ARTICLESConseils et Astuces

Comment NE PAS se perdre dans la structure d’un morceau

Posted

Bonjour à toutes et à tous!

Aujourd’hui, je vais partager avec vous  comment  bien se repérer dans la structure d’un morceau pour ne pas se perdre.

INTRODUCTION

Ce sont des astuces que j’utilise surtout quand je  ne connais pas bien le titre que je joue car bien entendu, si c’est un morceau que l’on écoute depuis des années, pas de problèmes de mémoire  et de structures.Tire la langue

Pour ne pas me perdre, j’utilise les astuces suivantes qui peuvent fonctionner dans la plupart des cas, mais il faut les adapter suivant votre personnalité et votre façon de mémoriser. Il faut donc CUSTOMISER ces astuces selon votre profil.

custom batterie tom vannortwick

 

Mes Astuces

La première chose à faire c’est d’écouter le morceau en boucle, encore et encore (c’est que le début d’accord d’accord, comme dirait Francis CABRELSe tordre de rire).

La deuxième est de toujours écouter le morceau stylo ou crayon à la main et de noter sur une portée ou une feuille vierge pour analyser la structure.

Cette structure tourne la plupart du temps en cycle basique en 8 ou 16 mesures.

Je repère le nombre de mesures du riff guitare ou du phrasé piano, cela me permet de compter le nombre de riff ou de phrasé et non le nombre de mesures.

Oui je sais certaines personnes me diraient “fais pas ça malheureux”

Bon, il est vrai qu’il est largement préférable de compter le tempo et le nombre de mesures.

Donc l’idéal est de compter comme ceci pour un cycle :

1.2.3.4  – 2.2.3.4- 3.2.3.4 – 4.2.3.4 – 5.2.3.4 – 6.2.3.4 – 7.2.3.4 – 8.2.3.4 –9.2.3.4 – 10.2.3.4 – 11.2.3.4 –12.2.3.4 –13.2.3.4 –14.2.3.4 –15.2.3.4 –16.2.3.4

Le problème, c’est qu’il y a aussi  le nombre de  cycles à compter avec des ponts des breaks et mises en places, qui viennent compliquer la chose et là, compter devient beaucoup moins simple, moins logique et plus compliquer à faire.

C’est pour cela, que lorsque l’on débute la batterie, il est important de prendre l’habitude de compter tous les exercices  que l’on  fait et que l’on apprend.

Du coup en ayant pris cette habitude, c’est beaucoup plus facile et instinctif = une difficulté de moins.

Mais si ce n’est pas le cas, tout comme moi, je compte le nombre de  riff guitare ou de phrasé piano, qui peuvent tourner en une, deux, trois  ou quatre mesures, cela permet de simplifier le comptage.

Notamment pour placer un break ou un fill, cela donne une vision plus large du morceau et de sa structure et donc d’appréhender les difficultés.

Une fois que vous avez mis en page la structure du titre sous forme de partition ou sous forme tablature (c’est à dire en ne notant que les mesures cycles des couplets refrains, breaks, fills, mises en place).

Peu importe la forme d’ailleurs, ce qui compte c’est que vous compreniez votre relevé de structure.

Ce relevé est un mémo, il doit être  un support pour vous aider si vous vous perdez suite à un break par exemple.

Le secret est qu’il faut connaitre le morceau par cœur.

Et bien sûr la troisième est de travailler, de jouer encore et encore seul sur le titre original, surtout pour la structure mais surtout aussi pour travailler les breaks, fills et mises en places.

Je travaille d’abord sur la structure sans me prendre la tête sur les breaks, fills et mises en places.

Puis ensuite je travaille les breaks fills  et surtout sur les mises en places qui sont essentielles, il ne faut pas les  louper.

Toutes ses astuces que je partage avec vous, sont une manière de rentrer les morceaux dans ma tête.

Pour les breaks et fills, vous pouvez éventuellement les adapter à votre jeux et votre niveau.

