Faire-sonner-sa-batterie.com

Comment jouer de la batterie, sans être crispé !

Bonjour à toutes et à tous !

 

Après avoir eu quelques soucis techniques avec mon blog , me voilà enfin de retour et aujourd’hui je vous présente un article qui pourrait répondre je pense à une remarque que beaucoup d’entre vous avez partagé en répondant au petit questionnaire.

 

À savoir, comment se positionner derrière une batterie et comment  jouer de la batterie sans se crisper.

 

 

C’est une remarque qui revient extrêmement souvent et je dois dire qu’il m’arrive à moi aussi encore de me retrouver, peut être pas crispé mais tendu derrière mon instrument et du coup un peu bloqué techniquement parlant.

 

Quand j’analyse un peu la situation, je me rend compte que c’est la crainte de me planter, qui provient je pense d’un manque d’habitude de jouer en groupe.

 

1. Lorsque je joue avec un nouveau groupe, il y a toujours un temps d’adaptation ou je bloque un peu et parfois beaucoup même, puis par la suite, cela va un peu mieux, au bout d’une petite demi heure si l’entente  avec les autres musiciens passe bien.

 

2. Une autre chose que j’ai constaté est qu’il faut bien s’installer derrière son instrument.

Lorsque nous sommes pris par le temps il ne faut pas hésiter à prendre quand même 2 ou 3 minutes pour régler la position des ses futs, de son siège, de son charleston et de ses cymbales.

 

Il est super important de se tenir le dos droit la caisse claire doit être un plus bas que  les coudes, de manière à avoir les avant bras légèrement inclinés vers l’avant, et je pense qu’il faut que tous les éléments (toms, cymbales, charleston) soient accessible facilement sans trop d’effort. La batterie est suffisamment physique pour pas se compliquer les choses dans la disposition des fûts et des cymbales.

 

Cela m’est arrivé plusieurs fois de mal m’installer derrière mon instrument des le départ et je peux vous dire que les répétitions n’ont pas été les plus glorieuses.

 

3. Autre chose « le contexte » à son importance également, car si nous n’avons pas un niveau de fou, nous avons tendance à être  impressionné par le manque d’habitude du contexte dans lequel nous nous trouvons.

 

Je m’explique, lorsqu’un groupe joue ensemble depuis de très nombreuses années, ils sont rodés, ils ont pris l’habitude ensemble d’affronter plein de situations différentes qu’elles soient, bonnes ou mauvaises, devant beaucoup de monde ou pas. 

 

C’est un peu comme un sport d’équipe, une équipe de foot ou de rugby qui joue ensemble depuis de nombreuses années, ils ont vécus ensemble  toutes ses situations et donc sont nettement plus préparé à affronter d’autres situations quelles qu’elles soient (bonnes ou non).

 

Lorsqu’on est seul, la gestion est plus complexe.

 

C’est ce que je recherche qu’en je joue en groupe, je ne recherche  pas un style de groupe ou de musique, je cherche des musiciens, des copains avec qui jouer et m’amuser.

 

Pour revenir sur le sujet, il est important de se positionner correctement pour appréhender de manière plus sereine la batterie, après, l’habitude de se retrouver dans d’autres situations vous aidera également à être plus détendu en jouant. 

 

Comme je l’ai déjà dit dans un article précédent, il faut également essayer, j’ai bien dit « essayer » de ne pas se dévaloriser, voire même parfois à se sur-estimer.

 

La personne qui nous bloque le plus dans tout ce que nous faisons est : Nous même.

 

Le pire ennemi que nous pouvons avoir, c’est nous, il nous connait par coeur, anticipe tous ce que   nous faisons.

 

Si  vous êtes en groupe et que votre bassiste, vous reproche de ne pas tenir le tempo ou autre chose, c’est qu’il a constaté, ce n’est pas pour vous embêter. 

Il faut donc travailler sur ce problème et tout faire pour travailler sur votre faiblesse, c’est la seule solution.  Puis vous verrez cela vous donnera forcement des résultats.

 

Après même si d’autres faiblesses dans votre jeu apparaissent, vous les surmonterez sans appréhension et surtout vous vous sentirez plus à l’aise pour surmonter  ses étapes et du coup vous jouerez beaucoup moins crispé, c’est une évidence.

 

Donc pour résumer, il faut jouer un maximum en groupe avec des gens avec qui vous vous entendez bien, des copains quoi ! 

 

Je dirais également de bien régler votre batterie en fonction de votre morphologie, et surtout bien vous positionner derrière votre instrument, souffler, respirer, et bien concentrer.

 

Par ailleurs j’ai écrit un article à ce sujet qui parle de comment ce concentrer avant un concert (qui est proche de la méditation) sur le blog de Xavier ROGÉ « Batteur Pro »  je vous conseille vivement de faire un tour sur ce blog  surtout si vous envisager devenir batteur professionnel. 

 

Cet article doit bientôt paraître et je ne manquerais pas de vous en informer via la « news letter ».

 

Le fait de jouer en groupe avec des ami(e)s vous fera forcement progresser et du même coup vous serez de moins en moins crispés.

 

Cet article t’as plu ? Alors Like le et Partage le avec un max d’ami(e)s !  😉

 

Christophe SOLIVERES #FSB

Comment ne pas tourner en rond à la batterie !

Bonjour à toutes et à tous !

 

Aujourd’hui je vais vous parler de comment aborder votre instrument pour non seulement vous améliorer mais surtout diversifier votre jeu.

 

 

Je suis passé par cette étape et si comme moi vous avez  des moments de doutes sur votre jeu lorsque vous jouez vous faites toujours la même chose sans varier, les mêmes roulements, les mêmes fills et surtout les mêmes rythmes.

 

Bref, vous tournez en rond !

 

Sachez d’une part que vous n’êtes pas le seul, bien au contraire, je pense que la majorité des batteurs passent par cette étape à part peut-être, quelques rares exceptions.

 

La première chose à faire pour éviter cela, est de savoir ce que l’on aimerait jouer comme rythmes, un rythme que l’on ne sait pas jouer.

 

Effectivement, bien souvent quand cela nous arrive et si nous regardons de plus prêt, nous  pouvons constater qu’à 99 % du temps, on ne joue que ce que l’on connait, à l’instinct, il n’y a pas de place pour la nouveauté, c’est pour cela qu’il faut constamment s’imposer de découvrir de nouvelles choses pour les apprendre, que ce soit des rythmes, des fills, des breaks ou même des styles musicaux.

 

Un exemple si vous prenez un nouveau rythme, Il faut l’analyser, aussi bien à l’écoute qu’en vidéo pour voir ce que le batteur fait. Moi en plus je retranscris le rythme , ce qui me permet de mieux le comprendre.

 

Il faut repérer les notes importantes, les  accents, les appuis, les notes fantômes (ghost-notes) et surtout ne pas oublier les silences.

 

Il est primordial de le comprendre parfaitement pour être capable de le chanter dans un premier temps, car il est quasiment impossible de jouer quelque chose à la batterie sans savoir parfaitement ce qui est fait.

 

Parfois je me surprends même en train de chanter ce que je joue à la batterie  sans même m’en rendre compte, car cela m’aide naturellement à mieux l’exécuter et à mieux l’interpréter.

 

Et surtout ce qui est important pour  moi, c’est de le retranscrire, car cela me permet comme je le disais un peu plus haut de mieux le comprendre et surtout de mieux le mémoriser.

 

Le fait de garder une trace écrite du rythme ou plutôt une partition que j’ai retranscrite est une façon de ne pas oublier, d’optimiser la capacité à l’apprendre, le mémoriser. 

 

Personnellement, je vous conseille vraiment de le faire, car ça marche très bien pour moi donc je pense que cela peut être également le cas pour vous.

 

Evidemment quand je travaille un rythme que je n’ai pas l’habitude de jouer et principalement quand il a une logique différente de ce que je joue habituellement, il est nécessaire que je le travaille à un tempo très lent pour capter et identifier l’automatisme des mouvements (coordination des membres pieds et mains et du doigté)

 

Je le répète de nombreuses fois à tempo très lent pour identifier  tous ces automatismes, c’est pour moi la période la plus délicate car c’est à ce moment là que je peux faire des erreurs.

 

Je dois donc être rigoureux et être sûr de ne pas faire d’erreur, alors je m’attarde sur ce travail.

Dans cette étape, j’essaie de bien repérer  les accents,  les ghost-notes mais ce n’est pas toujours simple,  il est possible à ce moment là que je joue les notes d’une manière égale.

 

C’est à dire, de ne pas trop différencier les accents des Ghost-notes, pour la simple et bonne raison que le rythme est difficile à jouer pour moi.

 

Ce n’est pas si grave, car le but de cette étape est de reproduire les automatismes pour le Doigté et coordination des membres.

 

Une fois que j’ai bien assimilé le Doigté et la coordination des membres, c’est à ce moment là que je travaille les nuances (accents, ghost-notes).

 

Cette étape est longue et tout comme  l’étape précédente, il est indispensable pour moi de le travailler à tempo très lent.

 

Une chose importante est que je cherche vraiment des rythmes qui ont une approche différente de ce que je sais jouer pour me forcer à changer mes habitudes, c’est ainsi que je progresse le plus.

 

Je fais la même chose pour les fills et breaks, je suis à l’affut de fills et breaks particuliers, singuliers et différents pour me déshabituer de mes automatismes qui sont là depuis tant d’années.

 

Malheureusement dès que je joue sur scène, avec l’appréhension et le manque d’habitude à jouer devant du public, les vieilles habitudes reviennent et je continue à jouer ces rythmes et fills que je ne voudrais pas bannir mais disons plutôt enrichir avec de nouveaux rythmes et fills pour varier mon jeu.

 

Je viens d’en faire l’expérience samedi dernier, j’ai joué 2 morceaux sur scène devant un public d’amis, je ne dirais pas que j’étais stressé mais je n’ai pas pu jouer comme j’aurais voulu, l’appréhension m’a encore joué des tours. 

 

Cela veut dire, que malgré mon travail depuis 3 mois quasi-quotidien  je ne suis pas arrivé à mon objectif, il faut donc que je continue à enrichir mon jeu en travaillant des rythmes et des fills que je n’ai pas l’habitude de jouer, encore et encore pour varier mon jeu et éditer de tourner en rond.

 

Personnellement, je me concentre un peu plus sur des rythmes différents, car je pense que c’est le plus important, les rythmes sont quand même un gros pourcentage de notre jeu.

 

Si nos rythmes sont très variés, nous aborderons instinctivement les fills et les breaks dans le même état d’esprit puisque nous serons habitués à varier notre jeu.

 

Pour résumer :

 

Donc le conseil que je vous donnerai, est d’aller sur le net afin de rechercher des rythmes que vous ne savez pas jouer mais que vous aimeriez jouer et surtout qui sont bien différents de ce que vous avez l’habitude d’interpréter, cela n’en sera que plus enrichissant pour vous.

 

Ensuite écoutez les, analysez les et même, retranscrivez les afin de les connaitre par coeur, et d’avoir un support écrit pour éviter de les oublier avant de les apprendre.

 

Après vient le travail de l’exécution, de la mémorisation  des automatismes qui se fait à tempo très lent au départ, c’est un travail qui peut durer longtemps et qu’il ne faut surtout pas négliger.

 

Un fois que vous commencez à intégrer le ou les rythmes et à acquérir les automatismes, il faut les répéter encore et encore.

 

Puis une fois que vous savez les interpréter et que vous passez à autre chose, il faut, régulièrement dans vos séances de travail les rejouer par ci par là afin de ne pas les oublier.

 

C’est ce qu’on appelle  la répétition espacée, il  faut penser à rejouer régulièrement ce que vous savez jouer depuis peu, c’est d’ailleurs tout à fait logique, quelque chose que vous savez faire depuis 30 ans, vous pouvez le refaire instinctivement, alors ce que vous savez faire depuis quelques mois, si vous ne le rejouez pas régulièrement, vous pouvez l’oublier complètement, il est donc nécessaire et primordiale de le rejouer de temps en temps, c’est à dire de plus en plus espacée.

 

C’est un travail que je m’impose, actuellement.

 

Maintenant à vous de jouer, allez sur le net et rechercher le jeu que vous aimeriez avoir, ne vous mettez aucune barrière, soyez juste réaliste afin de choisir quelque chose de réalisable pour progresser et passer au niveau supérieur.

 

Cet article t’as plu, alors Like le et Partage le avec un max d’ami(e)s ! 😉

 

Christophe SOLIVERES #FSB

 

 

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :progresser a la batterie, enrichir son jeu batterie, faire de la batterie

TUTO#10 « Enchainement des 4 Paradiddles ou Moulins » Un super exercice

Bonjour à toutes et à tous !

 

Aujourd’hui, je vous présente ma nouvelle vidéo « Enchainement des 4 Paradiddles ou Moulins ».

Il s’agit d’enchainer les 4 moulins de bases les N° 1, 2, 3 et 4 (binaires)

C’est un super exercice qui vous permettra de vous familiariser avec ce doigté qui est un mélange avec le frisé et le roulé.

Si au départ cela vous paraît difficile, ne vous inquiétez pas il faut commencer par les jouer indépendamment chacun à leur tour avec  l’ostinato GC/ charleston que je vous donne dans le relevé que vous pouvez télécharger GRATUITEMENT via le formulaire un peu plus bas.



Pensez toujours à commencer lentement, l’intérêt encore une fois n’est pas la vitesse. Il faut se familiariser avec ce doigté pour ensuite pouvoir aller plus vite.

Travaillez toujours avec le métronome.

 

Pour télécharger le relevé remplissez le formulaire ci dessous

 

Si vous le souhaitez, laissez un commentaire à la fin de l’article pour donner vos impressions et vos difficultés, on ne sait jamais, vous pourriez avoir un conseil astucieux qui débloque tout !  🙂

J’espère que ce TUTO vous plaira et surtout n’hésitez pas à le partager avec un max d’ami(e)s et Likez bien sur ! 🙂

 Christophe SOLIVERES #FSB

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :exercices batterie débutants pdf, faire un moulin a la batterie, les paradiddles

Tout dans la Nuance et moins dans la Puissance

Bonjour à toutes et à tous !

 

Aujourd’hui je vais vous parler de la nuance.

 

À mon avis, la nuance fait partie de la « musicalité » qui est pour moi l’un des trois piliers du batteur comme je l’ai préciser dans un de mes article qui s’appelle « L’Indépendance » cliquez ici pour lire cet ancien article.

 

Car sans la nuance, la musique ne serait pas ce langage universel que tout le monde peut comprendre.

 

 

Avec le temps, en voyant de nombreuses démonstrations de batteurs connu et reconnu, je me suis aperçu que tous ces très grands batteurs (excepté peut-être dans le jazz) pouvaient jouer très fort (en puissance)

 

J’avais donc tendance à jouer assez fort pour deux raisons, par mimétisme mais aussi car j’arrivai mieux à faire sonner ma batterie en tapant fort.

 

Puis les contextes dans lesquels je jouais n’étant pas les mêmes que ceux de ces grands batteurs, qui eux jouaient dans des grands salles et espaces avec une grande quantité de spectateurs (entre 200 et 1000). J’ai fini par comprendre que si je tapais trop fort cela devenait pénible pour tout le monde, aussi bien les musiciens que les spectateurs les plus proches. 

Et oui ! Quand on joue devant une soixantaine de personnes dans un petit bar, les conditions ne sont pas les mêmes, il faut s’adapter.

 

Je me suis parfois retrouvé démunie devant cette situation, n’ayant pas pris pour habitude de jouer à faible volume. 

Alors pour mieux s’adapter à n’importe quelle situation, il est nécessaire de se préparer et pour cela il faut apprendre à jouer en nuance.

 

Comme je l’ai dis un peu plus haut, la batterie est plus facile à faire sonner quand on tape fort, alors que si on joue doucement (à faible volume sonore) il y a un travail à faire pour faire sonner sa batterie, c’est plus difficile, en tout cas cela m’a demandé plus de boulot.

 

C’est pour cela que je pense que dès le début de l’apprentissage de la batterie, il est nécessaire d’apprendre à jouer à faible volume, car la dynamique et la puissance, seront naturellement travaillé par la suite, avec les accentuations. 

 

Instinctivement, nous allons avec le temps améliorer le son de notre batterie en puissance, sans même nous en rendre compte.

 

Donc je pense que la priorité est de se focaliser sur la nuance, en commençant par jouer à faible volume sonore et travailler le son sur notre batterie sans « taper comme une brute »  cela nous permettra également de pouvoir travailler comme il le faut, les accents.

 

Ainsi nous serons plus à même de jouer et surtout de faire sonner notre batterie quel que soit le niveau de volume sonore imposé. Nous pourrons nous adapter plus facilement à n’importe quelle situation, si comme moi vous êtes amenés à jouer plus souvent dans des petits endroits  (petits studios, bars, restaurants, petites salles des fêtes…) plutôt que sur grandes scènes (grands studios pros, grandes salles des fêtes, scènes en plein air, salles de concerts…).

 

Je pense que nous sommes plus nombreux à jouer dans les petits endroits que dans les grands endroits et c’est pour cela que j’écrit cet article.

 

J’ai constaté que de travailler son instrument « à faible volume » n’est pas instauré dans l’apprentissage de la batterie dans la plupart du temps, alors que très souvent j’entends les musiciens se plaindre de leur batteur car il joue trop fort.

On m’a déjà fait ce reproche là plusieurs fois. :/

 

Cela montre bien qu’il est très important de savoir jouer moins fort.

C’est une question d’habitude, donc pour moi il est indispensable de l’apprendre dès le départ, au moment de l’apprentissage.

 

Je suis actuellement en train de travailler sur une méthode pour apprendre et s’améliorer à la batterie de manière efficace. 

 

Cette méthode va reprendre tous les exercices standard mais la façon de les travailler sera différente.

 

En lisant plusieurs livres qui n’ont rien à voir avec la batterie, j’ai découvert des méthodes de travail qui sont vraiment efficace, je me suis dit qu’il fallait impérativement les intégrer dans l’apprentissage de la batterie.

 

Ces livres sont « la semaine des 4 heures » de Timothy Ferriss et « Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études » d’Olivier Roland, je vous conseille de les lire, ils sont très enrichissant. Je vous laissent les liens à la fin de cet article. 😉

 

Donc pour en revenir à cette méthode que je suis en train de mettre en place, je vous conseille de télécharger gratuitement mon Pack « acquérir l’indépendance à la batterie de manière efficace » cela vous donnera un avant goût de ma méthode. En remplissant le formulaire à droite ou à la fin de des articles.

 

Je vous l’expliquerai  plus en détails quand je serai dans la possibilité de vous la proposer, mais en attendant je vous propose ce fameux Pack, il peut être travaillé de manière différente suivant le niveau de chacun, il s’adresse aussi bien aux débutants qu’aux batteurs ou batteuses confirmé(e)s. 😉

 

Je vous encourage à me laisser un commentaire pour me dire si vous aussi, vous êtes ou avez été confronté au problème de puissance et qu’il n’a pas été facile pour vous de vous adapter.

 

Cet article t’as plu ? Alors Like le et partage le avec un MAX d’ami(e)s ! 😉

 

 

Christophe SOLIVERES #FSB

 

PS : Voici les liens qui, je vous le rappelle, sont des liens affiliés

5 astuces pour personnaliser son jeu à la batterie

Bonjour à toutes et à tous !
 
 
Aujourd’hui je vais vous parler de  comment personnaliser son jeu à la batterie.
Très souvent nous parlons technique qui d’ailleurs indispensable pour progresser à la batterie.
 
 
 
Mais plus nous avons de technique et plus nous pouvons avoir tendance à oublier notre personnalité
et cela peut se ressentir dans notre jeu.
Donc dans cet article je vais tenter de vous sensibiliser et surtout de rappeler toute l’importance
de garder son identité .
En tirant bénéfice dans notre jeu de nos qualités mais aussi de nos défauts.
 
Je m’explique on cherche toujours à faire ou tenter de faire un maximum de choses de manière le
plus parfaitement possible. Le problème peut parfois être là et si le fait que cela ne soit pas parfait
était notre force ?
 
Je ne sais pas vous, mais il m’est arrivé plus d’une fois avoir eu l’impression que tous les cours et
exercices techniques que je travaillais à la batterie ne me servaient à rien.
Car une fois sur ma batterie avec d’autres musiciens j’étais perdu, plus d’idée plus de technique,
on a l’impression d’être un débutant, ce qui n’est pas péjoratif car si nous jouons depuis plusieurs
années, nous sommes sensés ne plus être débutant.
 
Cela marche souvent par palier, parfois on stagne ou on peut même avoir l’impression de régresser
et parfois on progresse énormément, c’est tout à fait normal.
 
Lorsque nous travaillons beaucoup la batterie, quand je dis « travailler », je veux dire travailler
des exercices techniques, la technique, l’indépendance, la rapidité, l’endurance, etc …
Nous pouvons avoir de très bons résultats et à force acquérir une bonne technique et super génial.
 
Mais lorsque nous jouons avec d’autre musiciens, il est à mon avis important de ne plus penser à la
technique, à  ce que nous avons appris en bossant notre instrument seul de notre coté.
Il faut penser « Musique », se concentrer sur la mise en place, le groove, la sensibilité, la nuance
et écouter tous les musiciens.
Ce n’est pas si simple car la batterie est un instrument bruyant et qui demande une sacrée dose
d’énergie, du coup nous pouvons vite nous faire dépasser par l’adrénaline, la surcharge de motivation.
Il m’est arrivé plus d’une fois d’arriver à une répétition avec une motivation à 200 % et donc
démarrer sur les chapeaux de roues, ce qui a surpris les musiciens avec qui je jouais,
du coup la répétition perdait au fur et à mesure en intensité avec la fatigue car l’énergie s’a épuise.
Je vais donc vous donner mes 5 astuces que j’ai acquis avec le temps.
 

1. Il faut être à l’écoute des autres membres du groupe.

2. Commencer une répétition sur la réserve, c’est à dire de ne pas se donner à fond dès le début 

il faut en garder en réserve pour la continuité de la répétition et monter crescendo.

3. Oublier et ne plus penser « Technique » , la technique doit sortir naturellement ne notre corps, quelque soit notre niveau 

4. Jouer dans la nuance en commençant par jouer doucement pour ajuster la puissance de notre frappe en

fonction des autres musiciens et non le contraire. Si tous les musiciens sont obligés de monter le volume

pour être entendu , alors il peut être nécessaire de taper moins fort sur notre batterie

5. Utiliser certain de nos défauts pour nous aider à jouer ce qu’il nous serait pas possible de jouer autrement. 

Il faut parfois user de notre esprit pour parvenir à nos fins sans en abuser bien sûr. Par exemple
si je n’arrive pas à jouer un rythme ou un fill de la manière traditionnelle, alors j’use d’une astuce
pour pouvoir le faire d’une manière différente.
Oui je sais ! Vous allez me dire c’est « tricher », bla bla bla…. 🙂
Mais ce qui compte c’est ce que nous entendons et si à l’oreille, ça sonne, alors pour moi c’est OK !
Cela ne marche pas avec tout, ça fonctionne parfois très bien et d’autre fois pas.
 
Je sais que certains d’entre vous ne seront pas d’accord avec ça, mais voilà justement une raison
de laisser un commentaire à la fin de cet article.
Que vous soyez d’accord ou non, vous est-il arrivé de tricher sur un plan ou un rythme et quel a
été le résultat ?
Est-ce que les autres musiciens s’en sont rendu compte quel a été leurs réactions.
Et enfin, est-ce que vous en usez voire même en abuser ?
 
En tout cas pour moi, ça fonctionne plutôt bien, ces tricheries sont parfois provisoires, et d’autres
plus définitives suivant le cas.
J’essaye quand même de les réduire un maximum au fur et à mesure, en travaillant de mon coté,
évidemment.
 
C’est une expérience que je vous conseille de faire  de temps en temps si vous ne le faite pas encore car cela peut
parfois vous surprendre sur vos capacités à faire certaines choses et vous pouvez même découvrir de nouveaux
plans ou même, de créer un style plutôt singulier, en gros vous aider à personnaliser votre style, trouver votre
propre style de jeu.
 
Cet article t’as plu ? Alors like le et partage le avec tes ami(e)s.
 
Christophe SOLIVERES #FSB
Recherches utilisées pour trouver cet article :batteurpro, jeu pour faire evaluationde la batterie

La Partition batterie de Janvier « History Repeating » de Propellerheads ft Miss Shirley Bassey

Bonjour à toutes et à tous !

Tout d’abord,  BONNE ET HEUREUSE ANNÉE  à vous tous !!!

Je vous souhaite que le meilleur et surtout plein de musique et de belles surprises !

J’en profite rapidement pour vous informer que pour moi l’année 2018, sera une grande année avec un Changement Important puisque je vais me consacrer principalement à mon Blog et à la musique.

Je ferais une vidéo et un article très prochainement pour vous expliquer tout ça !

Voici la partition de batterie du mois de Janvier : « History Repeating » de Propellerheads feat Miss Shirley Bassey

Ce titre m’a été demandé par « Ladydrummer »  sur le dernier relevé de Clapton en décembre dernier.

Il ne me reste plus qu’à retranscrire « Prisoner » d’ Iron Maiden demandé par « Tof »  sur le même relevé de Clapton et je serais à jour des demandes, donc surveille tes mails « Tof » !  😉

Si comme Ladydrummer Tof ou Michel souhaitez que je vous retranscrive la partie batterie  d’un morceau de votre choix, laissez le en commentaire à la fin de cet article, je le ferais avec plaisir 🙂

Pour ce titre que je me suis régalé à retranscrire,  j’ai au début du titre (entre la mesure 5 à 18 ainsi que les 5 dernières mesures) adapté la batterie avec le charleston, le Cross stick (CCL) et le Tom aïgu pour remplacer les percussions si vous n’avez pas de percussionniste dans votre groupe. Si vous avez un percussionniste pas la peine de jouer cette partie, évidemment.

Au niveau de la structure toutes les parties (intro, pré-couplet, couplet, refrain)fonctionnent par 4 mesures, la plupart du temps répété au moins 2 fois donc par tranche de 8 ou 16, donc pas de surprise en terme de structure.

Ce morceau est assez simple pour la structure mais il est important de bien assimiler le rythme principal qui doit être très fluide.

Et rappelez vous ces relevés que je retranscris tous les mois sont et restent gratuit, je continue pour cette année 2018 sur la même lancé, alors profitez-en !

Voici le fichier audio de la partition batterie 

 

Ce relevé t’as plu ? Alors like le et partage le avec un max d’ami(e)s ! 🙂

 

Christophe Soliveres #FSB

 

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
banner

Tu aimes ce blog ? Alors partage le, un max !