Faire-sonner-sa-batterie.com

2 Astuces pour Batteur afin d’éviter de se retrouver à l’envers sur un rythme

Bonjour à toutes et à tous !

 

Aujourd’hui je vais vous parler d’un problème que beaucoup d’entre nous « batteurs » avons :

 

Suite à vos nombreuses réponses sur mon « Petit questionnaire » et à cette occasion, je vous remercie. Vous pouvez d’ailleurs, y répondre si vous ne l’avez pas encore fait en cliquant ici.

 

 

 

 

Vous êtes nombreux à me dire que vous avez un problème lorsque vous jouez un fill ou un break dans un morceau, vous vous retrouvez à l’envers dans le rythme, alors j’ai décidé de vous écrire cet article qui traite de : Comment ne plus se retrouver à l’envers dans un rythme après avoir jouer un fill ou un break.

 

 

 

Le problème à la batterie est que l’instrument est physique et que le temps ou plutôt le Tempo ne nous attend pas, nous devons être maître du tempo.

 

 

Malheureusement parfois nous commençons un fill ou un break soit un peu trop ou trop tard, du coup, nous exécutons notre fill ou break comme d’habitude, seulement comme nous avons commencé au mauvais temps, et bien forcement on se retrouve décalé de 1 temps ou plus.

 

Et nous voilà à l’envers ! 🙁

 

D’autres fois, cela peut même être un décalage d’un demi temps et là,  à l’écoute,  c’est pire !

 

Pour contrer ce problème j’ai deux solutions, pourquoi deux ? Car il n’est pas toujours facile savoir à quel moment on va se louper ou capoter.

 

Pas toujours facile, mais  si nous connaissons quelle est notre difficulté dans un morceau que l’on joue et bien nous pouvons anticiper nos erreurs, à l’inverse on peut aussi parfois se planter à un moment ou on ne s’y attendait pas.

 

Je vais donc vous donner mes deux astuces bien distinctement. 

 

1 er astuce :

 

Lorsque je reprends un morceau avec un groupe, je sens dès le départ où sont mes faiblesses et mes difficultés. Alors je les repère toutes. 

Quand je sens que je vais pouvoir les jouer rapidement, je tente de les jouer mais je sais aussi que je m’expose à une  éventuelle erreur, un plantage, alors j’analyse ce qui me cause le problème.

Si c’est le moment où je commence, c’est à dire quand j’attaque le break ou le fill ou si c’est le roulement, le doigté la longueur de ce que je dois exécuter, ou le moment de la reprise du rythme.

 

Pour pouvoir diminuer les risques d’erreurs, je le fais tourner en boucle avec une mesure de rythme, ça c’est dans le cas ou j’y suis presque, que je le passe une fois sur 2 ou 3.

 

Si mon taux de réussite est plus faible (1 fois sur 5 par exemple) tout en continuant de travailler de la même manière que cité précédemment, je peux aussi simplifier ou modifier le break ou le fill en question pour augmenter mon taux de réussite et diminuer les risques d’erreurs.

En gros je simplifie pour le rendre réalisable dans un délais à court terme, mais surtout je ne m’arrête jamais de le travailler comme il doit être à l’origine.

 

C’est une solution provisoire pour un avenir proche et éviter les erreurs, ça demande donc une préparation au préalable pour chaque morceau ou vous avez des difficultés et parfois à plusieurs reprises dans un même morceau. 

 

Il est donc réalisable si les risques de se planter ne sont pas trop nombreux, si à l’inverse les risques d’erreurs sont quasiment sur tous les morceaux, alors le problème n’est pas que d’une difficulté ponctuelle due à un manque de technique mais plutôt un problème lié à notre état d’esprit quand nous jouons, à ce moment là il faut plutôt vous orienter sur ma 2° astuce.

 

2 ° astuce :

 

Contrairement à la première, ma deuxième astuce n’est pas pour empêcher les erreurs ou éviter de se planter quand vous venez de jouer un fill ou un break et que vous vous retrouvez à l’envers.

Ma solution est, disons plutôt, un moyen de se rattraper et à part les musiciens avec qui vous jouez, il est possible que personne ne s’en aperçoive.

 

Je dirais même plus, cela peux vous apporter un plus dans votre jeu, et même cela  peut vous aider par la suite à jouer des mesures impaires du type 3/4; 5/4; 7/4 …etc.

 

Je vais tenter de vous expliquer cela.

 

Quelques fois tout comme vous, je me plante, je dirais même un peu trop souvent à mon goût. :/

Du coup à force, j’ai réussit à trouver un subterfuge ou plutôt une issue de secours.

 

Lorsque je me retrouve à l’envers, la première chose que je fais, c’est de jouer 2 temps de suite la grosse caisse, c’est à dire de jouer deux fois de suite sur le premier temps de la mesure comme ceci :

 

 

Article Astuce perte 1

 

 

Pourquoi cela peut vous aider sur des mesures impaires ? 

Parce qu’en fait, c’est exactement ce qu’un rythme impaire impose, de jouer deux fois de suite sur le temps, généralement il faut appuyer le dernier temps, et souvent à la grosse caisse voici un exemple très connu :

 

« Money » de Pink Floyd

 

Article Astuce perte 74 1

 

 

J’utilise également cette astuce sur un break ou un fill.

 

Si je démarre un fill ou un break avec un temps de retard, il faut automatiquement rattraper en écourtant ce fill/break d’un temps. Cela demande un peu de préparation auparavant, un peu comme pour ma première astuce.

 

Il faut donc apprendre par coeur différents fills et breaks sur 4, 3, 2 ou même 1 temps, il faut se munir de différents outils pour faire face aux imprévus, c’est une des raisons pour lesquelles il ne faut surtout pas sous estimer les rudiments qui sont indispensables pour nous batteurs.

 

 

Dans tout les cas lorsque je joue en groupe j’évite et même dans le cas du « live » je proscrit le fait de s’arrêter en plein milieu d’un morceau. Je me rattrape, et c’est pour cela qu’il faut une certaine préparation pour anticiper les erreurs et les « pains » et je ne parle pas de Boulangerie. LOL 🙂

 

Donc mon conseil serait, plutôt que de vouloir l’éviter l’erreur à tout prix, il faut l’anticiper.

Car dans mon cas, plus je pense à l’erreur que je risque de faire et plus j’ai tendance à la faire.

 

Oui je sais c’est vicieux ! 

 

Alors que si je me munis de plan de secours, pour me rattraper, je suis un peu plus rassurer et je ne dis pas que je ne ferais l’erreur mais cela minimise le risque, je ressens moins de pression car je sais que je peux me rattraper.  

 

C’est un peu comme un trapéziste qui travaille avec un filet de secours , il  sera plus serein pour son numéro que s’il travaille sans filet de protection, ou là il n’a pas le droit à l’erreur.

 

Bon OK ! Nous, en tant que batteur nous ne risquons pas notre vie ! 😉

 

Pour résumer :

 

Il faut connaître ses limites et ses faiblesses pour nous munir de plans de secours, comme apprendre par coeur des fills et des breaks sur  1, 2, 3, ou 4 temps, savoir jouer deux fois de suite la grosse du 1 er temps d’une mesure du rythme de tous les morceaux que vous jouez, apprendre à simplifier son jeu et appuyer les notes importantes.

 

Ce sont quelques exemples, mais chacun d’entre nous doit adapter ses actions en fonction sa propre situation.

 

Si vous avez du mal à définir ce qui pourrez vous aider comme plan de secours, laissez un commentaire en donnant un exemple clair et précis d’une erreur récurrente que vous faites, la solution peut venir d’un autre batteur, car rappelez vous, nous avons souvent des problèmes et des besoins identiques, alors partagez cela peut vraiment vous aider.

 

Cet article t’as plus ? Alors like le et partage le avec un max d’ami(e)s !  😉

 

Christophe SOLIVERES #FSB

Voici Une partition batterie « Cadeau » « Graffity on the train » de STEREOPHONICS

Bonjour à toutes et à tous !

Aujourd’hui je vous fais cadeau d’une partition de batterie supplémentaire en plus du relevé du mois de mars qui est déjà paru.



 

Il s’agit de «  Graffiti on the Train » de STEREOPHONICS.



Sur ce titre le charleston est joué en double-croches, mais les notes accentuées et importantes sont les croches et toutes les double-croches en l’air sont en ghost-notes.

Donc si vous avez du mal à le jouer, vous pouvez jouer la main droite au charleston à la croche, dans un premier temps.

Mais pour le feeling je vous conseille d’apprendre à le jouer en double-croches bien accentué pour garder toute la dynamique du rythme.

Comme d’hab vous avez le fichier audio de la partition téléchargeable un peu plus bas dans l’article ainsi que la partition en PDF et tout cela Gratuitement comme toujours. 😉

 

J’espère que cette partition de batterie que j’ai retranscrit moi même sans aucune influence extérieur ou support quelconque, vous plaira..

Je me suis basé uniquement sur l’audio en écoutant le morceau. `

Cette partition de batterie t’as plu ? Alors Like et partage avec un max d’ami(e)s 🙂

 

Christophe Soliveres #FSB

Comment ne pas tourner en rond à la batterie !

Bonjour à toutes et à tous !

 

Aujourd’hui je vais vous parler de comment aborder votre instrument pour non seulement vous améliorer mais surtout diversifier votre jeu.

 

 

Je suis passé par cette étape et si comme moi vous avez  des moments de doutes sur votre jeu lorsque vous jouez vous faites toujours la même chose sans varier, les mêmes roulements, les mêmes fills et surtout les mêmes rythmes.

 

Bref, vous tournez en rond !

 

Sachez d’une part que vous n’êtes pas le seul, bien au contraire, je pense que la majorité des batteurs passent par cette étape à part peut-être, quelques rares exceptions.

 

La première chose à faire pour éviter cela, est de savoir ce que l’on aimerait jouer comme rythmes, un rythme que l’on ne sait pas jouer.

 

Effectivement, bien souvent quand cela nous arrive et si nous regardons de plus prêt, nous  pouvons constater qu’à 99 % du temps, on ne joue que ce que l’on connait, à l’instinct, il n’y a pas de place pour la nouveauté, c’est pour cela qu’il faut constamment s’imposer de découvrir de nouvelles choses pour les apprendre, que ce soit des rythmes, des fills, des breaks ou même des styles musicaux.

 

Un exemple si vous prenez un nouveau rythme, Il faut l’analyser, aussi bien à l’écoute qu’en vidéo pour voir ce que le batteur fait. Moi en plus je retranscris le rythme , ce qui me permet de mieux le comprendre.

 

Il faut repérer les notes importantes, les  accents, les appuis, les notes fantômes (ghost-notes) et surtout ne pas oublier les silences.

 

Il est primordial de le comprendre parfaitement pour être capable de le chanter dans un premier temps, car il est quasiment impossible de jouer quelque chose à la batterie sans savoir parfaitement ce qui est fait.

 

Parfois je me surprends même en train de chanter ce que je joue à la batterie  sans même m’en rendre compte, car cela m’aide naturellement à mieux l’exécuter et à mieux l’interpréter.

 

Et surtout ce qui est important pour  moi, c’est de le retranscrire, car cela me permet comme je le disais un peu plus haut de mieux le comprendre et surtout de mieux le mémoriser.

 

Le fait de garder une trace écrite du rythme ou plutôt une partition que j’ai retranscrite est une façon de ne pas oublier, d’optimiser la capacité à l’apprendre, le mémoriser. 

 

Personnellement, je vous conseille vraiment de le faire, car ça marche très bien pour moi donc je pense que cela peut être également le cas pour vous.

 

Evidemment quand je travaille un rythme que je n’ai pas l’habitude de jouer et principalement quand il a une logique différente de ce que je joue habituellement, il est nécessaire que je le travaille à un tempo très lent pour capter et identifier l’automatisme des mouvements (coordination des membres pieds et mains et du doigté)

 

Je le répète de nombreuses fois à tempo très lent pour identifier  tous ces automatismes, c’est pour moi la période la plus délicate car c’est à ce moment là que je peux faire des erreurs.

 

Je dois donc être rigoureux et être sûr de ne pas faire d’erreur, alors je m’attarde sur ce travail.

Dans cette étape, j’essaie de bien repérer  les accents,  les ghost-notes mais ce n’est pas toujours simple,  il est possible à ce moment là que je joue les notes d’une manière égale.

 

C’est à dire, de ne pas trop différencier les accents des Ghost-notes, pour la simple et bonne raison que le rythme est difficile à jouer pour moi.

 

Ce n’est pas si grave, car le but de cette étape est de reproduire les automatismes pour le Doigté et coordination des membres.

 

Une fois que j’ai bien assimilé le Doigté et la coordination des membres, c’est à ce moment là que je travaille les nuances (accents, ghost-notes).

 

Cette étape est longue et tout comme  l’étape précédente, il est indispensable pour moi de le travailler à tempo très lent.

 

Une chose importante est que je cherche vraiment des rythmes qui ont une approche différente de ce que je sais jouer pour me forcer à changer mes habitudes, c’est ainsi que je progresse le plus.

 

Je fais la même chose pour les fills et breaks, je suis à l’affut de fills et breaks particuliers, singuliers et différents pour me déshabituer de mes automatismes qui sont là depuis tant d’années.

 

Malheureusement dès que je joue sur scène, avec l’appréhension et le manque d’habitude à jouer devant du public, les vieilles habitudes reviennent et je continue à jouer ces rythmes et fills que je ne voudrais pas bannir mais disons plutôt enrichir avec de nouveaux rythmes et fills pour varier mon jeu.

 

Je viens d’en faire l’expérience samedi dernier, j’ai joué 2 morceaux sur scène devant un public d’amis, je ne dirais pas que j’étais stressé mais je n’ai pas pu jouer comme j’aurais voulu, l’appréhension m’a encore joué des tours. 

 

Cela veut dire, que malgré mon travail depuis 3 mois quasi-quotidien  je ne suis pas arrivé à mon objectif, il faut donc que je continue à enrichir mon jeu en travaillant des rythmes et des fills que je n’ai pas l’habitude de jouer, encore et encore pour varier mon jeu et éditer de tourner en rond.

 

Personnellement, je me concentre un peu plus sur des rythmes différents, car je pense que c’est le plus important, les rythmes sont quand même un gros pourcentage de notre jeu.

 

Si nos rythmes sont très variés, nous aborderons instinctivement les fills et les breaks dans le même état d’esprit puisque nous serons habitués à varier notre jeu.

 

Pour résumer :

 

Donc le conseil que je vous donnerai, est d’aller sur le net afin de rechercher des rythmes que vous ne savez pas jouer mais que vous aimeriez jouer et surtout qui sont bien différents de ce que vous avez l’habitude d’interpréter, cela n’en sera que plus enrichissant pour vous.

 

Ensuite écoutez les, analysez les et même, retranscrivez les afin de les connaitre par coeur, et d’avoir un support écrit pour éviter de les oublier avant de les apprendre.

 

Après vient le travail de l’exécution, de la mémorisation  des automatismes qui se fait à tempo très lent au départ, c’est un travail qui peut durer longtemps et qu’il ne faut surtout pas négliger.

 

Un fois que vous commencez à intégrer le ou les rythmes et à acquérir les automatismes, il faut les répéter encore et encore.

 

Puis une fois que vous savez les interpréter et que vous passez à autre chose, il faut, régulièrement dans vos séances de travail les rejouer par ci par là afin de ne pas les oublier.

 

C’est ce qu’on appelle  la répétition espacée, il  faut penser à rejouer régulièrement ce que vous savez jouer depuis peu, c’est d’ailleurs tout à fait logique, quelque chose que vous savez faire depuis 30 ans, vous pouvez le refaire instinctivement, alors ce que vous savez faire depuis quelques mois, si vous ne le rejouez pas régulièrement, vous pouvez l’oublier complètement, il est donc nécessaire et primordiale de le rejouer de temps en temps, c’est à dire de plus en plus espacée.

 

C’est un travail que je m’impose, actuellement.

 

Maintenant à vous de jouer, allez sur le net et rechercher le jeu que vous aimeriez avoir, ne vous mettez aucune barrière, soyez juste réaliste afin de choisir quelque chose de réalisable pour progresser et passer au niveau supérieur.

 

Cet article t’as plu, alors Like le et Partage le avec un max d’ami(e)s ! 😉

 

Christophe SOLIVERES #FSB

 

 

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :enrichir son jeu batterie, faire de la batterie, progresser a la batterie

La partition de batterie du mois « Black magic Woman » de Carlos SANTANA

Bonjour à toutes et à tous aujourd’hui je vous présente la partition batterie que j’ai pris plaisir à retranscrire toujours sans aucune influence extérieure écrite, demandé par Michel, il s’agit du célèbre  « Black Magic Woman » de Carlos SANTANA.

 

Si derrière ce n’est pas de la percussion, alors qu’est-ce que cela peu être ? LOL                                                                          illustration : luncbox LP

 

Comme d’habitude j’ai  écouté ce morceau en version originale mais aussi une version live pour que vous puissiez le jouer en live.  

 

Cette fois ci je me suis un peu plus influencé de la version Live que je vous met en lien ci-dessous, car la version originale est un peu … comment dirais-je ….  Bizarre !

La grosse caisse est à la noire et s’arrête par moment et puis les percussions derrière sont tellement présente qu’un visuel a été nécessaire pour que je puisse comprendre ce qu’ils jouaient.

Cela fait maintenant un peu plus de deux ans que je retranscris régulièrement des partitions batterie sans jamais utiliser d’autres relevés existants, je mets un point d’honneur à ce propos.

J’utilise uniquement mes oreilles et le logiciel Musescore qui est un logiciel Gratuit et très performant.  Je vais très bientôt vous proposer ma toute première formation très bientôt qui sera une formation sur ce sujet : Retranscrire une partition de batterie

Si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet inscrivez vous à ma news letter (soit par le biais du formulaire de la partition ou de mon Pack « acquérir l’indépendance à la batterie de manière efficace ») Voilà j’espère que ce relevé vous servira, notamment à toi Michel 😉

 

Pour le fichier Audi c’est ici

  Cette partition t’as plu ? Alors Like la et partage la avec un max d’ami(e)s ! 🙂    

 

Christophe SOLIVERES #FSB

2 Fills « FUN » sur un Rythme « FUNK »

Bonjour à toutes et à tous Aujourd’hui j’ai le plaisir de vous présenter ma nouvelle vidéo 2 Fills « Fun » sur un rythme « FUNK »

 

 

Ces fills sont à base de 8 double-croches mais avec un doigté par 3 ce qui se rapproche de la polyrythmie, il intègrent également un Ra de 5, ce qui rend ces  2 fills « FUN » voyez plutôt :

 

     

 

 

 

En jouant sur ce rythme « FUNK que vous trouverez dans la partition de la vidéo, vous pourrez vous amuser ! Vous pouvez télécharger GRATUITEMENT la partition de la vidéo en remplissant le formulaire ci-dessous  

 

 

Cette vidéo t’as plu ? Alors Like la et partage la avec un max d’ami(e)s ! 😉

 

Christophe Soliveres #FSB   

« Organisation » et « discipline » pour une progression fulgurante à la batterie

Bonjour à toutes et à tous !

 

Aujourd’hui je vais vous parler d’un problème  que j’ai et je pense ne pas être le seul à l’avoir !

 

Il s’agit de l’organisation et de la discipline.

 

       

 

D’ailleurs lorsque je constate que je ne progresse pas, avec  un résultat plutôt médiocre, manque d’idée, je manque d’imagination dans mon jeu , je n’arrive même plus à jouer ce que j’ai su jouer auparavant, bref, je tourne en rond, lorsque j’analyse un peu cette période, je me rends compte que je me perds tout simplement dans ma façon de travailler la batterie.

 

Si vous aussi parfois, vous avez ce sentiment, remémorez vous vos séances de batterie depuis quelques temps, si comme moi vous vous apercevez que vous jouez de manière désorganisée, c’est à dire que vous ne vous imposez pas un travail précis, ne cherchez plus, c’est bien la raison de ce résultat médiocre.

 

Il est nécessaire de se structurer, pour travailler plusieurs choses à la fois et nous permettre de nous améliorer de la manière la plus efficace qui soit.

 

La batterie est un instrument qui demande une technique de poignets, de doigtés, une indépendance des membres (pieds et mains) mais aussi intellectuelle c’est-à-dire de jouer en pouvant vous concentrer sur autre chose en même temps, puis, pour finir il faut avoir une musicalité qui vous permettra de groover et d’avoir du feeling pour développer encore plus la créativité musicale.

 

Et je peux vous dire que si certaines personnes ont un don, d’autres (comme moi) et la plupart d’entre nous je pense ont besoin de travailler plus mais surtout de travailler de manière organisée.

 

Pour moi, c’était une de mes difficultés premières. Même encore maintenant, il faut que je « m’auto-surveille » pour ne pas dériver dans mes séances de travail, j’ai tellement de boulot, de choses à apprendre qu’il ne faut pas que je me disperse.

 

Jusqu’à maintenant, j’avais un travail à côté qui prenait un maximum de mon temps, mais pour cette année 2018 comme je vous l’ai spécifié dans un article précédent, je n’ai plus mon job et à mon âge retrouver un boulot n’est pas simple et en plus j’ai ce grand projet de vouloir me consacrer à 100% à ma passion grâce à mon blog et la musique, en tout cas je l’espère !

 

Du coup maintenant je n’ai plus aucune excuse alors je bosse tous les jours (sauf le dimanche journée OFF) . Mais il faut que je sois encore plus vigilant dans mon organisation.

 

Je vais donc partager avec vous ce que je m’impose et que peut-être cela vous servira à vous aussi.

 

Pour commencer je dissocie ce qui est nécessaire de travailler pour cibler mes exercices et gagner en efficacité.

 

  1. Échauffement 
  2. Technique des poignets et doigtés
  3. Rapidité
  4. Indépendance (pieds et mains)
  5. Rapidité pieds (grosse caisse)
  6. Endurance, régularité
  7. Musicalité, écoute
  8. Improvisation, solo

 

 

Cela fait beaucoup de choses. Cela veut dire aussi que tout ne peut pas être travaillé à chaque séance.

C’est pour cela qu’il faut une organisation.

 

La première chose à faire est de réfléchir à ce qui peut être travaillé en même temps sans se perdre.

 

Pour commencer, je préconise et donc je m’efforce de travailler sur plusieurs points à la fois, dès l’échauffement.

 

L’échauffement peut être couplé avec le travail des poignets et doigtés mais aussi avec l’indépendance. J’inclus systématiquement un ostinato, le plus simple, pour l’instant, c’est à dire grosse caisse sur les temps 1 et 3 et la pédale charleston sur les temps 2 et 4 (voir la partition ci-dessous), je joue donc toutes les noires de la mesure ainsi.

 

 

 

 

 

 

C’est d’ailleurs ce principe là que je préconise sur mon PACK « Acquérir l’indépendance à la batterie de manière efficace » que vous pouvez télécharger gratuitement en cliquant ici

 

Donc dans chaque séance j’intègre un échauffement avec un peu de technique doigtés et poignets ainsi que l’indépendance avec l’ostinato, un minimum de 15 minutes.

Si mon temps est limité entre 20 et 30 minutes alors je ne fais que ça pendant tout ce temps, car le reste demande nettement plus de temps pour être travaillé et développé.

 

Pour le travail de rapidité pieds et mains, de la musicalité, ainsi que pour pousser un peu plus loin le travail de l’indépendance et pour finir développer l’improvisation, il est nécessaire de réfléchir et analyser nos besoins en fonction du style que nous souhaitons aborder mais aussi en fonction de notre niveau bien sûr mais également en fonction de la période.

 

Une analyse régulière de notre niveau est nécessaire, et en fonction de l’objectif fixé, il faut définir un travail précis, étape par étape, ce qui n ‘est pas toujours évident si on est seul et que nous n’avons pas un prof  de batterie qui nous aide dans cette démarche.

 

Je procède de la manière suivante, si je souhaite apprendre un rythme ou le développer, j’analyse ce qui me bloque,  pour pouvoir travailler sur ce blocage. 

 

Il peut être complètement différent selon la période.  Bien souvent c’est ma main gauche  (ma main faible) qui me cause des soucis ou parfois le pied de grosse caisse , ou encore l’indépendance des membres. Une chose est sûr c’est souvent le problème de beaucoup de batteurs.

 

Nous avons pratiquement tous les mêmes problèmes et difficultés mais comme nous sommes tous différents, la façon de travailler peut varier en fonction de chacun d’entre nous.

 

Les exercices à travailler sont souvent les mêmes mais il faut les adapter.

 

Je sais qu’il est difficile de définir un plan d’action à soi même, mais nous n’avez pas le choix soit vous avez un prof de batterie ou un coach qui vous dirige soit vous vous structurez et vous établissez vous même les exercices qu’il faut bosser pour passer à l’étape suivante.

 

Depuis ce début d ‘année, je travaille de plus en plus des exercices qui sollicitent en priorité ma main gauche, car comme je l’ai dit un peu plus avant, elle me cause beaucoup de problème.

 

Voici deux exemples d’exercices que je bosse en ce moment qui en plus de travailler cette « horrible main gauche » chamboule mon cerveau. 

 

 

Main faible 02 18 1

 

Vous constaterez sur l’exercice N°1 que l’on commence par notre main faible (à inverser si vous êtes gaucher) cela implique un effort mental important, comme le dit Cedric Hilaire dans une de ses excellentes vidéos,  instinctivement nous sollicitons et commençons nos phrasés, nos rythmes enfin tout par notre main forte (droite pour moi). Donc notre cerveau à du mal à s’adapter lorsqu’on inverse tout.

 

C’est pour cela qu’en commençant les exercices par notre main faible et en la sollicitant plus que l’autre, cela nous demande une concentration importante dans un premier temps mais  le but est d’acquérir des automatismes pour pouvoir le faire sans effort, c’est à ce moment là que c’est « gagné ». En répétant ces exercices au minimum vingt fois de suite sans s’arrêter, tout en commençant doucement et en augmentant le tempo au fur et à mesure, vous intégrez l’endurance également.

 

En attendant, il faut bosser ! :/

 

En parallèle de travailler sur votre problème (la main gauche pour moi), il faut analyser et jouer le morceau, le break ou le fil que vous souhaitez acquérir.

Pour cela je vous conseille de retranscrire ou au moins tenter d’écrire une partie de la partition de la base du morceau, du break ou du fill.

 

La raison est en qu’en procédant ainsi vous mettez un maximum de chance de votre côté pour non seulement mieux comprendre ce que vous voulez reproduire car vous utilisez  « 3  Sens » nécessaires à l’apprentissage de la batterie mais pas que.

 

Utiliser l’ouïe, le touché, et la vue  ensemble vous permettrons d’augmenter votre capacité à mémoriser. Chacun d’entre nous mémorise plus facilement soi en touchant (par l’écriture) d’autre la vue (en lisant) ou d’autre en écoutant, dans notre cas pour la musique c’est même indispensable. 

 

Pour reproduire quelque chose à la batterie (rythme, fill, break etc…) il faut le chanter, donc avant il faut le comprendre, et bien en faisant cela vous mettrez toutes les chances de votre côté. 

 

Si vous êtes capable de chanter ce que vous voulez reproduire, alors vous pouvez tenter de le jouer mais pas avant.

 

Il faut également, comme je le dis un peu plus avant dans l’article, travailler son blocage (rappelez vous, ma main gauche pour moi).

 

Si vous procédez ainsi, forcément, vous progresserez, mais cela demande une discipline qui n’est pas simple à appliquer.

 

Pour ma part, je continue sur ce procédé, sur cette façon de travailler et je commence à sentir les effets, alors si marche pour moi, cela peut marcher pour vous !

 

Pour la rapidité, la musicalité et l’improvisation, j’aborderais le sujet sur un prochain article, alors inscrivez à la fin de l’article pour recevoir mon PACK et être informé de mon actualité (article, tuto, vidéo, conseils, partitions….)

 

Cet article t’as plu ? Alors Like le et partage le avec un max d’ami(e)s !  😉

 

Christophe SOLIVERES #FSB

 

 

 

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Tu aimes ce blog ? Alors partage le, un max !