Dans un premier temps,  les notes sont bien utiles, mais au bout d’un certain temps, plus besoin de toutes ces notes, elles devraient être rentrées  dans votre tête. Pour la mienne (de tête) c’est souvent un peu plus long à rentrerSe tordre de rire, mais chacun son rythme.

 

CONCLUSION

Donc pour résumer, il faut customiser votre façon de travailler un morceau en fonction de vos capacités à mémoriser. Si pour vous c’est comme pour moi,  je passe beaucoup par l’écriture pour mémoriser la structure du titre. Pour d’autre, l’écoute pourrait suffire, ce  n’est vraiment pas le cas pour moi.

Après mainte et mainte répétitions seul et en groupe, je maitrise la structure de mieux en mieux et du coup je suis  plus à l’aise pour jouer le morceau librement et ainsi mieux  l’interpréter.

A ce moment là, il suffit de le répéter de temps en temps pour ne pas perdre la structure du morceau.Pouce levé

Voilà, j’espère que toutes ces astuces que j’utilise vous servirons comme elles m’ont servi et me servent encore.

Laissez en commentaires vos impressions, vos astuces pour ne pas vous perdre dans la structure d’un morceau et vos difficultés, j’y répondrais avec plaisir! Clignement d'œil

Si cet article vous a plu, Likez le et partagez le avec vos ami(e)s.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

7 réflexions au sujet de « Comment NE PAS se perdre dans la structure d’un morceau »

  1. Merci tout plein pour cet article d’autant que c’était 1problème (parmi tant d’autres) qui me causait beaucoup de souci !!!
    Bon faut quand même beaucoup souvent compter … et se repérer avec (pour ma part) les trompettes, ou clarinettes ou trombone … je vais être beaucoup + vigilante désormais aux autres instruments … les gars va falloir être dans le tempo du coup ! lol
    Super pour tes infos celà va m’être fort utile !

    1. Salut Nathalie!
      Content que l’article te plaise et te soit utile!
      Musicalement.

      Christophe.

  2. Salut,
    Je fais un peu comme toi mais je m’occupe surtout des breaks, ponts..etc…
    Les mesures de rythmes « basiques », je les bosses sur 1 ou 2 mesures et calque sur le morceau.
    J’écoute et réécoute le morceau pour le connaitre par coeur et annote sur la partition ce qui est important et/ou problématique.

    En tout cas, bon article

    Sylvain

    1. Bonjour Sylvain,
      Oui c’est bien résumer.
      Merci pour ton compliment.

      Musicalement.
      Christophe

  3. Salut Christophe. Merci pour cet article. Je me suis rendu compte au fil du temps que connaître un morceau n’est pas si simple que ça. Faut du temps et de la méthode. Je ne l’aurai pas cru mais au bout d 1an de batterie, je commence à m’en rendre compte!! Pfffff

    1. Salut Fred!
      Merci.
      Oui c’est pas si simple de mémoriser et en plus dans l’excitation du jeu en groupe et devant du monde on peut vite avoir des trous de mémoires.
      Et c’est aussi plus compliqué pour certains que pour d’autre, mais en travaillant et en insistant,on fini par y arrive.
      Et ça c’est sûr!!!;)
      Musicalement.
      Christophe.

  4. Yes, et j’ajouterai qu’effectivement chaque personne peut adapter en fonction de ce qui fonctionne pour lui mais ceci marche aussi en tant que groupe pour éviter les « on avait dit qu’on passait au refrain après 4 boucles » et qu’un autre membre réponde « ben oui et on en a fait que 2″…

    Aussi, pour la mémorisation il me paraît important de préciser que certaines personnes sont plus visuelles, d’autres plus auditives, d’autres sont plus réceptives par le toucher.

    Mélanger les différents sens (avec l’accent sur le visuel pour moi) marche très bien : je commence par écouter le morceau, et ensuite je regarde la partition. Pour me rappeler d’une partie, je vais souvent fermer les yeux et visualiser la partie concernée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *