ARTICLESConseils et Astuces

Faut il suivre à la lettre les méthodes de batterie traditionnelles ?

Posted

Bonjour à toutes et à tous !

Aujourd’hui je vais vous donner mon point de vue sur la façon de travailler une méthode traditionnelle.

Je n’ai certainement pas la prétention de tout savoir, je vais juste dire comment je les abordes. Après libre à vous de faire votre propre expérience, mais parfois quelques avis et conseils peuvent vous faire gagner du temps. Mais un bon prof de batterie reste LA meilleure solution.

PARTITION BATERIE FSB

Quand je parle de méthode traditionnelle, je parle de celles qui sont utilisées par un très grand nombre de profs de batterie (tel que les méthodes Agostini, Boursault, Stick control, …etc), il y en a une quantité énorme et d’ailleurs, bien souvent elles se basent sur les mêmes rudiments  et exercices.

Seulement voilà, tout le monde n’a pas la possibilité de jouer tous les jours, ce qui est effectivement mon cas.

Cela peut venir du manque de temps (vie de famille en plus d’un boulot à temps plein et éprouvant) et/ou que vous n’avez pas de quoi jouer, pas de local, ou pas de batterie que ce soit acoustique ou électronique.

« Le pad ? » me direz vous, au quotidien, question motivation c’est pas l’idéal.

En tout cas moi, Je n’arrive pas à rester motivé tout le temps.

Certains arriveront à rester motivé et tant mieux pour eux, c’est tout le mal que je leur souhaite et à ce moment, là une méthode traditionnelle appliquée à la lettre peut tout à fait vous convenir.

Prendre des cours collectifs peut aussi créer un challenge et une rivalité qui peut motiver, mais avec l’âge, cela a plutôt un effet inverse, car des jeunes plus doués que nous peuvent nous plomber le moral (et là ! Je parle de ma propre expérience)

Si comme moi parfois la motivation peut redescendre dans les chaussettes, alors je suis persuadé pour notre catégorie de gens qu’il faut vraiment personnaliser nos exercices pour aller à l’essentiel de nos besoins et de nos attentes.

Pour garder une certaine motivation, il nous faut des résultats et pour obtenir ces résultats, il faut se fixer des objectifs réalisables.

Il faut commencer par cibler ce que nous souhaitons faire, un fill ou un break bien précis dans un titre, un style de rythme, ou un rythme en particulier.

Pour analyser et comprendre quel type d’exercice est nécessaire pour reproduire ce rythme, ce fill, ou break.

D’ailleurs certains professeurs de batterie qui donnent des cours particuliers scindent leur cours en deux :

1°. Vous font travailler les bases (moulins, roulés, frisés, RA de 3 de 5 et plus, Flas …) brefs tout ce qui est nécessaire pour contrôler un maximum nos mains, notre dextérité.

2° . La partie pratique, suit peut-être : jouer sur un morceau ou lire une partition jouée par exemple, sur la caisse claire (main droite) + la ride (main gauche) accompagnées par un ostinato grosse caisse + charleston au pied, cette partie peut être plus ou moins académique.

Et cette deuxième partie est un peu à l’image de ce que j’essaye de vous parler. Adapter un cours technique en amusement, le rendre le plus musical possible.

L’exercice est une étape pour pouvoir jouer un morceau précis. Il nous donne les clefs, mais si on ne sait pas quelle porte ouvrir, cela devient purement technique et nous perdons la musicalité.

Perso, par mon manque de temps, la première partie est couplée en travail et en échauffement en même temps comme je l’explique sur cet article « Comment organiser ses séances d’entrainements »  cliquez ici

Pour la deuxième partie je me fixe un morceau, ou un rythme à travailler.

Je l’analyse , ce qui veut dire que je l’écoute beaucoup, je repère les difficultés et je comprends le rythme principal. La répétition des gestes, du rythme, de l’écoute, me permet d’acquérir des automatismes.

On dit bien qu’une fois qu’on sait faire du vélo, on ne l’oubli plus !

Par exemple, lorsque je jouais un morceau avec un groupe pendant des années, même après une longue période sans jouer je rejouais assez rapidement le titre car les automatismes  étaient vraiment là, alors qu’un autre morceau que je  jouais en groupe seulement quelques  semaines et après cette même longue période sans jouer, il n’y avait plus rien.

En gros c’est comme le vélo, plus la répétition des  gestes, des exercices, des morceaux est présente moins je l’oubli.

Laissez moi en commentaire, quels sont les exercices que vous  ne travaillez pas et surtout ceux qui selon vous,  vous manquent. En gros les exercices qui vous semblent rébarbatifs et donc que vous ne bossez pas et que pourtant, vous savez indispensables.

Essayez de trouver une façon de travailler cet exercice en musique (par exemple en intégrant d’autres éléments de la batterie en plus de la caisse claire) et surtout trouver un morceau qui s’y prête. Pour moi ça marche bien, cela me motive et c’est bien connu que l’on apprend plus facilement en s’amusant.

Et oui ! Parfois certains profs font déjà exactement cela. Je ne pense pas être le seul à aborder cette méthode de travail.

Une fois de plus, je vous donne ma façon  d’aborder une méthode et ce, quelque soit la méthode, ceci n’engage que moi, je partage avec vous mes expériences, et si vous le souhaitez, vous pouvez également nous faire partager votre expérience en laissant un commentaire à la fin de l’article.

J’espère une fois de plus  vous avoir  un petit peu aider.

Cet article vous a plu, alors,  Likez le et Partagez le avec vos ami(e)s. 🙂

Christophe Soliveres #FSB

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

2 réflexions au sujet de « Faut il suivre à la lettre les méthodes de batterie traditionnelles ? »

  1. Salut Christophe,
    Tu es à mon point de vue tout à fait dans le vrai dans ta réflexion. Le travail des « rudiments » et autres exercices peuvent vite devenir rébarbatifs, même pour un adulte, pour un enfant n’en parlons pas. Je me range donc à tes côtés quant à la partie « amusement » pour aborder ce travail indispensable. Je te rejoins également dans le fait qu’avoir un bon prof à l’écoute, qui immédiatement voit tes défauts et les corrige lors de la séance de cours, c’est un plus indéniable. Il y a moins de risque de partir sur de mauvaises positions, d’habitudes. En plus, les explications en direct du prof qui parfois n’hésite pas à les répéter jusqu’à ce que le message soit bien passé, son expérience et sa connaissance de l’instrument te permettent d’avoir des précisions sur le pourquoi faire ceci, écoute comment cela sonne si tu frappes comme cela, …, c’est royal !
    En tout cas merci pour le partage de ton analyse.

    1. Salut Michel, de toute façon, je pense que l’apprentissage quel qu’il soit devrait toujours se faire en s’amusant. d’autant plus quand il s’agit de la musique !
      Christophe #FSB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *