Apprendre à jouer de la batterie de manière efficace

Comment choisir vos baguettes ?

Bonjour à toutes et à tous !

Aujourd’hui, j’ai choisi de vous parler d’un sujet que nous pouvons parfois négliger et pourtant, c’est le prolongement de nos bras et mains, le choix ne doit pas être fait au hasard.

Il n’existe pas de baguettes universelles qui conviennent  à tout le monde !

Cela n’existe pas, nous sommes tous différents, tous uniques ! Et heureusement!  🙂

Il y a bien longtemps (en 1979), un batteur nommé  » Philippe LALITE »  l’avait compris ! C’est pour cela qu’il créa  « LA BAGUETTERIE » un magasin Parisien qui proposait un choix de baguettes jamais vu jusque là. 😉

Il faut savoir qu’à l’époque les magasins généralistes avaient un choix très restreint, avec un choix de dix ou vingt types de baguettes, au grand maximum. Autant vous dire que très vite, tous les batteurs  de Paris et sa banlieue se sont précipités dans cette petite boutique de 25 m2 seulement qui avait un choix de baguettes qu’aucun magasin de l’époque ne  proposait dans toute la France.

Tout ça pour vous dire que Je n’invente rien, d’ailleurs, j’ai travaillé pendant plus de cinq ans dans ce magasin parisien puis dans celui de Toulouse durant plus de treize années.

Pour ceux qui ne connaissent pas cette enseigne, vous y trouverez un choix de plus d’une centaine de type de baguettes sans compter les balais, rods et autres  baguettes fagots en tout genre.

Régulièrement on me demandait des modèles que nous n’avions pas ou plus en stock malgré notre choix. Donc pour moi c’est une évidence qu’il n’existe pas de baguettes qui conviennent à tout le monde.

Mais malheureusement, le choix est tellement important qu’il est difficile de faire le bon, mais là, c’est une toute autre histoire !

Grâce à mon expérience, en tant que batteur passionné ainsi qu’ancien vendeur de baguettes (entre autre), je vais tenter de vous éclairer pour répondre à cette fameuse question.

Comment choisir ses baguettes ?

Il faut savoir que le choix se fait en fonction de nous, physiquement parlant :

  1. Notre taille.
  2. Notre corpulence.
  3. La taille de nos mains.
  4. Notre tenue de baguettes.
  5. Notre force de frappe, notre jeu.

Ensuite si vous êtes débutant avec moins de deux ou trois années de pratique de  batterie, que votre choix c’est fait sur du 5A car votre professeur vous l’a conseillé mais que vous n’êtes pas vraiment à l’aise avec, vous imaginez bien que dans ce cas, il est super difficile de choisir ses baguettes, même après plusieurs années de pratique, le choix reste compliqué!

Pour information, les baguettes modèle 5A ont été, sont et seront toujours conseillées par une majorités de professeurs, de vendeurs et autres ami(e)s batteurs, ce qui est tout à fait normale et justifié car nous, êtres Humains  avons un gabarit moyen et que lorsque nous prenons pour la première fois des baguettes, le modèle 5A correspond à une taille moyenne, ni grosse, ni fine et donc ce conseil est adapté.
Pour un enfant il faut l’adapter, mon conseil serait plutôt de prendre du 7A si il a moins de 13 ou 14 ans, et aussi en fonction de la taille et du gabarit de l’enfant.

Ce qu’il faut savoir pour choisir ses baguettes :

Ce qu’il faut savoir, pour choisir en faisant abstraction de la marque, c’est d’abord quel genre de baguettes existent en terme de bois (densité, poids), longueur, diamètre, forme du corps de la baguette ainsi que la partie supérieure appelée « col », ainsi que l’olive.

Baguettes de pain FUGZU FSB

Avec celle-ci, ce serait assez difficile d’être à l’aise pour jouer!

Certainement plus facile à manger!:-)

Revenons aux baguettes de batterie cette fois, LOL 😉

 

 

En ce qui concerne  le type de bois, je vais citer les 3 principaux bois qui représente peut être 80% ou plus des baguettes du marché (sachant qu’il en existent forcement plein d’autres).

Le plus répandu : HICKORY (en Français, nous utilisons le mot anglophone)

Bois très dense (j’ai déjà tenu dans ma main un tasseau d’Hickory avant qu’il soit transformé en baguette et je peux vous dire que son poids est  2 à 3 fois plus lourd qu’un tasseau de pin ou sapin que vendent les magasins de bricolage.

Alors oui ! Il est très dense !

Il a une fibre bien serrée qui  rend la baguette très robuste,  mais qui a l’inconvénient de s’effilocher et donc la baguette peut se déformer et se voiler (un peu comme un arc). Si elle ne casse pas, l’olive peut disparaître par l’usure mais elle a une durée de vie assez longue malgré tout. Si vous les cassez très régulièrement, il peut y avoir d’autres raisons que la solidité de la baguette qui peut être mise en cause,  le choix du diamètre entre autre et de la longueur.

Vous avez également : l’ERABLE(Maple)

C’est un bois également assez dense mais moins que l’Hickory, donc plus léger, il sera donc un peu plus fragile que ce dernier mais, pour certain batteur, l’érable peut être son type de bois préféré pour le choix de ses baguettes car il ne se  déforme quasiment pas et ne s’effiloche pratiquement pas.

C’est un bois qui a une fibre très, très serrée.

Quand vous tenez une baguette en Hickory d’un coté et de l’autre une en érable, vous pouvez constater que la baguette en Erable est très lisse, il n’y a pas les toutes petites rainures creuses dans la fibre et c’est d’ailleurs pour cela qu’elle ne s’effiloche que très peu, mais elle a l’inconvénient de casser d’un coup sans prévenir alors que la baguette garde toute sa forme d’origine, c’est assez surprenant d’ailleurs de voir une baguette cassée alors qu’elle semble être comme neuve.

L’avantage c’est que vous pouvez trouver des baguettes assez grosses en diamètre de type 5B ou plus, avec un faible poids, ce qui peut vous éviter les tendinites.

Et pour le dernier : Le CHÊNE (Oak)

Le chêne est encore plus dense que l’Hickory, une fois encore, il s’agit d’un bois très robuste mais tout comme son cousin MR HICKORY,  il se déforme mais ne s’effiloche que très peu!  Je ne dirais pas qu’il ne s’effiloche pas mais beaucoup moins car il a une fibre serrée comme l’Erable, donc presque aussi lisse.

Donc pour résumer les caractéristiques de ces 3 bois, je dirais que :

L’HICKORY très robuste, poids moyen biensûr en fonction de la taille (diamètre, longueur), qui peut se déformer et s’effilocher. Du coup avec le temps et l’usure, il peut perdre de la brillance dans le son en tapant sur les cymbales et plus particulièrement la ride *(cymbales rythmiques de taille généralement supérieur à 18″)

L’ERABLE un peu moins résistant, d’où une casse nette et sans bavure, mais a  l’avantage de ne pas se déformer et surtout de ne pratiquement pas s’effilocher. Elle garde donc un son brillant sur les cymbales pendant pratiquement toute la durée de sa vie. Un autre avantage si vous aimez les baguettes de diamètre important mais sans vouloir une baguette lourde, alors ce bois est fait pour vous !

Un standard de modèle en ERABLE utilisé en musique classique sur le célèbre  « BOLERO de RAVEL »

C’est la SD2  (baguettes en  érable  de gros diamètre avec un col qui s’affine rapidement et une petite olive bien ronde, pour un son net et précis, tout en étant légère !

Le CHÊNE, un bois un peu plus lourd que l’hickory et qui s’effilochera nettement moins que ce dernier. Il a donc l’avantage d’être super résistant mais si vous aimez les gros diamètres, le poids peut devenir un problème (attention aux tendinites).

 

Il faut savoir que certaines marques proposent un  choix plus important dans certains types de bois  (exemple : TAMA propose pas mal de modèles en CHÊNE ;  VIC FIRTH propose un bon choix en ERABLE toute la série SD ainsi que VATER, PRO MARK qui a une époque proposait également des modèles en CHÊNE qu’il ne font plus, me semble t’il !?

L’HICKORY est  évidemment proposé par la quasi totalité des marques.

Voilà pour ce qui est du bois.

Après, vous avez donc 4 caractéristiques à définir dans votre choix : La longueur, le diamètre, la forme du col et la forme de l’olive.

La longueur : Cela rajoute du poids à la baguette car plus elle est longue et plus le poids sera réparti devant, donc vigilance en fonction de votre ressenti quand vous les essayez. La façon dont nous tenons les baguettes a énormément d’importance.

AH, OUI ! pensez toujours à essayer les baguettes sur un « PAD »  lorsque vous les choisissez dans un magasin, donc allez là ou on vous laisse les tester (quelques secondes suffisent pour se donner une idée)

Le diamètre : Lui c’est souvent un des critères qui est le plus facile à détecter, mais il est lié avec le type de bois puisque nous pouvons aimer des gros diamètres sans pour autant apprécier trop le poids, c’est à ce moment que le choix de l’Erable peut être intéressant.

La Forme du col : Lorsque vous testez vos baguettes sur un pad, si vous sentez trop d’impact ou de vibrations dans les poignets, il faut s’orienter sur un col qui s’affine rapidement où, dès le départ cela amortit l’impact et transmet moins de vibrations dans le manche, mais l’inconvénient est la solidité qui en est affaiblit sur le haut de la baguette.

La forme de l’olive : Elle, par contre n’est pas un choix que vous pouvez faire lorsque vous testez sur un pad. Le test peut se faire soit sur une caisse claire ou sur une ride. Quand vous êtes dans votre magasin demandez leur si vous pouvez juste donner  deux trois coups sur une ride dont il dispose pour écouter l’attaque et la brillance du son ( c’est ce qu’amène ou non une olive). En résumé, une olive ronde apporte un peu plus de brillance, un son légèrement plus cristallin, en fonction de sa grosseur, il  faut qu’elle soit plus fine et ronde. Plus l’olive est grosse et plus le son est agressif et présent, avec un impact puissant.

Donc pour résumer :

En fonction de votre gabarit et de votre taille, vous allez vous orienter vers un diamètre différent ; plus vous êtes grand et costaud et plus vous risquez d’aimer les plus gros diamètres et longueurs, peut être même un poids plus important, c’est une question de logique.

Mais attention, ce n’est pas obligatoirement le cas, il est possible que vous mesuriez 1,98 m, 95 kg mais comme vous jouez du jazz latin par exemple et donc vous cherchez un son fin, cristallin sans puissance alors vous pourriez aimer des baguettes fine et légère type 7A.

Mais si vous avez cette corpulence et que vous jouez du bon vieux ROCK puissant, vous aurez tendance à vous orienter vers  des baguettes type  5A, 5B ou 2B voire plus gros…

Tout cela dépend d’un grand nombre de facteurs et donc il faut faire votre choix en fonction de votre ressenti et votre force de frappe et style de jeu (puissant, fin, léger, dynamique, impulsif….etc)

Une fois que votre choix se peaufine sur le type de diamètre, de longueur, de poids et de forme du col et de l’olive, il y a un dernier point et pas le plus facile, c’est la résistance et la solidité sur votre set de batterie. Et  oui, parfois  on pense avoir trouvé enfin ses baguettes et puis on se rend compte qu’elles cassent très vite.

Cela veut dire qu’il faut chercher d’autres modèles, peut-être  mais pas que !

Parfois, il faut remettre en cause son jeu ou tout du moins sa position de baguettes par rapport au futs .

Un petite astuce, si vous cassez vos baguettes à cause des cercles lorsque vous jouez, il faut parfois légèrement monter son siège, ça nous positionne un peu plus haut, du coup on tape un peu moins sur les cercles et la casse de baguettes s’en trouve nettement réduite. Vous pouvez aussi incliner un peu plus vos futs ( si vous le pouvez).

Il y a aussi le charleston qui peut être en position trop haute,  il ne faut pas taper systématiquement sur la tranche, les baguettes n’aiment pas du tout , il faut taper au dessus de la cymbale.

Il est impératif d’adapter son jeu (puissance, position et réglage des futs) en fonction du style de musique , du son recherché afin de s’adapter aux autres musiciens et non le contraire, pour également préserver la longévité de nos baguettes et cymbales.

Laissez- moi en commentaire en dessous de l’article, ce que vous utilisez comme baguettes, et pourquoi vous les avez choisi ! Merci d’avance !

Enfin il est important d’être vigilant à notre façon de jouer sur notre set de batterie, car cela a une grande importance dans le son que nous développons, tout comme le choix de nos baguettes qui va de pair. 🙂

Très prochainement je vais publier  un petit récapitulatif sous forme de tableau, concernant le type de baguettes (diamètre et longueur)  principales qui  existent sur le marché sans indiquer les tarifs ni les marques.`

PS: Ça y est, je viens de publier le tableau, cliquez ici pour le télécharger GRATUITEMENT ! 🙂

Voilà j’espère que cela vous aidera dans le choix de vos baguettes.

Cet article t’as plu ? Alors Like le et Partage le avec tes ami(e)s

 

Christophe Soliveres #FSB

Le « TEXAS SHUFFLE » un rythme pour une main faible en béton

Bonjour à toutes et à tous !

 

Aujourd’hui je vais vous parler d’un rythme,  le fabuleux « TEXAS SHUFFLE »

C’est un rythme que je souhaite travailler sérieusement, car je suis  fan du shuffle et  du Half shuffle et pourtant je ne maitrise pas bien le Texas shuffle.

 

Alors c’est décidé je vais enfin me mettre à travailler ce rythme qui parait si simple et qui pourtant est super compliqué.

 

Compliqué ?

 

Car la particularité de ce « Funking Texas shuffle », Oups, je m’emporte… ! C’est qu’il faut travailler sa main faible (gauche pour moi).

 

Et oui, pour ceux qui compte sur leur main forte (droite pour moi), il n’y a pas de secret cela ne passe pas.Car les deux mains font exactement le même schéma rythmique donc pas de chance, cette fois, il va falloir bosser notre main faible.

 

Pour vous donner une idée de ce rythme qui roule comme locomotive et qui swing de folie, voici une vidéo de Greg Bissonette, 

 

Regardez donc cette vidéo !

 

n

 

Si je joue la caisse claire  avec la main droite qui pour moi est la plus fiable = tout va bien, ça passe, il faut travailler un peu les accents mais pas de difficulté particulière.

 

Par contre si je la joue avec ma gauche (ma main faible).    Aïïïï…..!   ça pique, pas bon du tout, pas bon du tout !!!! …

 

Et donc, vous l’avez compris, si comme moi, cela ne passe pas, il faut bosser encore une fois cette foutu main faible.

 

Je relève encore une fois mes manches et c’est parti !

 

Je prend mon métronome :

 

    • Je défini a un tempo de 90  bpm à la noire 
    • Tout en faisant jouer les 1 er et 3° triolets de chaque temps de la mesure de 4 temps      (sur le métronome : le 1 er temps est bien différencié par une lumière rouge et un son diffèrent), cela aide beaucoup.

 

 

Je travaille la main gauche sur la caisse claire la cellule rythmique suivante. 

 

Voir relevé A ci-dessous :

 

 

Voici le fichier audio (relevé A)

 

Je travaille d’une part l’endurance et d’autre part les accents sur le temps 2 et 4. 

A l’heure ou j’écris cet article je ne suis pas encore au point et je travaille donc, encore.

 

Mais si vous arrivez à tenir à un tempo de 110 Bpm avec des accents biens précis.  

Super ! passez à l’étape suivante.

 

  • 1. Vous pouvez jouer la ride à votre main droite soit exactement comme la main gauche (voir relevé C)  ou  bien la jouer à la noire, sans accent dans ce cas (voir relevé B).

 

 Fichier audio (relevé B)

 

 

Fichier audio (relevé C)

 

  • 2. Pour la grosse caisse et le charleston au pied vous pouvez les intégrer dès le départ ou pas, selon vos possibilité. Pour ma part je joue dès le début la cellule rythmique de la grosse caisse à la noire et la pédale charleston sur le temps 2 et 4.

 

Comme sur le relevé D ci-dessous :

 

 

Fichier audio (relevé D)

 

Voici ce que donne pour ce rythme « TEXAS SHUFFLE »  complet .

 

Sur le relevé  suivant :

 

 

Fichier audio (Texas Shuffle)

 

Dans ce rythme tout se joue dans le mouvement de balancier qui appuis surtout l’after beat, c’est à dire le temps 2 et 4,  en le tirant très légèrement en arrière. 

 

Voici en bonus 2 variantes qui apporte une touche très intéressante (en fin de boucle bien entendu)

 

Fichier audio (Texas shuffle enchainé avec variante 1)
Fichier audio (Texas Shuffle enchainé avec variante 2)

 Pour recevoir le relevé complet en PDF c’est ici ! 😉

En attendant laissez moi un commentaire pour me dire ou vous en êtes concernant ce rythme que j’affectionne particulièrement.

Dans tout état de cause j’espère vous avoir aidé dans votre progression à la batterie.

 

 

Cet article t’as plu ? Alors Like le et partage le avec tes ami(e)s !  🙂

 

Christophe Soliveres #FSB

Comment ne plus planter vos Concerts (Article invité de Laurent)

 

Bonjour à toutes et à tous !

Aujourd’hui je vous présente un article que Laurent VEYRAT auteur du blog « Batteur Extrème » a eu la gentillesse de me proposer. Quand je l’ai lu, il m’a semblé très intéressant de vous le faire partager. 

Cele nous est  arrivé à tous à un moment ou à un autre de nous louper une partie d’un concert, voici donc l’analyse de Laurent.

Bonne lecture !!! 😉

 

Christophe #FSB                                     

 

 

Comment ne plus planter vos concerts ? la solution…

 

Quand on est batteur et plus généralement musicien, on est souvent amené à faire des concerts et à jouer devant un public. Les gens, les lumières, le son, tout est différent de l’endroit où l’on a l’habitude de jouer. 

Ça peut entrainer beaucoup de stress et vous faire perdre les moyens en plein concert, ça vous est sans doute déjà arrivé ? et je sais par expérience que c’est très déstabilisant et très frustrant de partir d’un concert en ayant l’impression de l’avoir raté. 

Dans cet article je vous propose d’identifier les causes qui pourraient être à la source de votre concert raté et ensuite je vous proposerais des solutions pour y remédier efficacement et durablement. 

Les causes :

Manque de préparation : 

Vous manquez de temps :

Comme le bac ou tout autre examen, un concert doit être préparé plusieurs jours, plusieurs semaines voire plusieurs mois à l’avance. C’est pourquoi vous devez intégrer la préparation du concert dans votre planning hebdomadaire. 

Malheureusement le temps est une ressource limitée et certains d’entre nous ont des semaines très chargées. Le temps passe jusqu’au jour J et c’est là que vous remarquez que vous n’avez pas assez répété ! Aie 

Vous n’avez pas envie de répéter :

Le concert vous procure sans doute de la joie mais lorsqu’il s’agit de s’entrainer sur le morceau alors ça devient plus compliqué ! je vous comprends on a tous tendance à faire uniquement les choses qu’on aime. Cependant si vous voulez faire un bon concert alors il vous faudra répéter de nombreuses fois.

Le morceau de musique est trop dur à jouer :

Parfois on veut se tester en essayant de jouer un morceau plus compliqué que d’habitude. Le risque ? abandonner.

En effet si la musique est trop rapide ou si les breaks sont trop complexes pour votre niveau actuel alors vous aurez probablement du mal à le jouer correctement. La solution ? changez de morceau.

Vous négligez les parties complexes :

Quand on essaye plusieurs fois un passage qui ne passe pas on devient négatif et on a tendance à délaisser cette partie. Le jour du concert la partie difficile sera toujours autant difficile et ça ne passera pas, comme pendant les répétitions :/

Vous ne travaillez pas avec le métronome :

Vous jouez peut-être votre morceau en entier mais à chaque fois vous sentez que vous êtes décalé… avez-vous pensé au métronome ?

Vous n’écoutez pas la musique ou les autres musiciens :

Vous n’êtes centré que sur vous et vous oubliez d’écouter la musique. Il y a alors de grande chance pour qu’un décalage se crée tant au niveau du tempo qu’au niveau volume sonore. 

Changez de point de vue : adaptez-vous à la musique plutôt qu’attendre que la musique s’adapte à vous !

Volonté d’être parfait :

Vous ne vous sentez pas à la hauteur :

Parfois il est difficile d’assurer un concert quand on a cette petite voix dans sa tête qui nous dit « tu ne vas pas y arriver » « tu t’es foiré la dernière fois en répétition alors tu vas te foirer encore ici aujourd’hui ». 

On a tous au moins une fois eu ce genre de pensé, c’est un trait humain ; malheureusement ça peut vous faire perdre les moyens en plein concert et tout gâcher.

Vous voulez à tout prix respecter la partition :

C’était un de mes plus grand problème quand je jouais avec mon orchestre. J’avais de grosse responsabilité car je devais avoir un tempo stable, je voulais assurer. Je suivais donc à la note près tout ce qui était écrit sur la partition. 

Le risque quand on fait ça c’est d’être uniquement focalisé sur ce qui est marqué et d’oublier tout le reste (les musiciens, le chef d’orchestre, voire la musique en elle-même) et de continuer à jouer tout seul. Ça m’est arrivé plusieurs fois de continuer à jouer alors que le chef d’orchestre avait stoppé la musique ; s’en suit un grand moment de solitude :’(

Vous voulez montrer au public que vous êtes un bon batteur :

Ça part d’une bonne intention, en effet vous voulez donner le meilleur de vous-même afin d’être perçu comme un bon batteur. Cependant ça peut devenir dangereux quand ça tourne à l’obsession, lorsque vous ne jouez QUE pour montrer au public vos talents. Vous en ferez trop et ça deviendra agressif pour le public.

Vous n’acceptez pas de commettre des erreurs :

La moindre erreur pendant votre concert vous frustre ? vous ne pensez qu’à ça tout le reste de la musique et du coup vous jouez avec moins d’enthousiasme ? 

Une seule petite erreur peut venir ruiner toute la préparation réalisée en amont et anéantir votre concert, c’est dommage quand même non ?

Vous anticipez la mesure d’après : 

Vous n’êtes pas dans le moment présent :

En tant que batteur on vous a surement appris à anticiper la mesure suivante pour ainsi éviter d’arriver paralysé sur la mesure suivante. Le problème c’est que vous concentrez toute votre énergie mentale sur la mesure d’après et vous négligez ce que vous êtes entrain de jouer en ce moment.

Vous avez peur d’oublier ce qu’il y a à jouer à la mesure d’après :

La peur d’oublier ce qu’il y a à jouer après vient probablement d’une volonté de tout contrôler. Là encore le risque c’est de vous faire envahir par cette peur et d’être déstabilisé sur ce que vous jouez en ce moment.

L’environnement qui change :

Quand vous montez sur scène tout change comparé à votre petite salle de répétition. Si vous n’avez pas l’habitude de ces changements ça peut être perturbant et vous faire perdre vos moyens. 

Voici les 4 choses qui changent sur scène :

  • L’espace
  • Le son
  • Les lumières
  • Le stress

Pour en savoir plus consultez mon article : « les 4 différences entre salle de répét et salle de concert »

 

Comment remédier à ça ?

Répétez encore et encore 

 

Travaillez avec le métronome pour la stabilité :

Pour assurer votre concert vous devez maitriser la stabilité du tempo, tout repose sur ça! Pour y arriver il faut donc répéter avec le métronome en vue 😉

Repérez les passages difficiles, travaillez-les ou simplifiez-les :

Dans tout morceau de musique il y a des passages plus compliqués que d’autres. Vous avez 2 choix selon l’envie et le temps dont vous disposez :

  1. Travailler les passages compliqués : avec le métronome, en ralentissant le tempo, en coupant la mesure pour travailler chaque partie…
  2. Simplifier les passages compliqués : enlever les crashs, garder uniquement le premier coup du double coup grosse caisse, changer un sextolet en 4 doubles croches…

Ne vous arrêtez pas à chaque erreur :

Quand vous répétez un morceau il vous est certainement déjà arrivé de vous arrêter en plein milieu et de vous dire : « merde faut que je recommence tout depuis le début ». Avec cette approche vous bloquerez toujours au même endroit sans jamais pouvoir passer à la mesure d’après

Le fait de recommencer à chaque fois toute la musique vous fait perdre un temps considérable et malheureusement vous ne progressez pas (ou très peu en tout cas).

L’astuce est de travailler la partie où vous peinez avec le métronome ou en la simplifiant. Si aucune de ces solutions ne vous convient vous pouvez toujours vous laissez « foirer » la mesure difficile et reprendre normalement juste après. L’intérêt de cette approche est de jouer toute la musique sans interruption. 

En concert vous ne pourrez pas revenir en arrière ou stopper la musique et dire : « attendez, attendez je me suis trompé, on recommence », même si c’est très tentant 😉

Evitez de répéter le jour même : 

Ça va vous faire angoisser :

Vous voulez sans doute perfectionner un break ou avoir un tempo plus stable, mais est-ce le bon moment pour travailler ça ? il fallait y penser avant le jour J non…

En effet le jour du concert est un jour particulier et soumis à un stress élevé. Evitez donc de vous mettre encore plus de stress en essayant de rattraper les répétitions annulées ou ratées.

Vous aurez encore plus de pression si vous répétez le jour même et que ça passe pas !

Détendez-vous avant le concert :

Pour accéder à toutes vos capacités intellectuelles (oui le batteur réfléchit parfois !), émotionnelles et physiques il faut aborder le concert en toute sérénité.

Pour vous détendre vous pouvez :

  • Vous faire masser
  • Prendre un cocktail (mais pas trop !)
  • Faire du sport
  • Regarder un film

Bref plusieurs heures avant le concert prenez du temps pour vous avec une activité qui vous fait plaisir.

Arrêtez de vouloir jouer mieux :

Vous ne pouvez pas augmenter votre niveau selon votre envie :

Le niveau que vous avez à ce moment-là est fixe, vous ne pouvez pas le dépasser par la simple volonté, alors acceptez-le et faites de votre mieux.

Si vous êtes débutant ça peut être frustrant de jouer un concert en ayant un tempo instable ou en jouant de façon monotone. Cependant c’est votre niveau actuel et vous devez faire avec, vous verrez qu’à la fin du concert votre niveau aura sans doute augmenté naturellement du fait simplement d’avoir joué le concert.

Cessez de vous comparer :

En voulant jouer comme tel ou tel batteur vous vous conduisez tout droit à la frustration. Le batteur en question a certainement des qualités que vous appréciez et que vous souhaitez avoir. 

Mais n’oubliez pas que vous aussi vous avez des qualités que lui n’a peut-être pas. Misez tout sur vos qualités et jouez selon votre propre style.

Acceptez vos erreurs :

Tous les batteurs font des erreurs, même les plus grands. Je dirais même que ce sont les plus connus qui font le plus d’erreurs. 

A chaque erreur tirez-en une leçon pour ne plus la reproduire. C’est comme ça que vous vous améliorerez et que vous jouerez des concerts de dingues 😊

Profitez du moment présent : 

Ne pensez pas à la dernière mesure du morceau :

Quand je jouais avec mon orchestre ou avec mon groupe j’avais une forte tendance à me demander comment j’allais terminer le morceau alors que la musique n’avait pas encore commencé. Le problème c’est que pendant tout le long du morceau il y avait cette tension intérieure qui m’empêchais de jouer comme je le voulais vraiment. A la fin du morceau j’étais soulagé et je me disais : « ah enfin, ça va c’était pas si mal ! »

Concentrez-vous sur la musique, sur les autres musiciens présents et tout ira bien. 

Utilisez la visualisation :

Imaginez-vous entrain de jouer sur scène comme vous le voudriez :

Votre pensée crée votre réalité. Avant de monter sur scène prenez un moment pour calmer votre esprit et pensez à comment se déroulerait votre concert « parfait »…

Voilà comment se déroulerait mon concert « parfait » : 

Je monte sur scène, le public m’applaudit, j’ai une énergie de dingue et mon enthousiasme est au plus haut. Je joue du Offspring, je m’amuse, je sue, j’improvise les breaks et je jongle avec mes baguettes. A la fin je lance mes baguettes au public et je me jette dans la foule 😉

Votre concert ne sera pas exactement comme vous l’auriez imaginé mais vous monterez sur scène avec plus d’assurance et donc plus de chance de le réussir.

Pensez à la joie ressentie du public et aux applaudissements à la fin :

Vous jouez en concert pour vous mais aussi pour votre public. Vous voulez que votre public profite à max alors donnez-vous à max. Le public vous remerciera d’autant plus qu’il aura apprécié.

Qu’est-ce qui est le plus difficile pour vous quand vous jouez des concerts ?

 

Photos dans lordre : photo temps (geralt) photo concert (StockSnap) ; photo partition (ErikMi) ; photo détente (jill111) ; 

« La Nuance » un outil indispensable pour le « GROOVE »

Bonjour à toutes et à tous !

 

Je tenais à vous parler à nouveau du « groove » dans le jeu d’un batteur pour 2 raisons :

 

Groove Batterie FSB stephane burlot

 

1. La première, c’est que le groove est pour moi indispensable dans le jeu d’un batteur et cela ne demande pas forcement une technique énorme.

 

2. La deuxième c’est qu’après avoir fait mon article «Comment travailler sa dynamique et ses nuances » cliquez ici pour lire cet article  je voulais revenir sur le groove car la dynamique, les nuances et les accents sont des outils indispensables pour faire groover  un rythme.

 

Avec tous ces batteurs de très haut niveau plus ou moins reconnu que l’on peut voir un peu partout, nous avons souvent tendance à penser que le « groove » est forcement associé à un niveau technique de batterie SUPER élevé.

 

Heureusement ce n’est pas le cas, il est nécessaire d’acquérir un minimum de technique et d’ indépendance certes, mais le plus important est d’être à l’aise derrière son instrument et de maîtriser le peu de techniques que nous avons au moment ou nous jouons.

 

La première chose est dans le mental, notre cerveau est complexe et peut parfois nous jouer des tours, par le stress, l’anxiété, la peur de faire mal les choses  et je sais de quoi je parle ! 

 

Bon nombre de fois je suis resté tétanisé et pas qu’ en jouant de la batterie, paralysé  mentalement  à en oublier les choses les plus basiques et évidentes.

Pour tout vous dire cela m’arrive encore malgrès mon age, certe avec le temps cela s’estompe mais lorsque vous êtes confrontés à un évènement inhabituel, cela peut devenir très délicat et pénible.

 

Donc lorsque l’on est derrière son instrument, la première chose à faire est de se décomplexer concernant son niveau de batterie et de son âge aussi, que l’on soit jeune ou moins jeune, il faut bien débuter la batterie.

Il y aura toujours des batteurs plus fort techniquement que vous, mais il y aura aussi des batteurs avec un niveau inférieur au votre,  quelque soit le  niveau de batterie que nous avons, nous méritons tous, le plus grand respect.

 

Le choix de jouer de  la batterie avec toutes ces contraintes, le bruit, le coût, le transport de son instrument qui est largement compensé par la passion et le bonheur que cela apporte mérite le respect. 

 

J’attire votre attention :  Je ne dénigre SURTOUT pas les autres instruments de musique, tous les musiciens méritent tout autant le respect, mais là, vous l’aurez compris, je parle pour les batteurs.

 

Ce que je veux dire, c’est que même un débutant mérite le respect. Ce n’est pas l’exclusivité de musiciens de haut niveau qui biensûr le méritent eux aussi.

Mais tout le monde respecte déjà les plus grands batteurs, c’est acquis !

 

Quand j’ai débuté la batterie, je me souviens que j’étais très complexé lorsque je jouais devant des gens et plus particulièrement devant d’autres batteurs.

 

Il est arrivé qu’un autre batteur vienne jouer après moi, à ma place, celui ci avait un niveau bien supérieur au mien et cela ne faisait qu’amplifier mon complexe. 

 

Donc il est important que  chacun d’entre nous efface ce sentiment de complexe, quelque soit notre niveau de batterie, ou même notre âge. 

 

Oui, je sais c’est plus facile à dire qu’à faire mais pour progresser, il faut enlever au maximum les barrières. 

 

En jouant un maximum en groupe, devant des gens lors d’un concert ou d’une répétition (devant vos amis ou de la famille), cela nous permet de prendre de l’assurance et d’atténuer notre complexe par rapport au niveau que nous voudrions avoir.

 

Donc n’hésitez pas à faire des répétitions avec un petit public de proches dès que vous le pouvez, cela vous mettra en conditions et vous préparera pour les concerts qui suivront.

Plus nous jouons et moins nous sommes complexés. En même temps, nous sommes  plus conscient de nos limites, ce qui est très constructif dans notre progression.

 

Ensuite plus nous maîtrisons les nuances, les accents  et les Ghost-notes, plus nous avons les outils pour l’interprétation et le groove.

 

Si nous prenons un rythme simple et basique comme celui ci : 

 

 

GROOVE basique png1

 

En ajoutant dans notre jeu, ne serait-ce qu’une ou deux  ghost-notes ou accent, cela peut faire balancer le rythme et le faire « groover »  . Il y a bien sur d’autres éléments qui peuvent nous permettre de  faire swinger un beat, mais celui-ci est très simple et ne demande pas une technique de haute voltige, LOL !!! 🙂

 

voici le fichier audio

La première est jouée 2 fois puis la deuxième est enchaînée 2 fois également, biensût joué par un vrai batteur serait nettement plus groove

 

Attention cela demande quand même du travail mais reste accessible à tous avec un peu de persévérance. 

 

Et c’est donc la continuité de l’article que j’ai écrit récemment  « Comment travailler Sa dynamique et ses nuances » que j’ai décidé de revenir sur le groove avec cet article car l’objectif du travail des nuances, des accents et des ghost-notes est de nous apprendre à interpréter et donc  à faire «Groover un rythme» .

 

Donc pour résumer, il faut se décomplexer et travailler sérieusement notre dynamique pour nous donner la possibilité d’atteindre cet objectif  et tout ça, avec notre propre niveau même s’il n’est pas comme nous l’aurions souhaité.

 

En complément de cet article vous pouvez lire si vous ne l’avez pas déjà fait un premier article que j’avais écrit il y a quelque temps en cliquant ici «4 astuces pour faire Groover un rythme» 

 

Laissez en commentaire pour nous dire quel est votre principal problème pour faire Groover un rythme.

 

Une fois de plus j’espère vous avoir aider dans votre démarche de vous améliorer à la batterie.

 

Cet article t’as plu? Alors Like le et partage le avec tes ami(e)s.

 

Christophe #FSB

 

 

 

 

 

 

 

 

5 Astuces pour Apprendre la batterie

Bonjour à toutes et à tous !

 

Aujourd’hui je vais vous donner 5 astuces qui m’aurait bien servit pour apprendre la batterie lorsque j’ai commencé à  jouer de notre fabuleux instrument.

 

 

5astuces batteur FSB

 

 

N’ayant pas eu de parents musiciens ni même mélomanes, à l’époque il a fallut que je me débrouille pour apprendre à jouer. 

Les professeurs ne courraient pas les rues à l’endroit  où j’habitais (à la campagne profonde), « Internet » était un mot inconnu au bataillon, le peu de professeurs qui existaient, étaient assez loin de chez moi et en plus un cours de batterie avait un coût que je ne pouvais pas assumer.

 

Donc j’ai remonté mes manches, pris mes baguettes en mains, ouvert grand mes oreilles, et en avant !!!

 

Malgré une motivation à 200%, j’ai accumulé les mauvaises habitudes, les défauts et je me suis perdu dans ce qu’il fallait travailler et surtout dans quel ordre il fallait apprendre la batterie.

 

Si javais eu à ce moment là mes connaissances actuelles, cela maurait évité de perdre autant de temps pour l’apprentissage.

C’est pour cela, qu’il me tient à coeur de partager avec vous,  mes 5 astuces qui je l’espère vous feront gagner un temps précieux pour vous améliorer à la batterie.

 

Et ainsi vous pourrez vous dire…

 

YES ! j’ai ‘info, je le sais et ça change tout !  🙂

 

Fini les « Si j’avais su …. »  :/

 

Cela vous permettra de corriger tout de suite vos défauts et évitera de prendre de mauvaises habitudes. C’est d’ailleurs le but de mon blog de manière générale.

 

Voici donc mes 5 astuces de bases que je vais vous dévoiler :

 

 

1 er Astuce : 

 

Bien installer votre batterie, la disposer correctement, en fonction de votre taille, avoir une bonne position, les genoux légèrement plus bas que le bassin (le fémur doit être légèrement penché en avant) et les coudes un peu plus haut que la caisse claire pour limiter les efforts.

 

Il faut également rendre les accès aux futs et aux cymbales faciles et rapides. Pour résumer, il faut être à l’aise derrière son instrument et diminuer un maximum les efforts inutiles. Cela vous évitera les tendinites également. 

 

2° Astuce :

 

Travailler avec un métronome dès le début, et si ce n’est pas le cas, faites le immédiatement.

 

Cela vous permettra de vous familiariser avec ce click, qui au départ peut vous gêner mais après lorsque vous vous y êtes habitué, fini la galère, puis surtout vous commencerez  à acquérir un bon tempo, stable et régulier, c’est la base !

 

Pour le choix du métronome, vous pouvez aller voir cet article, en cliquant ici  qui vous aidera, je l’espère dans votre démarche.

 

3° Astuce :

 

Prévoir le plus souvent possible  avant toutes séances de batterie, un échauffement en travaillant des rudiments (roulé, frisé ,moulins …etc), vous pouvez intégrer un ostinato (GC + pédale charleston). Voici 2 articles ou je préconise des exercices ces d’échauffement type que j’utilise.  Cliquez ici  —  ou bien ici

 

Cette séance d’échauffement doit durer entre 15 et 30 minutes si c’est quotidien, mais cela peut durer plus pour une séance réservée au travail des poignets, doigtés, c’est à dire pour une séance purement technique et parfois rébarbatif mais souvent nécessaire.

 

4° Astuce : 

 

Jouer, jouer, jouer encore et encore, un maximum en groupe et également sur des séquences ou sur des playbacks. Cela vous permettra la pratique du « live »  qui est  la meilleure école qui soit.

 

L’avantage, c’est que cette partie est la plus plaisante, la plus FUN, alors il ne faut pas s’en priver, mais rappelez-vous, bosser une trentaine de minutes les rudiments, et exercices divers (indépendance, technique…) avant, est SUPER importante.

 

5 ° et dernière astuce :

 

IL faut IMPERATIVEMENT vous ENREGISTRER, en audio voir même en vidéo.

 

Actuellement avec la nouvelle technologie, tout le monde peut faire une vidéo avec son smartphone. Donc une fois que vous pensez maitriser à peu de chose près, enregistrez vous en vidéo (principalement les bras et la caisse claire).

 

Il ne s’agit pas de faire une vidéo pro et top mais d’un enregistrement rapide et sommaire, le but est de regarder et de vous écouter.

 

Cela vous permettra de vérifier si vous le maitrisez vraiment et de voir vos défauts. Car bien souvent nous ne sommes pas objectif quand nous jouons et de se retrouver comme spectateur de soi même peut vous révéler soit une maitrise complète, partielle ou un problème que vous n’aviez pas détecté en jouant.

 

Il ne faut  surtout pas se sous estimer ou se faire de mauvaises critiques non constructives et inutiles, mais bien au contraire, de voir nos défauts et donc de les corriger immédiatement, afin d’avoir de bons résultats rapidement.

 

Je vous conseille vraiment de le faire ! C’est super enrichissant, même si vous êtes septique.

 

 

 

Et en BONUS, pour finir un dernier conseil que je pourrais vous donner c’est :

 

FAITES VOUS PLAISIR !!!!

 

Mais ça je vous fait confiance ! 😉

 

Laissez nous un commentaire pour nous dire depuis quand vous jouez et si vous avez une ligne de conduite bien précise pour travailler et jouer de la batterie, que vous soyez débutant ou non, cela nous intéresse et souvenez vous que votre expérience peut servir au plus novice, alors n’hésitez pas à commenter ! 😉

 

Cet article t’as plus ? Alors, LIKE LE et PARTAGE LE avec tes ami(e)s. 😉

 

 

Christophe #FSB.

 
Recherches utilisées pour trouver cet article :se rendre à toi la vidéo danémone la batterie

Comment travailler Sa dynamique et ses nuances

bonjour à toutes et à tous !

 

Aujourd’hui je vais vous parler de la dynamique et des nuances.

C’est quelque chose d’hyper important dans le jeu d’un batteur.

Jorge Correa FSB batteur feeling 1

 

Il est  primordial pour ne pas ressembler à une machine de type séquenceur ou boite à rythmes, car ce n’est évidemment pas ce que nous cherchons à faire, mais il faut pour autant beaucoup travailler sur un métronome et maîtriser notre débit et niveau de notes.

Il n’y a rien de pire que de jouer, soit  tout le temps très fort, soit tout le temps très doucement.

 

L’intérêt de maîtriser sa puissance de frappe et de nuancer (accentuation là ou on le souhaite), c’est se donner les bons outils pour un jeu plus fluide et plus souple.

 

Dans cet article je vais partager avec vous ce que j’ai mis et mets encore en oeuvre pour essayer de mieux maîtriser les nuances et plus particulièrement celle de ma main gauche (Ma main faible).

 

Bon nombre de fois avec plus moins de fatigue ma main faible était à la rue en terme de rapidité mais aussi en terme de régularité, niveau de frappe inférieur et irrégulier comparer à ma main droite.

 

Alors la première chose que j’ai mis en place et de tous redescendre au niveau volume, de jouer à un niveau plus faible pour pouvoir accentuer certains coups.

 

Prenons l’exemple du deuxième exercices du travail de la main faible de mon précédent article «2 Exercices pour dérouiller sa main faible » , si vous ne l’avez pas lu, je vous conseille d’aller le lire tout de suite avant de continuer plus loin dans celui ci, en cliquant ici

 

Si vous lisez maintenant, c’est donc que vous avez lu mon article précédent « BRAVO » !!! 🙂

 

Prenez la partition N° 2 (2 exercices pour dérouiller sa main faible) :

Exercices N° 2 main faible + indépendance FSB

 

 

1° étape :

 

Une chose très importante c’est que dans un tout premier temps il faut travailler l’exercice choisit en levant bien les baguettes donc, pas question à ce moment là de jouer doucement, il faut d’abord  bien assimiler les doigtés et être le plus régulier possible et ensuite je passe à la suite. 

 

2° étape :

 

Je choisit un tempo lent puis je me force à le jouer doucement au niveau du volume sonore dans un premier temps sans accent en essayant de jouer tous les coups au même niveau et le plus régulièrement possible.

 

Bizarrement c’est un peu  l’inverse du but final. 

 

3° étape :

 

Il faut jouer les accents à des endroits choisit et bien précis mais  surtout pas au hasard.`

Il ne faut rien précipiter et reprendre à un tempo plus lent et ne passer au tempo suivant que si vous passer très bien votre exercice choisit.

 

Exercices N° 2 main faible + indépendance+accents 1 1

 

 

Le but est le suivant :

 

Nous humains sommes très instinctifs, sensibles. La complexité de notre corps, fait de nous sommes une machine extrêmement sophistiquée et en même temps plein de défauts ce qui fait tout son charme d’ailleurs.

 

Il est pour nous si naturel de jouer avec des niveaux si différents mais  cela peut devenir difficile d’écouter et à apprécier si nous ne maîtrisons pas un minimum notre jeu.

 

Donc l’intérêt c’est de maîtriser nos coups que ce soit en rapidité aussi bien qu’en régularité mais aussi en terme de volume sonore pour tout simplement donner les impulsions, les accentuations et créer la dynamique dans notre jeu.

 

C’est en tout cas ce que je cherche à faire et je peux vous dire que j’ai du boulot et je ne pense pas être le seul.

 

Car une fois que l’on joue en conditions de groupe, l’instinct et l’excitation reprend le dessus et le fait d’avoir bosser cette dynamique, ses nuances, nous permettra de bien mieux maîtriser et donc d’avoir une meilleure dynamique de notre jeu et en plus cela deviendra naturel.

 

Vous pouvez appliquer cette façon de travailler à nimporte quel exercice. Une fois que vous maîtriser le doigté, vous pouvez le retravailler à un volume sonore plus faible puis rajouter des accents bien précis et bien définit.

 

Vous pouvez le travailler avec un ostinato de grosse caisse + charleston ou sans, mais avec cela vous aidera à travailler en plus l’indépendance.

 

Je travaille ce type d’exercice environ 15 à 30 minutes, après je passe à autre chose, généralement quelque chose de plus instinctif et naturel.

 

J’espère vous avoir aidé à travers cet article et surtout, laissez en commentaire pour me dire quel type d’exercice vous travailler le plus régulièrement.

 

Cet article t’as plu? Alors LIKE LE et PARTAGE LE avec tes ami(e)s.

 

Christophe #FSB

 

 

 

 

 

2 EXERCICES pour dérouiller sa Main Faible

  Bonjour à toutes et à tous ! Aujourd’hui je vais vous parler d’un problème que j’ai moi même en ce moment. Dérouiller, débloquer, améliorer ma main faible qui est la gauche pour moi, puisque je suis droitier.  

 

Par christina Tosy FSB

                                                 Photo par Christina Tosi

Depuis maintenant trois mois j’ai emménager dans mon nouveau logement comme vous le savez peut être déjà, mais ce que je ne vous ai pas dit, c’est que depuis le mois de mars je ne joue pratiquement plus.

Effectivement j’ai depuis plusieurs mois des tendinites à mes deux mains et plus particulièrement  ma main droite mais ma main gauche n’a pas été épargnée non plus. Ce n’est pas en jouant de la batterie qui m’a déclenché ses douleurs mais  lorsque j’ai effectué des travaux l’année dernière dans mon ancien logement.

J’ai malheureusement beaucoup trop forcé sur mes bras et mes poignets, conclusion : Tendinites et douleurs permanentes, à un tel point que je n’arrivait pas à jouer plus de 20 Minutes, des douleurs très difficiles à supporter.

J’au donc fait une pause forcée de plusieurs mois, en plus de mes soucis informatiques et de mon déménagement dont je vous ai déjà parlé, ce qui correspondait donc à « mon inactivité sur mon blog » que vous avez dû constaté. Je suis allé voir un ostéopathe pour tenter de solutionner mon problème, puis je reprend petit à petit la batterie. 

En recommençant à jouer je me suis rendu compte que ma main gauche (ma main faible) était complètement à la rue.

J’ai toujours eu ma main gauche plus faible et beaucoup moins endurante que la droite, mais là c’est une catastrophe. J’ai donc décider de re-bosser ma main faible et de partager avec vous les 2 exercices que j’ai sélectionnés pour remettre à niveau ma main gauche.

Et je vais même dans un deuxième temps faire un TUTO #8 à ce sujet. Si comme moi, votre main faible est 3 ou 4 fois moins performante que votre main droite pour un droitier ou votre main gauche pour un gaucher, ma solution ? Et bien ! Travailler 3 plus sa main faible. Voici donc le premier exercice : Il s’agit de jouer tout simplement les croches  sur un cycle de  quatre mesures, je joue ma main faible pendant trois mesures et ma main droite la quatrième mesure pour me reposer ma main gauche (faible).

Je joue bien entendu sur un métronome commençant lentement 100 ppm à la noire. Vous pouvez commencer plus lentement bien sûr, mais rappelez vous que nous ne jouons que des croches et non des doubles croches. Ceci dit vous pouvez jouer les doubles croches, commencez alors à la moitié du tempo, c’est à dire à 50 ppm à la noire.

Par contre je rajoute systématiquement une petite  difficulté : Jouer un ostinato  à la grosse caisse et pédale charleston, très simple et si vous le souhaitez vous pourrez ensuite jouer un ostinato plus compliqué qui demande un effort supplémentaire  et vous permettra d’acquérirérir en, même temps un travail d’indépendance pieds et mains.

Mais rappelez vous, il ne faut pas aller trop vite et le but premier de cet exercice, c’est la main faible, l’ostinato est juste là pour garder un équilibre dans le rythme et une mise en place sur le tempo, il rajoute également un coté un peu plus « FUN »  🙂

Voici donc la partition  de ce premier exercice :    

EXERCIE N° 1 MAIN FAIBLE 1 FSB Voici lie fichier audio du 1 er exercice 

Pour info, il est indiqué un tempo de 100 ppm à la noire, c’est le tempo que j’ai pris au départ, mais vous pouvez tout à fait le prendre plus lentement et l’intérêt est d’augmenter la vitesse au fur et à mesure et d’aller le plus vite possible mais toujours régulier. Actuellement je vais jusqu’à 160 BPM en jouant les croches. Si vous jouez les doubles croches le tempo sera deux plus lent c’est le tempo de départ à 50 BPM et je vais donc jusqu’à 80 BPM. Voici le même exercice en double-croches :   EXERCIE N° 1 bis MAIN FAIBLE double croches FSB   Deuxième exercice : Pour ce deuxième exercice cela intègre  la coordination, non seulement de nos deux mains mais aussi de nos deux pieds en rajoutant un ostinato. Pour ma part je rajoute toujours le même ostinato , le plus simple, pour une bonne raison, c’est que j’alterne entre du binaire et du ternaire. Je joue donc  la grosse caisse sur le temps 1 et 3 et le charleston au pied sur le temps 2 et 4.

 

Suite à un problème technique,vous pouvez télécharger GRATUITEMENT l’exercice N°2 en cliquant ici

 

Voici le fichier audio du 2° exercice

 

Après si vous maîtrisez vraiment bien cet exercice, vous pouvez éventuellement adapter l’ostinato en binaire sur la partie binaire et en ternaire sur la partie ternaire, mais là cela devient plus compliqué.

Pour l’instant, je travaille sur le premier ostinato qui même s’il est simple, demande une concentration et le but est de remettre à niveau ma main faible.  

Comme je vous l’ai dit un peu plus tôt dans cet article, je vais mettre en ligne prochainement un Tuto sur ces 2 exercices.

En espérant vous avoir aidé un peu,  à bientôt et amusez vous bien !

 

Si cet article vous plu, alors Likez le et partagez le avec vos ami(e)s 😉

 

Christophe #FSB

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...Recherches utilisées pour trouver cet article :2 main be, exercice pourmuscler samain