur le vieillissement du vin.
Ce procédé de fabrication utilisé entre autre par la marque DELAPORTE qui d’ailleurs fabriquait  à l’époque (maintenant, je ne sais pas s’il continue) aussi des tonneaux de vin et également des congas de renommés. 
 
Mais pour les percussions et les batteries, il est préférable aussi bien en terme de sonorité et de conception, que les lattes soient collées et non cerclées.
 

Les bois Américains :

 
On retrouve le Chêne qui est un peu plus foncé que sont cousin Européen, le Frêne lui est plus plus claire et moins denses que le chêne, on retrouve également un peu les même type de bois qu’en Europe et aussi l’érable dans ce procédé de fabrication mais reste assez rare pour ce dernier.
D’ailleurs on trouve plutôt ce type de fabrication artisanale au nord de l’Amérique c’est à dire le Canada et certainement en Amérique du sud. Aux Etats Unis, il est nettement plus répandu  le multiplie en Erable et le principe de fabrication en lamellé collé,; lui,  reste assez rare, cela ne veut pas qu’il n’y en en pas, bien sur.
 
Les Américains doivent, c’est certains, avoir une quantité d’ artisans que l’on est loin de se douter, mais malheureusement il ne sont pas aussi bien distribués que les dites « Grandes Marques » et  je ne les connais malheureusement pas, c’est pour cela que je ne peux pas en parler.
 
Pour le peut que je connaissent cela reste assez proche en terme de sonorité au type et essences de bois Européens cités juste avant.
 
Une petite parenthèse pour une fabrication très rare que j’ai croisé sur les marques  «  Gretsch » « DW » « Pearl » et j’en oublie certainement que l’on retrouve Principalement sur les caisses claire.
C’est le bois d’érable massif et cintré c’est à dire une seule pièce de bois Cckerable massif FSB d’une épaisseur de 5 à 8 mm cintré et collé de manière à former le fut. Cela donne une sonorité pour moi exceptionnelle, un son chaud, avec des fréquences en même temps aigus et graves. Le peu de caisses claire que j’ai essayé sur ce type de fabrication, ont toujours sonnés « de fou »  , un son comme j’aime, un peu comme un tambour de l’époque mais avec l’attaque d’une bonne caisse claire bien moderne, c’est assez étrange mais Génial.
 

Les bois Africains :

 
Pour les bois Africains ont trouve l’ACAJOU, le WENGE, le PALISSANDRE, le BUBINGA, et plein d’autres que je ne pourrais pas citer.
Une chose est sur, c’est que ce sont des bois que l’on dit  « bois rouge » couleur à l’image de l’acajou et sont très denses, résistent à l’humidité, et en terme de sonorité ces bois sont dans des fréquences plutôt basses.
 
Très utilisés en Europe notamment par la marque « SONOR » il est intéressant lorsqu’ils sont mélangés dans ce procédé de fabrication avec les bois Européens ou Américains comme le chêne, le Frêne ou l’Hêtre. 
Ces bois Africains apportent les fréquences basses  et compensent les fréquences aigus et médiums présentes dans les bois occidentaux, ce qui amène de la chaleur et des basses sur une caisse claire au départ puissante et claquante.
 
 
 

Caisse claire CFI DRUMS FSB

Voici un exemple de caisse claire sur ce procédé de fabrication avec ce fameux mélange entre un bois occidental comme le chêne et le « Wengé » bois Africain qui amènera cette chaleur si agréable sur une caisse claire, enfin , à mon avis 🙂  !!!  
Conception d’un artisan Belge « CFI DRUMS »  , à découvrir !
 
 
Dans ce procédé de fabrication le mélange d’essence de bois est très utile et intéressant pour obtenir des sonorités différentes, très variées et très riches.
 
 
 L’accastillage (coquilles, déclencheurs, cercles et tirants…)
 
Pour cette partie, je vais vous dire quel type d’accastillage il existe , ce qu’il apporte, et ce que je conseille comme accastillage en fonction des futs choisit, car il y a certes, la qualité de l’accastillage mais aussi le choix subtil du type de fabrication des cercles et coquilles qui soient adaptés au type de fabrication des futs.
 
Pour les cercles, il y a dans un premier temps les cercles emboutis, le principe c’est une sorte de tige plate en acier chauffé et embouti pour avoir la forme que nous connaissons. Il est assez léger et donc développe un peu moins d’harmonique aigu adapté au son de caisses claire en  «cross stick » (jeu de la baguette sur le cercle en gardant posé la paume de la main et la baguette sur la peau).
Voici une vidéo ou il y a un jeu en « Cross stick », pour les débutants et novices.

 
 
 Ensuite, il y a les cercles les moulés, c’est de l’acier totalement liquéfier à très haute température puis coulé dans un moule. Cela va donner un cercle beaucoup plus lourd que le précédent cercle embouti.
 
Il va apporter beaucoup d’harmonique aigu et de puissance. Ce type de cercle est adapté à des caisses claires qui ont un son déjà bien chaud et plutôt médiums:basse comme le bouleau ou l’acajou mais peut être très intéressante aussi avec l’érable surtout si le fut est de faible épaisseur (exemple du 4 plis d’érable avec renfort de chanfrein).
Il apporte un tranchant, une attaque et une précision  très adapté aux musiques puissantes.
 
Pour terminer les cercles, il y a les plus rares que sont les cercles en bois. Ils sont de plus en plus fréquents mais restent tout de même les plus rares, pour la simple et bonne raison c’est qu’ils sont plus couteux, car la conception est compliqué pour être résistant et ne pas être aussi fragile que les vieux cercles de tambours de la vieille époque. 
 
Ils n’apportent que très peu voir pratiquement pas d’harmonique aigu, donc ils permettre d’apporter ce son typiquement tambour. Donc si vous chercher un son tranchant, puissant et plutôt aigu , ce type de cercle n’est pas adapté.
A l’inverse vous cherchez un son à l’ancienne très bas , grave et vous ne jouez que très peu en « Rim Shot », alors là oui c’est adapté.
 
Pour ce qui est des coquilles, ce sont principalement des coquilles moulées que vous trouverez mais avec différentes qualités d’alliages. Malheureusement il est difficile de repérer cette qualité. On peut parfois se donner une idée lorsque nous prenons en main la coquille et en fonction de son poids supposer qu’elle sera de bonne qualité, mais c’est pas aussi simple.
Une autre astuce lorsque vous vissez le tirants dans la cheminé de la coquille il ne faut pas de jeu entre les deux et il faut sentir une certaine souplesse et pas de résistance comme si c’était grippé (rouillé).
 
Les tirants en acier sont extrêmement fréquent et si parfois vous trouvez des tirants en acier inoxydable c’est un plus, car vous aurez un régularité dans le serrage, ce qui évitera les résistances ou blocages irréguliers qui nous trompent dans notre réglage. 
 
Pour les caisses claires, il y a les déclencheurs et attaches timbres. Sur ce sujet les avis peuvent être très différents et très variés en fonction de  chacun d’entre nous. C’est beaucoup plus personnel comme choix.
La seule chose que je puisse vous conseiller c’est de rester vigilants et d’avoir plusieurs réglages du timbre sur plusieurs niveaux car certains déclencheurs sont soit enclenchés soit déclenchés, sans réglages intermédiaires. Cela limite les sonorités, certes on peut jouer avec la molette (donc vérifier la qualité de celle ci) mais un préréglage intermédiaire est bien pratique.
 
CONCLUSION
 
Dans tous les cas pour choisir sa batterie ou sa caisse claire, il est indispensable non seulement de l’essayer dans de bonnes conditions (ce qui n’est faisable que dans certains magasins ou auprès de particuliers) mais aussi de regarder à l’intérieur des futs, et ne pas hésiter à tester les serrages pour observer la qualité des tirants,des coquilles, attaches et déclencheurs.
 
Il faut que ça soit souple mais sans jeu, sans vibration. Si vous constatez un tirants qui force plus qu’un autre cela peut être rectifier en mettant un peu de graisse, mais si les tirants ou les coquilles sont de médiocres qualité le problème deviendra récurrent. Et si la batterie vous plait beaucoup, vous pourrez éventuellement changer les coquilles mais cela un cout.
 
Heureusement de manière générale, lorsque vous vous orientez  sur des batteries d’une certaine qualité, les coquilles, les tirants et autre accastillage sont également de qualité, mais c’est tout de même a vérifier.
 
Lorsque vous choisissez une batterie de qualité inférieur, car votre budget ne le permet pas, alors il faut être vigilant sur l’accastillage en plus de la finition et fabrication des futs, le type de chanfrein, ainsi que du type de bois.
 
Voici 2 vidéos pour mieux comprendre les 2 types de fabrication d’une batterie, très différentes l’une de l’autre et pourtant Tout aussi passionnante 

Voici également quelques liens de fabricant artisanaux de batterie Français mais aussi du monde 🙂
 
 
Nous pouvons trouver des batteries qui sonnent très bien sans aller dans le haut de gamme, car le jeu du batteur à une importance énorme, il faudra juste, un plus rechercher et bidouiller pour obtenir un réglage idéal de sa batterie et donc avoir le meilleur son possible.
 
J’espère que cela vous aidera dans la recherche et le choix de votre futur batterie. 
 
Cet article vous a plu, alors,  Likez et Partagez le avec vos ami(e)s 🙂
 
Christophe #FSB
 
 
 
 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

4 réflexions au sujet de « Mieux comprendre la fabrication d’une batterie pour Mieux CHOISIR »

  1. Très bon article , bien détaillé et qui répond aux questions que l’on se pose .
    Quelques explications supplémentaires sur le bubinga vu l’emploi de plus en plus utilisé dans les grandes marques citées dans l’article ainsi que chez Tama et autres.
    De toute façon merci pour cet excellent article

    1. Salut Michel!

      Merci beaucoup! 🙂
      Le BUBINGA est un bois rouge Africain avec des caractéristiques acoustique très riche, assez forte en fréquence grave, c’est aussi un bois très beau avec des veines très reconnaissables et utilisé depuis pas mal d’années entre autre pour sa finesse esthétique en p^lus de ses qualités audio incontestable.
      Musicalement.
      Christophe #FSB

  2. Salut Christophe,
    Super article ! Et qui donne plein de clefs sur l’emploi des différentes essences de bois.
    Je rêve de pouvoir visiter un atelier pour découvrir toutes les phases de fabrication d’un fût.
    A+ FR[ed]C

    1. je pense faire un article sur une marque artisanale et plus particulièrement sur une caisse claire mais c’est une surprise 😉
      Musicalement

      Christophe#FSB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *